Imágenes de página
PDF
ePub

Here come our colleagues.

A face I know not-Sena «r! your name,

You, by your garb, Chief of the Forty!
Enter the Deputation as before.

Mem.

Signor, Chief of the Ten. Is the Duke aware I am the son of Marco Memmo. We seek his presence ?

Doge.

Ah! Att.

He shall be inform'd. Your father was my friend--but sons and fathers !

(E.cit Attendant. What, ho! my servants there! Bar. The Duke is with his son.

Att.

My prince!
Chief of the Ten.

If it be so,
Doge.

No prince We will remit him till the rites are over.

There are the princes of the prince ! [Pointing to Let us return. "Tis time enough to-morrow.

the Ten's deputation.)--Prepare, Lor. (aside to Bar.) Now the rich man's hell-fire To part from hence upon the instant. upon your tongue,

Chief of the Ten.

Why
Unquench'd, unquenchable! I'll have it torn So rashly? 'twill give scandal.
From its vile babbling roots, till you shall utter Doge.

Answer that;
Nothing, but sobs through blood, for this ! Sage

[To the Ten signors,

It is your province.-Sirs, bestir yourselves : I pray ye be not hasty. (Aloud to the others,

[To the Servants Bar. But be human.

There is one burden which I beg you bear Lor. See, the Duke comes !

With care, although 'tis past all farther harm

But I will look to that myself.
Enter the Doge.

Bar.

He means Doge.

I have obey'd your summons. The body of his son. Chief of the Ten. We come once more to urge Doge.

And call Marina, our past request.

My daughter!
Doge. And I to answer.

Enter MARINA.
Chief of the Ten. What?
Doge.

My only answer. Doge. Get thee ready; we must mourn
You have heard it.

Elsewhere.
Chief of the Ten. Hear you then the last decree, Mar. And every where.
Definitive and absolute !

Doge.

True; but in freedom, Doge. To the point

Without these jealous spies upon the great. To the point! I know of old the forms of office, Signors, you may depart: what would you more? And gentle preludes to strong acts-Go on! We are going : do you fear that we shall bear Chief of the Ten. You are no longer Doge; you The palace with us ? Its old walls ten times are released

As old as I am, and I'm very old, From your imperial oath as sovereign;

Have served you, so have I, and I and they Your ducal robes must be put off; but for Could tell a tale ; but I invoke them not Your services, the state allots the appanage To fall upon you ! else they would, as erst Already mention'd in our former congress. The pillars of stone Dagon's temple on Three days are left you to remove from hence, The Israelite and the Philistine's foes. Under the penalty to see confiscated

Such power I do believe there might exist All your own private fortune.

In such a curse as mine, provoked by such

That last clause, As you; but I curse not. Adieu, good signors ! I am proud to say, would not enrich the treasury. May the next duke be better than the present. Chief of the Ten. Your answer, Duke!

Lor. The present duke is Paschal Malipiero. Lor,

Your answer, Francis Foscari! Doge. Not till I pass the threshold of these doors Doge. If I could have foreseen that my old age Lor. Saint Mark's great bell is soon about to toll Was prejudicial to the state, the chief

For his inauguration. Of the Republic never would have shown

Doge.

Earth and heaven! Himself so far ungrateful, as to place

Ye will reverberate this peal; and I His own high dignity before his country;

Live to hear this !-the first doge who e'er heard But this life having been so many years

Such sound for his successor! Happier he, Not useless to that country, I would fain

My attainted predecessor, stern Faliero Have consecrated my last moments to her. This insult at the least was spared him. But the decree being render'd, I obey.

Lor.

What! Chief of the Ten. If you would have the three Do you regret a traitor ? days named extended,

Doge.

No-I merely
We willingly will lengthen them to eight, Envy the dead.
As sign of our esteem.

Chief of the Ten. My lord, if you indeed
Doge.

