Imágenes de página
PDF
ePub

est le genre qui comprend sous soi « honneur, » comme son espèce. Que si, au lieu d'honneur, il y avait « mal, » alors il faudrait répéter la préposition pour, et dire: « pour le bien et pour le mal de son maître. » Il en est ainsi de plusieurs autres prépositions, comme par, contre, avec, sur, sous, et leurs semblables.

Après ces observations grammaticales, on fera une seconde lecture du même récit ; et, à chaque période on demandera aux jeunes gens ce qu'ils trouvent de remarquable, soit pour l'expression, soit pour les pensées, soit pour la conduite des mœurs. Cette sorte d'interrogation les rend plus attentifs, les oblige de faire usage de leur esprit, donne lieu de leur former le goût et le jugement, les intéresse plus vivement à l'intelligence de l'auteur par la secrète complaisance qu'ils ont d'eu découvrir eux-mêmes toutes les beautés, et les met à peu près en état de se passer du secours du maître. Celui-ci ensuite ajoute et supplée ce qui manque à leurs réponses, étend et développe ce qu'ils ont dit trop succinctement, réforme et corrige ce en quoi ils ont pu se tromper.

a II leur demanda un homme d'un profond savoir et d'une vie irréprochable, afin que la ville impériale se sanctifiât par ses instructions et par ses exemples. » Grande leçon ! La science ne suffit pis pour remplir les places de l'Église; les bonnes mœurs sont encore plus nécessaires. Cette dernière qualité doit marcher avant l'autre. Aussi l'historien Théodbret, dont cet endroit est tiré, a-t-il mis les mœurs avant le savoir, et l'exemple avant l'instruction, conformément à ce qui est dit de Jésus-Christ, qu'il était puissant en œuvres et en paroles ; qu'il a fait et enseigné. (Luc. xxiv, 19 ; Act., i, 1.) — « Afin que les empereurs, qui sont les maîtres du monde et qui ne laissent pas d'être de grands pécheurs, puissent recevoir ses avis avec confiance et ses corrections avec respect. » On pouvait mettre simplement : Afin que les empereurs fussent plus en état de profiter de ses avis et de ses corrections. Maïs quelle beauté et quelle solidité n'ajoutent pointa cette pensée les deux épithètes et les deux qualités qu'on donne ici aux empereurs, dont l'une semble les mettre au-dessus des remontrances et l'autre marque l'extrême besoin qu'ils en ont. — On remarquera aussi la justesse et le rapport des deux parties qui composent ce der

nier membre: « recevoir les avis avec confiance, et les corrections avec respect. » — a 11 répondit que cette affaire était au-dessus de ses forces, et que ce choix leur appartenait. » Admirez la piété éclairée de Valentinien, qui ne veut point se charger du choix d'un évêque, sachant qu'il se rendrait responsable des terribles suites que pourrait avoir une mauvaise élection.

« Les évêques s'assemblèrent. » On expliquera en peu de mots comment se faisaient alors les élections, et par quels degrés elles ont été conduites à l'état où nous les voyons. — « Ambroise vint à l'église pour empêcher le désordre. » On fera'remarquer comment la divine Providence préside à toutes les délibérations, et surtout aux assemblées ecclésiastiques: de quelle manière elle se cache sous des événements qui paraissent n'être l'effet que du hasard, mais qu'elle a secrètement ordonnés; avec quel souverain empire elle dispose des volontés des hommes; qu'elle arrive toujours à ses fins, sans donner atteinte à leur liberté; combien elle est maîtresse de nos pensées, et avec quelle facilité elle calme et réunit des esprits qui, un moment auparavant, étaient divisés et tout près d'en venir à une sédition ouverte. — « Qu'il n'était pas même encore baptisé. » On dira un mot de l'ancienne coutume de différer le baptême afin de se préparer à recevoir dignement le baptême, et de se mettre en état d'en conserver plus sûrement l'effet de la vertu.

