Imágenes de página
PDF
ePub
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][graphic]

A PARIS,

Chez F. BUISSON, Imprimeur - Libraire, rue Hautefeuille, no, 20.

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

ÂLACRITIQUE.

Écrivez comme si vous aimiez la gloire; .vivez comme si elle vous étoit indifférent».

O'alembert. Essai sur le* Gens de Lettres•

Divinité qui, d'une main

Tiens la trompette de la Gloire,

De l'autre le sifflet malin

Qui chAouilla, nous dit l'histoire,

L'oreille de plus d'un Cotin;

O déesse, je te révère,

Lorsque du Goût, suivant les loit,

Ta main, et savante et légère,

Flétrit d'un trait ou d'une croix

Le tour, le mot qui peut déplaire;

Ou quand, d'un signe plus heureux,

Tu marques la page sensée

Où brille, autour de la pensée,

L'éclat d'un style harmonieux.

Mais je me ris de ta colère,

Quand je te vois, dans tes accès,
Montrer les dents comme Cerbère,
Et fronçant tes sourcils épais,
Abboyer contre un pauvre hère,
Un pauvre auteur qui n'en peut mais
Et qui', portant un cœur de père
Pour un enfant qu'il met au jour,
Supplie, au nom de l'innocence,
Qu'on ait pour lui ce doux amour
Que tout bon cœur doit à l'enfance.

Mais de moi-même ici parlons,
Et de mon œuvre un peu bizarre:
Sage écolier, je me prépare
A me nourrir de tes leçons.
Armé pourtant d'un privilège,
Ne vas pas, préfet de collège,
Frapper sur moi trop rudement,
Comme tel docteur de la veille,
Étroit cerveau, parlant, pensant
Comme l'ânier qui, conduisant
Son quadrupède à longue oreille,
Pour le hâter va l'assommant.
Pour réussir dans ta culture,
Et moissonner un grain heureux,
Déesse, il faut que la censure,

« AnteriorContinuar »