Not eight hours, signor, Are bent upon this rash abandonment Nor eren eight minntes—There's the ducal ring, Of the state's palace, at the least retire

[Taking off his ring and cap. By the private staircase, which conducts you towards And there the ducal diadem. And so

The landing-place of the canal. I'he Adriatic's free to wed another.

Doge.

No. 1 Chief of the Ten. Yet go not forth so quickly. Will now descend the stairs by which I mounted Doge.

I am old, sir, To sovereignty-the Giants' Stairs, on whose
And even to move but slowly must begin

Broad eminence I was invested duke.
To move betimes. Methinks I see among you My services have called me up those steps,

Doge.

and

The malice of my foes will drive me down them. A cup of water ?
There five and thirty years ago was I

Bar.

IInstall’d, and traversed these same halls, from which Mar.

And II never thought to be divorced except

Lor.

And I A corse-a corse, it might be, fighting for them- (The DogE takes a goblet from the hand of But not push'd hence by fellow-citizens.

LOREDANO. But come; my son and I will go together- Doge. I take yours, Loredano, from the hand He to his grave, and I to pray for mine.

Most fit for such an hour as this. Chief of the Ten. What! thus in public?

Lor.

Why so? Doge.

I was publicly Doge. 'Tis said that our Venetian crystal has Elected, and so will I be deposed.

Such pure antipathy to poisons as Marina! art thou willing ?

To burst, if aught of venom touches it. Mar.

Here's my arm! You bore this goblet, and it is not broken. Doge. And here my staff: thus propp'd will I go Lor. Well, sir ! forth.

Doge.

Then it is false, or you are true. Chief of the Ten. It must not be-the people will For my own part, I credit neither ; 'tis perceive it.

An idle legend. Doge. The people !—There's no people, you well Mar. You talk wildly, know it,

Had better now be seated, nor as yet Else you dare not deal thus by them or me. Depart. Ah! now you look as look'd my husband ! There is a populace, perhaps, whose looks

Bar. He sinks !--support him !-quick-a chair May shame you; but they dare not groan nor curse support him! you,

Doge. The beil tolls on !-lets hence-my brain's Save with their hearts and eyes.

on fire! Chief of the Ten. You speak in passion, Bar. I do beseech you, lean upon us ! Else

Doge.

No. Doge. You have reason. I have spoken much A sovereign should die standing. My poor boy! More than my wont: it is a foible which

Off with your arms !—That bell! Was not of mine, but more excuses you,

[The Doge drops doron and dies. Inasmuch as it shows that I approach

Mar.

My God! My God! A dotage which may justify this deed

Bar. (to Lor.) Behold! your work's completed ! Of yours, although the law does not, nor will. Chief of the Ten.

Is there then Farewell, sirs !

No aid? Call in assistance ! Bar. You shall not depart without Att.

'Tis all over. An escort fitting past and present rank.

Chief of the Ten. If it be so, at least his obsequies We will accompany, with due respect,

Shall be such as befits his name and nation, The Doge unto his private palace. Say!

His rank and his devotion to the duties My brethren, will we not?

of the realm, while his age permitted him Different Voices. Ay!-Ay!

To do himself and them full justice. Brethren, Doge.

You shall not Say, shall it not be so ? Stir-in my train, at least. I enter'd here

Bar.

He has not had As sovereign-I go out as citizen

The misery to die a subject where By the same portals, but as citizen.

He reign'd: then let his funeral rites be princely. All these vain ceremonies are base insults,

Chief of the Ten. We are agreed, then ? Which only ulcerate the heart the more,

All, except Lor., answer,

Yes. Applying poisons there as antidotes.

Chief of the Ten. Heaven's peace be with him! Pomp is for princes--I am none !--That's false, Mar, Signors, your pardon: this is mockery. I am, but only to these gates.-Ah!

Juggle no more with that poor remnant, which, Lor.

Hark! A moment since, while yet it had a soul, [The great bell of St. Mark's tolls. (A soul by whom you have increased your empire, Bar. The bell !