« On lui donna [des gardes, de peur qu'il ne s'enfuit. » On développera les vains efforts de saint Ambroise pour éviter l'épiscopat: sa fuite précipitée pendant toute une nuit et ses courses incertaines qui le ramenèrent au même lieu d'où il était parti et les divers artifices qu'il employa pour paraître peu digne de cette haute dignité, mais dont le peuple connut bien la véritable cause. Ce sera une occasion naturelle de faire bien remarquer aux jeunes gens que dans les premiers siècles de l'Église il fallait faire violence aux saints pour les engager dans le ministère ou dans les dignités de l'Église, et que l'histoire ecclésiastique en rapporte une infinité de beaux exemples que le temps ne permet pas de raconter. Par là on excite leur curiosité, et dans d'autres occasions on leur apprend combien saint Basile, saint Grégoire de Naaianze, saint Chrysostome, saint Augustin, saint Paulin, et tant d'autres répandirent de larmes, quand on les força d'accepter le sacerdoce ou l'épiscopat; et combien leur crainte était sérieuse et leur douleur profonde et sincère, dans l'appréhension où ils étaient de ne pas suffire à un tel fardeau.

Eu faisant tous les jours dans les classes une lecture de cette sorte, il est aisé de comprendre jusqu'où irait le progrès, au bout de quelques années; quelle connaissance les jeunes gens acquerraient de leur langue; combien ils apprendraient de choses curieuses soit pour l'histoire, soit pour les anciennes coutumes; quel fonds de morale s'amasserait imperceptiblement dans leurs esprits ; de combien d'excellents principes pour la conduite de la vie, ils se rempliraient eux-mêmes par les différents traits d'histoire qu'on leur ferait lire ou qu'on leur citerait. Enfin, à l'aide de tels exercices, ils remporteraient di collège un goût décidé pour la lecture, ce qui peut être regardée comme l'un des principaux fruits qu'on doive attendre de l'éducation. En effet, le goût de la lecture préserverait les jeunes gens d'une1 infinité de dangers inséparables de l'oisiveté, leur ferait aimer et rechercher fa compagnie des gens de lettres et des personnes d'esprit, et leur rendrait insupportables tant de fades conversations, dénuées de toute solidité et qui sont une suite de l'ignorance et la source de mille maux.

TABLE DES MATIÈRES.

INTRODUCTION. — Principes De Composition Classique Et D'analyse Litté-

Raire. — 1. Exercices et règles générales. — 2. Narrations. — 3. Descriptions.

— 4. Discours. — 5. Lieux communs. — Analyses littéraires 1

CHAPITRE I. — Des Principaux Prosateurs Au Seizième Siècle; Préludes Du

Siècle De Louis XIV. — 1. Montaigne. — 2. Amyqt. — 3. Saint François de

Sales. — 4. Satire Ménippée. — 5. Balzac. — 6. Descartes 17

CHAPITRE II. — Pascal. )- Disproportion de l'homme. — 2. Misère de
l'homme dans;sa recherche de l'occupation et du divertissement. — 3. L'ima-
gination. — 4. Pensées détachées. — 5. Lettre de Pascal à la reine Christine
de Suède en lui dédiant son ouvrage sur la Roulette (jt

CHAPITRE III. — Bossurt. — i. Exorde de l'oraison funèbre de la reine d'An*

gleterre. — 2. Fermeté de la Reine parmi les fonctions dont elle est assaillie.

