Imágenes de página
PDF
ePub

I willingly admit, on the other hand, that the duties of the neutral power cannot be determined by the laws which that power may have made in its own interest. This would be an easy ineans of eluding positive responsibilities which are recognized by equity and imposed by the law of nations. There exists between nations a general law, or, if it is preferred, a common tie, formed by equity and sanctioned by respect for reciprocal interests; this general law receives especial development in its application to acts which take place at sea, where no frontiers are marked out, and where there is the greater necessity that liberty should be secured by a common law, without which it would be impossible to defend one's self by positive guarantees from the most flagrant acts of injustice. This is what prompted the saying of one who bad been brought up in habits of servility, to say, “ The Emperor is master of the earth, but the law is the mistress of the sea."* I grant then the right of the belligerent to require that the neutral should not shelter his responsibility under rules made by himself in his own interest, and I enter fully into the views of Article VI of the treaty of Washington, which simply gives the preference to rules of general equity over the provisions of any particular system of legislature, whatever it

It does not, however, seem to me admissible that a belligerent should be able to require of a neutral that, in order to fulfill his neutral duties, he should increase his military establishments or his ordinary system of defense. This would be an encroachment on the independence of a state, which is not bound to abdicate a portion of its material sovereignty because it finds itself involuntarily in a special position with regard to the belligerent. The neutral may be asked to put the powers of his government into full activity in order to maintain his neutrality; he can. not reasonably be expected to modify the organization of his administrative machinery to serve the interests of another power.

We must beware of rendering the condition of veutrals too difficult and almost impossible. The importance of circumscribing war is a mat

may be.

J'admets volontiers, d'autre part, que les devoirs du neutre ne puissent pas être déterminés par les lois que cette puissance se serait faites dans son propre intérêt. Il y aurait là un moyen facile de se soustraire à des responsabilités positives, que l'éqnité reconnaît et que le droit des gens impose. Les nations ont entre elles un droit commun), ou, si on aime mieux un lien commuu, formé par l'équité et sanctionné par le respect des intérêts réciproques; ce droit commun se développe surtout en s'appliquant aux faits qui se passent sur la mer, là où les confins ne sont point tracés, où la liberté doit être d'autant plus assurée par un droit commun sans lequel il serait impossible de se mettre à couvert des plus flagrantes injustices par des garanties positives. C'est ce qui faisait dire à cet ancien, nourri dans les habitudes du servilisme: “L'Empereur est le maitre de la terre, mais la loi est la maitresse de la mer.” J'accorde, donc, au belligérant d'exiger que le neutre ne mette point à couvert sa reponsabillité sous des segles qu'il se serait fixées dans des vues de son seul intérêt, et j'entre pleinement dans les vues de l'article VI du traité de Washington, qui ne fait que donner la préférence aux règles de l'équité générale sur les dispositions d'une législation particulière quelle qu'elle puisse être.

Il ne me parait pas cependant admissible qu’un belligérant puisse exiger du neutre que, pour remplir ses devoirs de neutralité, il augmente son pied militaire, son système ordinaire de défense. Il y aurait là une infraction à l'indépendance de chaque état, qni, pour se trouver involontairement dans une position spéciale à l'égard du belligérant, n'est pas tenu d’abdiquer une portion de sa souveraineté matérielle. On peut demander au neutre de mettre en pleine activité les ressorts de son gouvernement pour maintenir sa neutralité; on ne peut pas raisonnablement attendre de lui qu'il modifie l'organisation de sa machine gonvernementale, pour servir les intérêts d'une antre puissance.

Il faut bien se garder de rendre la condition des neutres par trop difficile et presque mpossible. On parle toujours de l'importance de circonscrire la guerre, et si on acca

* Dix, lib. i, de Lege Rhodia.

ter of continual remark, and if neutrals are to be overwhelmed with a burden of precautions and a weight of responsibility wbich is in excess of the interest they have to remain neutral, they will be forced to take an active part in the war; instead of a proper inaction we should have an increase of hostilities. There will no longer be any medii between combatants; the disasters of war will be multiplied, and the part of mediators, which neutrals have often undertaken and brought to a successful conclusion, will forever disappear.

Let us then take a view which will induce neutrals and belligerents mutually to respect one another. Let us take as a basis the two conditions of neutrality laid down by Dr. L. Gessner.*

These are :

1. To take absolutely no part in the war, and to abstain from all that might give an advantage to one of the belligerent parties.