And made your power as proud as was his glory,) Chief of the Ten. St. Mark's which tolls for the And banish'd from his palace, and tore down election

From his high place, with such relentless coldness; Of Malipiero.

And now, when he can neither know these honors, Doge. Well I recognize

Nor would accept them if he could, you, signors, The sound! I heard it once, but once before, Purpose, with an idle and superfluous pomp, And that is five and thirty years ago,

To make a pageant over what you trampled. Even then I was not young.

A princely funeral will be your reproach, Bar.

Sit down, my lord ! And not his honor.
You tremble.

Chief of the Ten. Lady, we revoke not
Doge. "Tis the knell of my poor boy! Our purposes so readily.
My heart aches bitterly.

Mar.

I know it,
Bar.
I pray you sit.

As far as touches torturing the living.
Doge. No; my seat here has been a throne till I thought the dead had been beyond even you,

Though (some, no doubt) consign'd to power which Marina ! let us go.

may
Mar.
Most readily.

Resemble that you exercise on earth.
Doge, (walks a fer steps, then stops.) I feel Leave him to me; you would have done so for

athirst-will no one bring me here His dregs of life, which you have kindly shorten'a.

now.

Do you

It is my last of duties, and may prove

I've heard of heirs in sables—you have left none A dreary comfort in my desolation.

To the deceased, so you would act the part Grief is fantastical, and loves the dead,

of such. Well, sirs, your will be done! as one day And the apparel of the grave.

I trust Heaven's will be done too! Chief of the Ten.

Chief of the Ten.

Know you, lady, Pretend still to this office ?

To whom you speak, and perils of such speech? Mar. I do, signor.

Mar. I know the former better than yourselves; Though his possessions have been all consumed The latter-like yourselves; and can face both. In the state's service, I have still my dowry, Wish you more funerals ? Which shall be consecrated to his rites,

Bar.

Heed not her rash words; And those of

[She stops with agitation. Her circumstances must excuse her bearing. Chief of the Ten. Best retain it for your children. Chief of the Ten. We will not note them down. Mar. Áy, they are fatherless, I thank you. Bar. (turning to Lor., who is writing upon his Chief of the Ten.

We

tablets.) What art thou writing Cannot comply with your request. His relics With such an earnest brow, upon thy tablets ? Shall be exposed with wonted pomp, and follow'd Lor. (pointing to the Doge's body.) That he has Unto their home by the new Doge, not clad

paid me! As Doge, but simply as a senator.

Chief of the Ten. What debt did he owe you? Mar. I have heard of murderers, who have interr'd Lor. A long and just one; Nature's debt and Their victims; but ne'er heard, until this hour,

mine.

[Curtain falls. Of so much splendor in hypocrisy O'er those they slew. I've heard of widow's tears

• " L'ha pagata."

An historici ) fact. See the History of Venice, by po Alas! I have shed some-always thanks to you ! Daru, page 411, vol. 2.

APPENDIX TO THE TWO FOSCARI.

Extrait de l'Histoire de la Répulique de Venise par devant le doge, qui ne crut pas pouvoir s'abstenir P. Daru, de l'Acad.mie Francaise, tom. II. de présider le tribunal. Là, il fut interrogé, appliqué

à la question,* déclaré coupable, et il entendit, de DEPUIS trente ans, la république n'avait pas la bouche de son pêre, l'arrêt qui le condamnait à déposé les armes. Elle avait acquis les provinces un bannissement perpétuel, et lo reléguait à Naples de Brescia, de Bergame, de Crême, et la principauté de Romanie, pour y finir ses jours. de Ravenne.

