Dictionnaire critique et raisonné des étiquettes de la cour, des usages du monde, des amusemens, des modes, des moeurs, etc. , des François, depuis la mort de Louis XIII jusqu'à nos jours ; contenant le tableau de la cour, de la société et de la littérature du dix-huitième siècle : ou l'Esprit des étiquettes et des usages anciens comparés aux modernes, Volume 1

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 4 - L'Acade'mie est comme un vrai chapitre ; Chacun à part promet d'y faire bien , Mais tous ensemble ils ne tiennent plus rien ; Mais tous ensemble ils ne font rien qui vaille. Depuis six ans dessus l'F on travaille ; Et le destin m'aurait fort obligé S'il m'avait dit : Tu vivras jusqu'au G.
Page 3 - Éclate par soi-même, et moi par ma grandeur. Si du côté des dieux, je cherche l'avantage, Ronsard est leur mignon, et je suis leur image. Ta lyre, qui ravit par de si doux accords, Te soumet les esprits dont je n'ai que les corps; Elle t'en rend le maître, et te fait introduire Où le plus fier tyran n'a jamais eu d'empire; Elle amollit les cœurs, et soumet la beauté.
Page 208 - Les étrangers disent souvent qu'ils ont bu du café, du thé, c'est mal parler ; boire ne se dit que des liqueurs faites pour servir de boisson, pour désaltérer, l'eau, le vin, la bière, le cidre, etc... et on dit prendre du café, du thé, du chocolat.
Page 323 - ... y at-il une autre grandeur que celle de Corneille et de Bossuet? y at-il d'autres passions que celles qui ont été maniées par Racine, effleurées par Quinault?
Page 95 - Par exemple, en entrant et en sortant d'un salon, chacun se croyoit obligé d'aller faire un compliment d'arrivée ou d'adieu à la maîtresse de la maison. Autrefois, au lieu de ces entrées bruyantes et triomphales , on se présentoit modestement et sans éclat ; on n'alloit point attaquer avec intrépidité la maîtresse de la maison, et souvent une profonde révérence formoittout le cérémonial.
Page 244 - Il n'en est pas de même dans les arts : comme ils ont des beautés réelles, il ya un bon goût qui les discerne, et un mauvais goût qui les ignore; et on corrige souvent le défaut d'esprit qui donne un goût de travers.
Page 15 - S'il n'y avait pas trente manœuvres pour un maître, la terre ne serait pas cultivée. Quiconque possède une charrue a besoin de deux valets et de plusieurs hommes de journée. Plus il y aura d'hommes qui n'auront que leurs bras pour toute fortune, plus les terres seront en valeur.
Page 251 - La guerre est une chose si horrible, que je m'étonne comment le seul nom n'en donne pas de l'horreur...
Page 286 - ... de toutes les passions. Mais s'il fait le bien pour l'amour du bien même, si ce devoir (épuré et consacré par le christianisme) domine dans son cœur, il peut espérer que Dieu, devant qui tous les hommes sont égaux, ne rejettera pas des sentiments dont il est la source éternelle. Je m'anéantis avec vous devant lui, et, n'oubliant pas les formules introduites chez les hommes, j'ai l'honneur d'être avec respect, etc.
Page 243 - Le goût dépravé dans les aliments est de choisir ceux qui dégoûtent les autres hommes : c'est une espèce de maladie. Le goût dépravé dans les arts est de se plaire à des sujets qui révoltent les esprits bien faits, de préférer le...

Informations bibliographiques