— 3. Mort de la duchesse d'Orléans. — 4. Les grandeurs et la gloire. —

5. Alexandre et le prince de Condé. — 6. Péroraison. — 7. Conquêtes et mort

d'Alexandre. — 8. Considérations sur la destinée des empires.— 9. Dieu gou-

verne les choses humaines. — 10- De la vie. — Des vérités éternelles... 72

CHAPITRE IV. — Madame De Sévignr. — 1. A sa fille. — 2. Diverses ancc-

doctes. — 3. Pensées et sentiments au sujet de diverses morts. — 4. La mort

du ministre Louvois.. — 5. Récit de la mort de Turenne. — 6. Genre de vie

de madame de Sévigné à sa campagne des Rochers 119

CHAPITRE V. — Bourdalour. — 1. L'ambition. — 2. L'oubli des pauvres. —

3. Extrait du sermon sur la Nativité. — 4. Ce qui fait les héros 133

CHAPITRE VI. — Flécbier. — 1. Extrait de l'Oraison funèbre de Turenne. —
2. Mort de Turenne. — 3. Exorde et péroraison de l'éloge funèbre de la
duchesse de Montausier. — 4. Fragments de quelques autres exordes.. 143 s

CHAPITRE VII. — Fénelox. — 1. Tempête. — 2. Marche triomphale de la déesse
Amphitrite. — 3. Entretiens d'Hazaè'l et de Mentor. — 4. Les Champs-Elysées.

— 5. Paroles d'Arcésius. — 6. La terre. — 7. Les plantes. — 8. Aveuglement
des hommes qui ne voient pas Dieu dans ses œuvres. — 9. Le rossignol et la
fauvette. — 10. Platon et Denys le Tyrau. — 11. Persuader, peindre et tou-
cher. — 12. Variété et simplicité du style. — 13. éloquence des livres
saints , 102

CHAPITRE VIII. — BauïÈRE.— 1. Le riche et le pauvre. — 2. Gnathon ou

l'Égoïste. — 3. L'homme paré des plumes du paon. — 4. L'amateur d'oi-

seaux. — 5. L'homme aux estampes. Pensées morales et détachées. — 6. Le

berger et le troupeau. — 7. Quelques pensées littéraires , 104

CHAPITRE IX. — Vbutot. — 1. Tortraits de Pompée et de César. — î. Triom-
phe des conjurés et succès du duc de Bragance , 2î4

CHAPITRE X. — Massillox. — £ Existence de Dieu. — 2. Immortalité. — 3. La

scène du monde où tout chauge et tout passe. — 4. Le petit nombre des

élus. — 5. Péroraison du même discours. — 6. Exorde du sermon sur le jour

de la Toussaint. — 7. Passages extraits du Petit-Carême. — 8. Pensées

détachées: 234

CHAPITRE XI. — Mohtesouieu. — i. Causes de la perte de Rome. — 1 Avilis-

sement des Romains sous la tyrannie 263

CHAPITRE Xtl. — Voltaire. — 1. Conquête de la Flandre en Jfi67. - 2. Con-

quête de la Franche-Comté en 1668. — 3. Charles XII àBender 276

CHAPITRE XIII. — Burron. — 1- Nature brute et nature cultivée. — 2. l'A-

rabie. — 3. Le chien. — 4. L'oiseau-mouche. — îi. Le cygne.—6. Importance

du style. — 7. Nécessité d'un plan. — 8. Le style est l'homme 291

C.HAl'ITKEXIV. - J. J. Rousseau. — i. L'immortalité de l'âme. — S. La corw-

cience. — 3. L'Évangile. —4. Lever du soleil 314

CHAPITRE XV. — IÎEniïAnDipf De Saimt-piuere. — 1. Les nuages. - 2. Le lis <
In rose. — 3. Le murmure des arbres. — 4. Le sentiment de la divinité.
5. Immortalité de Pâme 32

CHAPITRE XVI — Cuatf.aubiuahd. — 1. La fêle des Rogations. — 2. Prières
soir en mer. — 3. Le Meschacebé. — 4. La poule d'eau. — 5. Le remon
de la cuusciencc 33

Appendice. — Modèle d'analyse emprunte au Traité des études de Uollin.. 35

TABLE DES MATIÈRES 35

[graphic]
« AnteriorContinuar »