Embarqué sur une galère pour se rendre an lieu Mais ces guerres continuelles faisaient beaucoup de son exil, il tomba malade a Trieste. Les solicitade malheureux et de mécontents. Le doge Fran- tions du doge obtinrent, non sans difficulté, qu'on pois Foscari, à qui on ne pouvait pardonner d'en lui assignât une autre résidence. Enfin, le conseil avoir été le promoteur, manifesta une seconde fois, des dix lui permit de se retirer à Trévise, en lui en 1442, et probablement avec plus de sincérité que imposant l'obligation d'y rester sous peine de mort, la première, l'intention d'abdiquer sa dignité. Le et de se presenter tous les jours devant le gouverneur. conseil s'y refusa encore. Ou avait exige de lui le Il y était depuis cinq ans, lorsqu'un des chefs du serment de ne plus quitter le dogat. Il était déjà consell des dix assassine. Les soupçons se porteavancé dans la vieillesse, conservant cependant rent sur ; un de ses domestique qu'on avait vu beaucoup de force de tête et de caractére, et jouis- à Venise fut arrêté et subit la torture. Les boursant de la gloire d'avoir vu la republique étendre au reaux ne purent lui arracher aucun

Се loin les limites de ses domaines pendant son admin- terrible tribunal se fit amener le maître, le soumit istration.

aux mêmes épreuves ; il résista à tous les tourments, Au milieu de ces prospérités, de grands chagrins ne cessant d'attester son innocence; t mais on ne vinrent mettre à l'épreuve la fermete de son árne.

Son fils, Jacques Foscari, fut accusé, en 1445, • E datagli la cordo per avere da lui la verita; chiamato il consiglio di d'avoir reçu des présents de quelques princes ou died colla giunta, nel quale fu mekser lo doge, fù sentenziato. (Maria seigneurs etrangers, notamment, disait-on, du duc Sanuto, Vite de Ducchi. F. Poscari.) de Milan, Philippe Visconti. C'était non seulement | Efu tormentato nė mai confesso cosa alcuna, pure parre al consiglio de' une bassesse, mais une infraction des lois positives dieci di confinarlo in vita alla Canea. (Ibicl.) Voici le texte de jugement : de la république.

"Cum Jacobuis Foscari per occasionem percussionis et mortis Hermolai DoLe conseil des dix traita cette affaire comme s'il nati fuit retentus

examinatus, et propter significationes, testificationes, et

scripuras quæ habentur contra eum, clare apparet ipsum esse reum crimina se fut agi d'un délit commis par un particulier prædict, sed propter incantationis et verta que aiti reperta sunt, de quibus obscu L'accusé fut amené devant ses juges, ' existit Indiotia manifesta, videtur propter obetinatam mentem suar, non

aveu.

vit dans cette constance que de 'obstination; de ce, Ce ne fut point dans l'intérieur de leur apparte qu'il taisait le fait, on conclut que ce fait existait; ment, ce fut dans une des grandes salles du palais, on attribua sa fermete à la magie, et on le religua a qu'une femme, accompagnée de ces quatre fils, vint la Canée. De cette terre lointaine, le banni, digno faire les derniers adieux à son mari, qu'un père ocalors de quelque pitié, ne cessait d'écrire à son pere, togenaire et le dogaresse accablée d'infirmités, à ses amis, pour obtenir quelque adoucissement à jouirent un moment de la triste consolation de mêler sa deportation. Yobtenant rien, et sachant que la leurs larmes à celles de leur exile. Il se jeta à leurs terreur qu'inspirait le conseil des dix ne lui per- genoux en leur tendant des mains disloquees par la mettait pes d'espérer de trouver dans Ver une torture, pour les supplier de solliciter quelque adou. seule voix qui s'elevât en sa faveur; il fit une lettre cissement à la sentence qui venait d'être prononcée pour le nouveau due ce Milan, par laquelle, au nom contre lui. Son père eut le courage de lui répondre: des bons offices que Sforce avait reçus du chef de la “Non, mon fils, respectez votre arrèt, et obéissez république, il implorait son intervention en faveur sans murmure à la seigneurie.” * A ces mots il se d'un innocent, du fils du doge.