2. Not to permit on the neutral territory any proximate hostile act of one party against the other.

As to the measure of activity in the performance of the duties of a neutral, I think the following rule should be laid down:

That it should be in a direct ratio to the actual danger to which the belligerent will be exposed through the laxity of the neutral, and in an inverse ratio to the direct means which the belligerent can control for arresting the danger.

This rule leads us to a solution of the question, so often discussed in the documents presented, as to the initiative to be taken by the neutral in order to preserve his neutrality to the profit of the belligerent.

Where the ordinary conditions of the country, or particular circumstances which have occurred on the territory of the neutral, constitute a special danger for the belligerent, who has no direct means of protecting himself from them, the neutral is bound himself to take the initiative in order that the state of neutrality may be maintained with regard to the two belligerents.

ble les neutres d'un fardeau de précautions et d'une responsabilité qui dépasse l'intérêt qu'ils ont à rester dans la neutralité, on les forcera à prendre une part active à la guerre; au lieu d'une convenable inaction, on aura une augmentation d'hostilités. Il n'y aura plus de medii entre les combattants; les désastres de la guerre se multiplieront, et le rôle de médiateurs, que les neutres ont souvent entrepris et conduit à bonne fin, sera effacé à jamais.

Plaçons-nous donc à ce point de vue qui puisse engager les neutres et les belligérants à se respecter mutuellement. Prenons pour base les deux conditions de neutralité telles qu'elles sont posées par le docteur L. Gessner, c'est-à-dire que

Les conditions de la neutralité sont:

1. Qu'on ne prenne absolument aucune part à la guerre et qu'on s'abstienne de tout ce qui pourrait procurer un avantage à l'une des parties belligérantes.

2. Qu'on ne tolère sur le territoire neutre aucune hostilité immédiate d'une partie contre l'autre.

Quant à la mesure de l'activité dans l'accomplissement des devoirs du neutre, je crois qu'il serait à propos d'établir la formule suivante:

Qu'elle doit être en raison directe des dangers réels que le belligérant peut conrir par le fait ou la tolérance du neutre, et, en raison inverse, des moyens directs que le belligérant peut avoir d'éviter ces dangers.

Cette formule nous conduit à résoudre la question, si souvent débattue dans les documents produits, de l'initiative à prendre par le neutre au profit du belligérant pour sauvegarder sa neutralité.

Là où les conditions ordinares du pays, ou des circonstances particulières survenues sur le territoire du neutre, constituent un danger spécial pour le belligérant qui ne peut avoir des moyens directs de s'y soustraire, le nentre est tenu d'employer sou initiative atin que l'état de neutralité se maintienne à l'égard des deux belligérants.

*"The Law of Neutrality at Sea,” Berlin, 1865, p. 22.

This initiative may be taken either on account of a flagrant case of some enterprise of one of the belligerents against the other, or on the application of the belligerent denouncing a fact or a series of facts which would constitute a violation of neutrality in regard to him, i. e., which

. would improve the position of one belligerent to the detriment of the other.

It does not appear that the neutral could in such case release himself from responsibility by requiring the belligerent to furnish him with evidence sufficient to institute regular proceedings before the courts. This vould be to reduce the belligerent to the condition of a mere subject of the government of the country. The law of nations is pot contented with these narrow measures of precaution; it requires a larger measure of assistance. This is demanded not only by the comitas inter gentes, but also by the real necessity which nations are under to lend reciprocal aid and protection in order to maintain their independence and guarantee their security.

The greater, then, the actual danger to the belligerent on the territory of the neutral, the more is the latter bound to watch over his neutrality and to prevent its being violated to the profit of either of the belligerents.

The matter appears under a somewhat different light when the belligerent can, of himself, by the employment of his forces, hold his enemy in check, even on the neutral territory. This case presents itself in particular when the geographical position of a state is sufficient of itself to secure the means of promptly repressing any enterprise prepared on the neutral territory. Under such circumstances the neutral would no longer be bound to assume an initiative which would have no object. He could vot, however, from considerations of self-respect, allow his neutrality to be violated, and he would be bound to comply with any just demand which might be addressed to him, in order to avoid any kind of connivance with one or other of the belligerents.

If from abstract principles we pass to the consideration of the particular facts for which the United States hold that Great Britain is responsible,

Cette initiative pent être mise en mouvement, soit par un cas flagrant de quelque entreprise de l'un des belligérants contre l'autre, soit sur l'instance du belligérant qui dénonce un fait ou une série de faits qui violeraient à son égard les règles de la neutralité--c'est-à-dire, qui rendraient meilleure la position d'un belligérant au détriment de celle de l'antre.

