Images de page
PDF
ePub

dame d'Abrantės invoquée comme autorité dans un sujet où sont maîtres les Vinet et les Royer-Collard !

Il insulte enfin une dernière fois au pays qui m'a donné hospitalité, et se rit de la crasse ignorance du Suisse (ce sont ses expressions) qui m'a offert un abri propice et un auditoire favorable pour les premiers essais de mon travail. Est-ce assez immonde ?

[ocr errors][merged small][ocr errors]

Et maintenant je crois que j'aurais le droit de conclure qu'un homme qui a accumulé durant cent trente-cinq pages de telles absurdités et de tels non-sens, n'est pas et ne saurait être doué, même dans un autre ordre, de cette supériorité de génie qu'on lui prête si libéralement : il n'est pas et ne saurait être de l'élite des mortels. Je le dis à regret, mais cela est nécessaire pour ceux qui viendront après nous : il y a fort à prendre garde quand il s'agit de juger des grandes célébrités littéraires que nous avons vues de notre temps; il y a toujours à distinguer, pour ne pas être dupe, entre l'école des vrais grands esprits et l'école des grands farceurs. Le mot est làché. Balzac me paraît avoir été à cheval entre les deux. La part du charlatan qui s'exalte et qui se prend au sérieux est considérable en lui à côté de la vraie veine du talent. On est sujet, quand on y va de confiance, à confondre toutes ces parties fort mêlées dans son cuvre et à s'éblouir à son exemple. Que n'a-t-on pas dit, pour le déifier, depuis qu'il n'est plus? Son manque de justesse, son grossissement de coup d'ail, ses hallucinations passé un certain point, ses faux airs de science, tout est pour le mieux, tout sert à la transfiguration de l'écrivain. J'y assiste depuis dix ans comme à une curiosité. J'ai cessé de contredire. Je laisse les générations plus jeunes découvrir chaque jour chez lui des beautés nouvelles et des mystères cachés ; je ne nierai même pas qu'en causant avec quelques-uns de mes jeunes amis libertins, je n'aie entendu sur Balzac des théories très-étranges, très-amusantes, et qui avaient cela de précieux pour moi qu'elles étaient bien au point de vue de cet ambitieux auteur, et qu'elles me faisaient comprendre tout son succès. Car la société actuelle, ne l'oubliez pas, les générations présentes aiment et préconisent dans Balzac l'homme non-seulement qui leur a peint leur vice, mais qui le leur a chatouillé; c'est pourquoi je les récuse comme juges en dernier ressort : ce sont des complices. – Dans tous les cas, pourquoi s'est-il avisé, cette fois, de sortir de sa sphère et de son domaine ? Pourquoi s'est-il engagé si à l'étourdie dans le vallon de Port-Koyal : j'ai profité de l'avantage du terrain.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

FIN DE L’APPENDICE.

de Racer e de plus

TABLE DES MATIÈRES.

LIVRE PREMIER.

ORIGINES ET RENAISSANCE DE PORT-ROYAL.

Origine des Arnauld. - M. de La Mothe-Arnauld à la Saint-Bar-

thélemy. – M. de Montlosier. — Le fils aîné de M. de La
Mothe au siège d'Issoire. — M. Arnauld du Fort devant La Ro-
chelle. — M. Arnauld de Philisbourg. - M. Antoine Arnauld,
l'avocat ; et M. Marion, son beau-père. — M. Marion, le pre-
mier du Palais qui ait bien écrit; ce que cela veut dire.

III, pages 64 et suiv.

Genre d'éloquence de M. Arnauld l'avocat; emphase.-Ce qu'en ra-

content Tallemant et d'Andilly, — et Pierre Matthieu. — Le duc
de Savoie au Parlement; plaidoirie de M. Arnauld. — Son dis-
cours pour l'Université contre les Jésuites; son désintéresse-
ment. — M. Arnauld et M. Marion honnêtes gens et chrétiens,
mais selon le monde; diplomatie pour les Bulles. - Petite
supercherie jésuitique des Arnauld. – La jeune Angélique,
coadjutrice de Port-Royal, élevée à Maubuisson par la seur
de la belle Gabrielle.

IV, pages 77 et suiv.

Henri IV à Maubuisson; matière de fabliau, – Bulles obtenues

et mensonge. - La jeune abbesse installée à Port-Royal, -
Jeux et passe-temps; mélancolie et angoisses. — Contraste de
caractère d'Angélique et d'Agnès. - Projet périlleux de la jeune
Angélique; maladie; elle va chez son père. — Elle est touchée
par l'affection humaine; retour au monastère. - Sermon du
Père Basile; première lueur divine. — Le Père Bernard et
le Père Pacifique; transes mortelles ; excès ascétiques. — Elle
va à Andilly; M. Arnauld la chapitre. — Elle revient à Port-
Royal. — Considérations sur l'oeuvre de Grâce.

y, pages 98 et suiv.

Second coup de la Grâce à la Toussaint de cette année 1608. -

Réforme commencée dans le monastère. — Dame Morel et le
petit jardin. — Quelques caractères fondamentaux de l'invasion
de la Grâce, communs chez tous les élus. — 25 septembre 1609,
Journée du Guichet. - Évanouissement de la mère Angélique ;
Esther. - M. de Vauclair paie les frais ; tragi-comédie. -
Serment téméraire de madame Arnauld. - Rapprochement
avec les personnages de Corneille et avec le Polyeucte.

VI, pages 116 et suiv.

Episode dramatique. - Corneille eut-il relation avec Port-Royal ?

- Il connaît les Pascal. – Polyeucte et la doctrine de la Grâce.
- Objections de l'hôtel Rambouillet. - Hymne de Polyeucte dans
sa prison ; la mère Angélique au pied de l'autel. - Dénoûment
de Polyeucte; suites de la Journée du Guichet. – Mort de
madame Arnauld; tribu de Lévi. Jugements divers sur Po-
lyeucte. — Caractère de Sévère. — Pauline. - Corneille , tra-
ducteur de lImitation de Jésus-Christ. - Postérité de Polyeucte
au théâtre; le Suint-Genest de Rotrou.

[ocr errors][ocr errors]

VII, pages 147 et sưiv.

Continuation de l'épisode dramatique. — Deux familles de génies :

de laquelle Rotrou ? - Son degré de parenté avec Corneille. -
Analyse du Saint-Genest. – Différence avec la tragédie sacrée
de Racine. -- Jugements de Port-Royal sur Polyeucte.

VIII, pages 175 et cuiv..

[ocr errors][ocr errors]

Retour au cloître. — Suites de la Journée du Guichet. – Nou-

veaux directeurs : le Père Archange. – Premier printemps de
Port-Royal. – La scur Anne-Eugénie : son récit. - Amélie,
sæur de René. — Activité de Port-Royal ; missions à l'entour.
- Réforme à Maubuisson ; la mère Angélique commissaire.
- Enlèvement de madame d'Estrées ; elle reparaît à main ar-
mée. - La mère Angélique fait retraite en bon ordre. - Entrée
à Pontoise et retour triomphant. — Elle revient à Port-Royal;
les trente muettes. – Saint François de Sales et sa relation
avec Port-Royal. - Conseils charmants. – Sa pensée secrète
sur l'état de l'Eglise..

[ocr errors]

IX, pages 216 et suiv.

Staur de la
bi se pierde
mére Alikteli
tragi-comedie
Rapproches

Esprit de saint François de Sales. — Deux lignées d'esprits dans

le Christianisme. — De quelques points de dogme chez saint

youcle.

« PrécédentContinuer »