separa, de l'infortune, qui fut sur-le-champ emCette lettre, selon quelques historiens, fut confiée barque pour Candie. à un marchand, qui avait promis de la faire parvenir L'antiquité vit avec autant d'horreur vue d'admiau duc; mais qui, trop averti de ce qu'il avait à ration un père condamnant ses fils évidemment craindre en se rendant l'intermediare d'une pareille coupables. Elle hésita pour qualifier de vertu subcorrespondance, se hâta, en debarquant à Venise, lime ou de férocite cet effort qui parait au-dessus de de la remettre au chef de tribunal. Une autre la nature humaine; † mais ici, où la premiére faute version, qui paraît plus sûre, rapparte que la lettre n'était qu'une faiblesse, où la seconde n'était pas fut surprise par un espion, attaché au pas de provée, où la troisième n'avait rien de criminel, l'exile.

comment conceroir la constance d'un père, qui voit Ce fut un nouveau delit dont on eut à punir torturer trois fois sons fils unique, qui l'entend conJacques Foscari. Reclamer la protection d'un damner sans preuves, et qui n'éclate pas en plaintes; prince étranger était un crime, dans un sujet de la qui ne l'aborde que pour lui montrer un visage plus république. Une galère partit sur-le-champ pour austère qu'attendri, et. qui, au moment de s'en l'amener dans les prisons de Venise. A son arrivee séparer pour jamais, lui interdit les murmures et il fut soumis à l'estrapade. C'etait une singulière jusqu'à l'esperance ? Comment expliquer une si destinée, pour le citoyer d'une république et pour cruelle circonspection, si ce n'est en avouant, à le fils d'un prince, d'ètre trois fois dans sa vie notre honte, que la tyrannie peut obtenir de l'espèce appliqué à la question. Cette fois la torture était humaine les mémes efforts que la vertu ? La servid'autant plus odieuse, qu'elle n'avait point d'objet, tude aurait-elle son héroïsme comme la liberté ? le fait qu'on avait à lui reprocher, étant incontes- Quelque temps après ce jugement, ou découvrit table.

le veritable auteur de l'assassinat, dont Jacques Quand on demanda à l'accusé, dans les intervalles Foscari, portait le peine; mais il n'était plus temps que les bourreaux lui accordaient, pourquoi il avait de reparer cette atroce injustice, le malheureux écrit la lettre qu'on lui produisait, il repondit que etait mort dans sa prison. c'était précisément parce qu'il ne doutait pas qu'elle Il me reste a raconter la suite des malheurs du ne tombat entre les mains du tribunal, que toute père. L'histoire les attribue a l'impatience qu'ara. autre voie lui avait été fermée pour fair parvenir ient ses enemis et ses rivaux de voir vaquer sa place. venir ses réclamations, qu'il s'attendait bien qu'on Elle accuse formellement Jacques Loredan, l'un le ferait amener a Venise; mais qu'il avait tout des chefs du conseil des dix, de s'ètre livré contre risque pour avoir la consolation de voir sa femme, ce viellard aux conseils d'une haine héréditaire, et son père, et sa mère, encore une fois.

qui depuis long temps divisait leurs maisons. I Sur cette nalve declaration, on confirma sa sen- François Foscari avait essayé de le faire cessei, tence d'exil; mais on l'aggrava, en y ajoutant qu'il en offrant sa fille a l'illustre amiral Pierre Loredan, serait retenu en prison pendant un an. Cette pour un de ses fils. L'alliance avait été rejete, et rigueur, dont on usait envers un malheureux, était l'inimitie des deux familles s'en était accrue. Dans sans doute odieuse; mais cette politique, qui de tous les conseils, dans toutes les affaires, le doge fendait a tous les citoyens de faire intervenir les trouvait toujours les Loredans préts a combattre étrangers dans les affaires intéricures de la répub- ses propositions ou ses intérèts. Il lui échappa un rique, etait sage. Elle était chez eux une maxime jour de dire qu'il ne se croirait réellment prince, de gouvernement et une maxime inflexible. L'his- que lorsque Pierre Loredan aurait cessé de vivre. torien Paul Morosini † a conté que l'empereur Cet amiral mourut quelque temps apres, d'une inFrédéric III. pendant qu'il était l'hôte des Venitiens, commodite assez prompte qu'on ne put expliquer. demanda, comme une faveur particulière, l'admission Il n'en fallut pas davantage aux malveillants pour d'un citoyen dans le grand conseil, et la grace insinuer que François Foscari, ayant desire cette d'un ancien gouverneur de Candie, gendre du doge, mort, pouvait bien l'avoir hàtoe. et banni pour sa mauvaise administration, sans Ces bruits s'accréditèrent encore lorsqu'on vit aussi pouvoir obtenir ni l'une ni l'autre.