Il ne parait pas que le neutre puisse, dans pareil cas, se décharger de sa responsabilité en exigeant du belligérant qu'il lui fournisse les preuves suffisantes pour instituer une procédure régnlière devant les tribunaux. Ce serait réduire le belligérant à la condition d'un simple sujet du gouvernement du pays. Le droit des gens ne se contente pas de ces étroites mesures de précautious: il lui faut plus de largeur d'assistance. Ce n'est pas seulement la comitas inter gentes qni Ja réclame, c'est le besoin réel qu’out les nations de se prêter réciproquement aide et protection pour maintenir leur indépendance et garantir leur sécurité.

Plus douc il y aura pour le belligérant de dangers réels sur le territoire du neutre, plus celui-ci sera tenu de veiller sur sa neutralité, en empêchant qu'elle ne soit violée au profit de l'un ou de l'autre des belligérants.

La chose se présente un peu différemment lorsque le belligérant peut, à lui seul, par l'emploi de ses forces, tenir en échec son ennemi, même sur le territoire nentre. Ce cas se présente surtout lorsque la position géographique d'un état suffit d'elle-même à assurer les moyens de réprimer promptement toute entreprise préparée sur le territoire neutre. Dans ces circonstances le mentre ne serait plus tenu de prendre une initiative qui serait sans objet. Il ne pourra pas cependant tolérer, par respect pour lui-même, qu'on viole sa neutralité, et il sera tenu de détérer à toute juste demande qu’on lời adresserait d'éviter toute espèce de connivence avec l'un ou l'antre des belligérants.

Si des principes abstraits nous passons à la considération des faits particuliers sur lesquels les États-Unis croient que la responsabilité de l'Angleterre est engagée, nous we must commence by discussing the construction of ships, and the circumstances under which such construction took place. Indeed, the fact of the construction of the vessels, of their armament and equipment, and of the export of arms, assumes a different aspect according to the circumstances of the time, the persons, and the localities in which it occurred. If the government on whose territory the acts take place is aware of a permanent state of affairs, leading to a decided probability that such construction, armaments, and exports will be effected with the object of assisting the designs of a belligerent, the duty of vigilance on the part of the government becomes inore pressing, and exists to a greater extent.

British unfriendliness.

British unfriendliness,

The British government was fully informed that the confederates had

established in England a branch of their means of attack and

defense against the United States. Commissioners representing the government of Richmond were domiciled in London, and had put themselves in communication with the English government. Lord Russell had received these confederate representatives in an unofficial way. The first visit took place on the 11th of May, 1861, that is to say, three days before the Queen's proclamation of neutrality, and four days before Mr. Adams arrived in London as the minister of the United States; aud further, the English government could not but know that great commercial houses were managing the interests of the confederates at Liverpool, a town which from that time was very openly pronounced in favor of the South. In Parliament itself opinions were before long openly expressed in favor of the insurgents. The Queen's ministers themselves did not disguise that, in their opinion, it would be very difficult for the American Union to re-establish itself as before. Then, strange to say, the most influential members of the House of Commons were seen to detach themselves, on this question, from the ministry of which they had been the powerful supporters. The voice of Mr. Cobden and that of Mr. Bright were raised in favor of the United States. The Ameri

devons d'abord parler de la construction des navires et des circonstances au milieu desquelles ces constructions eurent lieu. Le fait, en effet, de la construction des vaisseaux, de leur armement et équipement, de l'exportation des armes de guerre, preud un aspect différent, selon les circonstances des temps, des personnes et des lieux où il s'accomplit. Si le gouvernement sur le territoire duquel le fait se passe a connaissance d'un état de choses permanent, auquel vienne se rattacher une probabilité marquée que de semblables constructions, armements et exportations se fassent dans le but de servir aux projets d'un belligérant, le devoir de surveillance de la part de ce gouvernement devient plus étendu et plus pressaut.

Le gouvernement britannique était pleinement informé que les confédérés américains du sud avaient établi en Angleterre comme une succursale de leurs moyens d'attaque et de défense vis-à-vis des Etats-Unis. Un comité de représentants du gouvernement de Richmond avait été établi à Londres, et il s'était mis en rapport avec le gouvernement anglais. Lord Russell avait reçu les délégués des confélérés, mais sans caractère officiel. La première visite avait eu lieu le 11 mai 1861-c'est-à-dire, trois jours avant la proclamation de neutralité de la reine et quatre jours avant l'arrivée de M. Adams à Londres en qualité de ministre des États-Unis. Le gouvernement anglais ne pouvait pas ignorer non plus que de fortes maisons de commerce soignaient les intérêts des confédérés à Liverpool, ville trés-prononcée dès lors en faveur de l'Amérique du snd. Il ne tarda pas à se prononcer en plein Parlement une opinion tout à fait favorable aux insurgés du sud. Les ministres de sa Majesté la Reine, eux-mêmes, ne dissimulèrent point que dans leur manière de voir il était très-difficile que l'Union américaine put se rétablir telle qu'elle etait auparavant. Alors, chose étrange, on vit des membres les plus influents de la Chambre des communes se détacher, sur cette question, du ministère, dont ils avaient été de puissants auxiliaires. La voix de M. Cobden et celle de M. Bright se firent entendre en faveur des États-Unis. Les Améri

