Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique; ou Bibliotheque de l'homme-d'état et du citoyen;

Portada
Chez les libraires associés, 1783

Dentro del libro

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 100 - Vous exercerez leurs talents; vous éprouverez l'étendue de leur esprit et la sincérité de leur vertu. Les hommes qui parviendront aux plus hautes places auront été nourris sous vos yeux dans les inférieures ; vous les aurez suivis toute leur vie, de degré en degré : vous jugerez d'eux non par leurs paroles, mais par toute la suite de leurs actions. Pendant que Mentor...
Página 75 - Adoam — ne peut avoir qu'une femme, et il faut qu'il la garde tant qu'elle vit. L'honneur des hommes, en ce pays, dépend autant de leur fidélité à l'égard de leurs femmes, que l'honneur des femmes dépend, chez les autres peuples, de leur fidélité pour leurs maris.
Página 86 - Les hommes sont tous frères, et ils s'entre-déchirent : les bêtes farouches sont moins cruelles qu'eux *. Les lions ne font point la guerre aux lions , ni les tigres aux tigres , ils n'attaquent que les animaux d'espèce différente : l'homme seul, malgré sa raison, fait ce que les animaux sans raison ne firent jamais.
Página 91 - Si l'amour de la. vertu et la crainte des dieux ne vous touchent plus, au moins soyez touchés de votre réputation et de votre intérêt. Si vous montrez aux hommes cet exemple pernicieux de manquer de parole, et de .violer votre serment pour terminer une guerre, quelles guerres n'exciterez-vous point par cette conduite impie!
Página 53 - ... colonnes de marbre , que pyramides et obélisques, 'que statues colossales, que meubles d'or et d'argent massif.
Página 77 - Mais une mauvaise honte et une fausse gloire vous ont jeté dans ce malheur. Vous avez craint de rendre l'ennemi trop fier , et vous n'avez pas craint de le rendre trop puissant , en réunissant, tant de peuples contre vous par une conduite hautaine et injuste.
Página 66 - Voilà, ô Crétois, ce qu'on m'a raconté : vous devez savoir si ce récit est véritable. Mais si cet homme est tel qu'on le dépeint, pourquoi faire des jeux ? pourquoi assembler tant d'inconnus...
Página 82 - Minerve ne l'eût conduit pas à pas, combien de fois auroit-il succombé dans les périls et dans les embarras où la fortune s'est jouée de lui! Combien de fois Minerve l'at-elle retenu ou redressé pour le conduire toujours à la gloire par le chemin...
Página 87 - On les entend gémir dans ces profondes ténèbres , où ils ne peuvent voir que les insultes et les dérisions qu'ils ont à souffrir : ils...
Página 74 - Un conquérant est un homme que les dieux, irrités contre le genre humain, ont donné à la terre dans leur colère, pour ravager les royaumes, pour répandre partout l'effroi, la misère, le désespoir, et pour faire autant d'esclaves qu'il ya d'hommes libres.

Información bibliográfica