périr subitement Marc Loredan, frere de Pierre, et Cependant, on ne put refuser au condamné la cela dans le moment où, en sa qualité d'avogador, il permission de voir sa femme, ses enfants, ses parents, qu'il allait quitter pour toujours. Cette der- • Marin Sanuto, dans sa chronique, Vite de' Duchi, me sert ici mas en nière entrevue même fut accompagnée de cruauté, avoir eu l'intention d'une expression assez énergique ; " ! doge era vecchio par la sévère circonspection, qui retenait les m decrepita età e caminiva con una mazzetta : E quando gli andò perlosti epanchements de la douleur paternelle et conjugale. unico

, e Jacopo disse, measer pulre, vi prego che procuriate per me, accroche

io torni a casa min. 11 doge disse : Jacopo, va e abertisei a quello che vuole possible extrahere ab ipso illam veritatem, quae clara est per scripturas et per la terra, e non cercar pio oltre." Keatificationes, quoniam in fune aliquam nec vocem, nec genitam, sed solum Cele fut un acte que l'on ne sauroit ny suffinsament lover, ny asien intra dentes voces ipse videtur et auditur infra se loqui, ete.... Tanem non Hasmer : car, ou c'estoit une excellence de vertu, qui rendoit ainsi son sa est standum in istis terminis, propter honorem stalls nostri et pro multis res impossible, ou une violence de passion qui lo rendoit insensible, dont ne l'uBe D pectíbus, præsertim quod regimen nostrum occupatur in hac re, et qui inter l'autre n'est chose petite, ainsi surpassant l'ordinaire d'humaine nature dictum est amplius progredere: vadit pars, quod dictus Jacobus Foscari, tenant ou de la divinité ou de la bestialité. Mais il est plus raisonnable que propter ea quæ habentur de illo, mittatur in confinium in civitate Canex," le jugement des hommes s'accorde à sa gloire, que la fostlesse des Jugeana etc.-Notice sur le procès de Jacques Foscari, dans un volume, intitulé Rac fasse des croire sa vertu. Mais pour lors quand il se fut retiré, wut le monde colta di memorie storiche e annecdote, per formar la Storia dell'eccellentis demeurs sur la place, comme transy d'horreur et de frayeur, par un look simo consiglio di X della sua prima instituzione sino a' giorni nostri, con la teto pa sana mot dire, pour avoir reu ce qui avait été fail. (Plutarque, Vals diverse varlazoni e riforme nelle varie epoche successe. (Archives de Venise.) rus Publicola.) • La notice citée ci dessus, qui rapporte les actes de cettes procédure. 1 Je suis principalement dans ce récit, une relation manuscrite de la dépe

Ebbe prima per sapere la verità trenta 24 usai di conta. (Marin Sanuto, sition de François Foscari, qui est dans le volume intitule Raccolta di meste The de' Duchi. F. Foscari.)

rie storiche e annecdote, per fornar la Storia dell'excellentimimo consiglio de 1 Habria di Venezia, lib. 2.

x. Archives de Vevise.)

instruisait un procés contre André Donato, gendre decidées ; la license de notre jeunesse, le peu du doge, accuse de péculat. On écrivit sur la tombe d'assiduité des magistrats, l'introduction de nouvede l'amiral qu'il avait été enlevé à la patrie par le autés dangereuses. Quel est l'effet de ces desordres ? poison.