cans of the North could have had no advocates more devoted to their cause, and they did not fail to take advantage of their authority. These great movements of public opinion in contrary directious formed as it were an atmosphere of agitation which ought to have kept the British ministry on its guard, in order that it might succeed in maintaining perfectly equal relations with the two belligerent parties.

Let us now turn from these remarks on the facts to the consideration of the special law of the question. In the first of the rules laid down in Article VI of the treaty of Washington, inention is made of the due diligence to prevent the building, equipment, and arming of vessels, which a government is bound to exercise, when it has reasonable ground to believe that this building, arming, and equipping are for the purpose of furnishing warlike aid to one of the belligerents.

The same words occur again in the third rule, while they are wanting in the second. “Why so?" asked Lord Cairns in the debate on the treaty which took place in the House of Lords on the 12th June of last year. It seems to me that it might be answered: because, in the case of the first and third rules there is room for investigations of persons and circumstances to ascertain the facts denounced, whereas the second relates to a series of evident facts on which no inquiry need be made as regards credibility.

“What,” continued the noble lord, “is the standard by which you can measure due diligence? Due diligence, by itself, means nothing. What is due diligence with one man, with one power, is not due diligence with another man, with a greater power."

Due diligence, then, is determined, in my opinion, as I have already said, by the relation of the matter to the obligation imposed by law. But what is the measure of the sufficient reason? It will be furnished by the principles of the law of nations, and the cbaracter of the circumstances. And here, not to leave the question in ambiguity, I will examine some of the propositions contained in the argument of Her Britannic Majesty's counsel on the first of the points mentioned by the tribunal in its reso

[ocr errors]

cains du nord ne pouvaient avoir d'avocats plus dévoués à leur cause, et ils ne manquèrent pas de se prévaloir de leur autorité. Ces grands mouvements de l'opinion publiqne dans des sens opposés l'ou à l'autre formaient comme une atmosphère d’rgitation, qni devait tenir éveillé le ministère britannique, afin de pouvoir se maintenir dans des rapports parfaitement égaux avec les deux parties belligérantes.

Passons maintenant de ces remarques sur les faits à des considérations sur ce droit spécial. Dans la première des règles posées à l'article VI du traité de Washington, il est parlé de la due diligence à enipêcher les constructions, équipements et armements de vaisseaux qu'un gouvernement est tenu de déployer quand il a un reasonable ground" de croire que ces constructions, armements et équipements ont pour objet d'aider, pour l'usage de la guerre, un des belligérants.

Les mêmes mots se retrouvent dans la troisième règle; ils manquent dans la seconde. “ Pourquoi cela ?" demandait Lord Cairns dans la discussion sur le traité susdit, qui ent lien dans la Chambre de pairs le 12 juin de l'année dernière. Il me semble qu'on pourrait répondre : c'est parce que dans les cas de la première et de la troisième règle il y a lieu à des investigations de personnes et de choses pour certifier les faits incriminés, au lieu que la seconde se rapporte à une série de faits évidents, sur lesquels il n'y a pas de recherches à faire en matière de crédibilité.

“Quel est donc l'étalon," poursuivait à dire le poble lord, " d'après lequel vous pouvez mesurer la due diligence? Due diligence, à elle seule, ne signifie rien. Ce qui est due diligence avec tel homme et tel gouvernement ne l'est plus avec tel autre homme, tel autre gouvernement plus puissant.”

La due diligence se détermine donc, à mon avis, ainsi que je l'ai déjà dit, par le rapport des choses avec l'obligation imposée par le droit. Mais quelle est la mesure de la raison suffisante! Ce sont les principes du droit des gens et la qualité des circonstances qui nous la donneront. Et ici, pour ne pas rester dans le vague, j'examinerai quelquesunes des propositions contennes dans l'argument du conseil de sa Majesté britannique sur le premier des points indiqués par le tribunal dans son arrêté du 24 juillet. Je ne

« AnteriorContinuar »