de compromettre notre consideration. Quelle en Il n'y avait aucune preuve, aucun indice contre est la cause ? l'absence d'un chef capable de modérer François Foscari, aucune raison même de le soup: les uns, de diriger les autres, de donner l'exemple à çonner. Quand sa vie entière n'aurait pas démenti tous, et de maintenir la force des lois. une imputation aussi odieuse, il savait que son rang "Où est le temps où nos décrets étaient aussitôt De lui prommettait ni l'impunité ni même l'indul- exécutés que rendus ? Où François Carrare se gence. La mort tragique de l'un de ses predeces- trouvait investi dans Padoue, avant de pouvoir ètre seurs l'en avertissait, et il n'avait que trop d'exem- seulement informé que nous voulions lui faire la ples domestiques du soin que le conseil des dix guerre? nous avons vu teut le contraire dans la prenait d'humilier le chef de la république. dernière guerre contre le duc de Milan. Malheu.

Cependant, Jacques Loredan, fils de Pierre, reuse la republique qui est sans chef! croyait ou feignait de croire avoir à venger les "Je ne vous rappelle pas tous ces inconvénients partes de sa famille.* Dans ses livres de comptes et leurs suites deplorables, pour vous atiliger, pour (car il faisait le commerce, comme à cette époque vous effrayer, mais pour vous faire souvenir que presque tous les patriciens,) il avait inscrit de sa vous etes les maitres, les conservateurs de cet état, propre main le doge au nombre de ses debiteurs, fondé par vos peres, et de la liberté que nous devons pour la mort, y était-il-dit, de mon père et de mon à leurs travaux, à leurs institutions. Ici, le mal oncle.† De l'autre cote du registre, il avait laisse indique le remède. Nous n'avons point de chef, il une page en blanc, pour y faire mention du recouvre- nous en faut un. Notre prince est notre ouvrage; ment de cette dette, et en effet, apprès la parte du nous avons donc le droit de juger son mérite quand doge, il écrivit sur son régistre, il me l'a payée, il s'agit de l'elire, et son incapacité quand elle se l'ha pagata.

manifeste. J'ajouterai que le peuple, encore bien Jacques Loredan fut élu membre du conseil des qu'il n'ait pas le droit de prononcer sur les actions dix, en devint un des trois chefs, et se promit bien de ses maitres, hpprendra ce changement arec de profiter de cette occasion pour accomplir la ven- transport. C'est la providence, je n'en doute pas, geance qu'il meditait.

qui lui inspire elle-mème ces dispositions, pour vous Le doge en sortant de la terrible épreuve qu'il avertir que la république réclame cette resolution, venant de subir, pendant le procés de son fils, s'était et que le sort de l'etat est en vos mains.” retire au fond de son palais, incapable de se livrer Ce discours n'éprouva que de timides contradicaux affaires, consume de chagrins, accablé de tions; cependant, la deliberation dura huit jours. vieillesse, il ne se montrait plus en public, même L'assemblée, ne se jugeant pas aussi sûre de l'ap. dans les conseils. Cette retraite, si facile à expliquer probation universelle que l'arateur voulait le lui dans un vieillard octogenaire si malheureux, de plut faire croire, desirait que le doge donnât lui-mime sa aux decemvirs, qui voulurent y voir un murmure démission. Il avait déja proposee deux fois, et on contre leur arıéts.

n'avait pas voulu l'accepter. Loredan commença par se plaindre devant ses Aucune loi ne portait que le prince fut révocable; collègues du tort que les infirmités du doge, son il était au contraire à vie et les exemples qu'on absence des conseils, apportaient à l'expédition des pouvait citer de plusieurs doges déposés, prouvaient affaires, il finit par hasarder et réussit à faire agreer que de telles revolutions avaient toujours été le la proposition de le déposer. Ce n'était pas la résultat d'un mouvement populaire. premiere fois que Venise avait pour prince un Mais d'ailleurs, si le doge pouvait étre déposé, ce homme dans la caducité; l'usage et les lois y avaient n'etait pas assurement par un tribunal composé pourvu; dans ces circonstances le doge etait sup- d'un petit nombre de membres, ¡nstitué pour punir plée par le plus ancien du conseil. "Ici, cela ne les crimes, et nullement investi du droit de revoquer suffisait pas aux ennemis de Foscari. Pour donner ce que le corps souverain de l'était avait fait. plus de solennite à la deliberation, le conseil des Cependant, le tribunal arreta que les six conseildix demanda une adjonction de vint-cinq senateurs ; lers de la seigneurie, et les chefs du conseil des dix, mais comme on n'en énonçait pas l'objet, et que le se transporteraient auprès du doge pour lui signiger, grand conseil était loin de le soupconner, il se que l'excellentissime conseil avait jugé convenable trouva que Marc Foscari, frère du doge, leur fut qu'il abdiquàt une dignité dont son âge ne lui perdonne pour l'un des adjoints. Au lieu de l'admettre mettait plus de remplir les fonctions. On lui é la deliberation, ou de réclame contre se choix, on donnait 1500 ducats d'or pour son entretien et enferma ce sénateur dans une chambre séparée, et vingt-quatrt heures pour se débider.* on lui fit jurer de ne jamais parler de cette exclusion Foscari repondit sur-le-champ avec beaucoup de qu'il éprouvait, en lui declarant qu'il y allait de sa gravité, que deux fois il avait voulu se démettre de rie; ce qui n'empêcha pas qu'on n'inscrivit son sa charge ; qu'au lieu de le lui permettre, on avait nom au bas du decret comme s'il y eût pris part. I exige de lui le serment de ne plus réitérer cette

Quand on en vint y la deliberation, Loredan" la demande ; que la providence avait prolongé ses provoqua en ces termes : { "Si l'utilité publique jours pour l'éprouver et pour l'afllige, que cependant doit imposer silence à tous les intrrêts prives, je ne on n'était pas en droit de reproacher sa longue vie doute pas que nous ne prenions aujourd'hui une a un homme qui avait employé quatre-vingt-quatre

la patrie reclame que nous lui devons. ans au service de la république; qu'il était prèt Les états ne peuvent se maintenir dans un ordre de encore à lui sacrifier sa vie; mais que, pour sa choses immuable; vous n'avez qu'à voir comme le dignite, il la tenait de la république entière, et qu'il notre est changé, et combien il le serait d'avantage se reservait de répondre sur ce sujet, quand la s'il n'y avait une autorite assez ferme pour y porter volonté générale se serait legalement manifestée. remede. J'ai honte de vous tire remarquer la con

Le lendemain, à l'heure indiquée, les conseillers fuasion qui regne dans les co seils, le désordre des et les chefs des dix se présenterent. Il ne voulut deliberations, l'encombremen les affaires, et la pas leur donner d'autre réponse. Le conseil s'aslegereté avec laquelle les plus inportantes sont sembla sur-le-champ, lui envoya demander encore

une fois sa résolution séance tenante, et, la réponse • Hase tamon injurias quamvis imaginarius non tam ad animum revoes

ayant été la mème, on prononça que le doge était verai Jacobus Lauredanus defunctorum nepos, guars in abecaderium vindic- relevé de son serment et déposé de sa dignité, on tam opportuna. (Palazzi Fasti Ducales.)

lui assignait une pension de 1500 ducats d'or, en lui 1 flád, en l'Histoire Venitienne de Vianolo.

enjoignant de sortir du palais dans huit jours, sous faut cependant remarquer que dans la notice où l'on raconte ce fait, la peine de voir tous ses biens confisqués. délibération es rapponde, que les vingt-cinq adjoints y sont nommés, et que le non de Mar Foscari ne s'y trouve pas.

• Ce Décret est rapportê textuellement dans la notice. $ Cette barangues, lit dans la nocice citée ci-dessus.

LA Botice rapporte aussi ce décret,

mesure que

« AnteriorContinuar »