Imágenes de página
PDF
ePub

églises allant au-devant dudit corps , par ordre et chacun en son degré; et puis les prélats au dextre côté; c'est à savoir les évêques de Paris, de Chartres et de Thérouenne, les abbés de Sainte-Magloire, de Saint-Germain-des-Grès , de Saint-Maur et de Sainte-Geneviève ; et au sénestre côté alloient l'université , les recteurs et docteurs, aussi près du corps comme les prélats. Et portoient ledit corps, ses chevaucheurs et ceux de son écuyerie. Et après suivoient les maîtres d'hôtel et écuyers d'écuyerie au côté dextre ; et au sénestre étoient les prévôts de Paris et des marchands , et les sergents d'armes entre deux ; et au plus près du corps étoit son premier varlet de chambre. Et ceux de la cour de parlement portoient le drap par-dessus le corps, et au plus près du chef étoit son premier chambellan , et les autres ensuivant. Après lesquels suivoient les pages dudit roi; et un petit ensuivant, alloit le duc de Bedfort , Anglois , qui étoit régent de France. Et n'étoit icelui corps accompagné de. nul des princes de son sang, sinon seulement dudit duc de Bedfort. Laquelle chose étoit moult pitoyable à voir , attendu la grand' puissance et prospérité en quoi ce noble roi avoit été vu durant son règne. Et après ledit duc suivoient le chancelier de France , les maîtres des requêtes , les seigneurs des comptes , secrétaires , notaires , bourgeois , et le commun de Paris, en grand' multitude. Et étoit le corps sur une litière moult notablement, par-dessus laquelle avoit un pavillon

CHRONIQUES DE MONSTRELET. T. IV.

de drap d'or à un champ vermeil d'azur , semé de fleurs de lys d'or; et par-dessus le corps avoit une pourtraicture faite à la semblance du roi, portant couronne d'or et de pierres précieuses moult riches, tenant en ses mains deux écus, l'un d'or et l'autre d'argent; et avoit en ses mains gands blancs et anneaux moult bien garnis de pierres ; et étoit icelle figure vêtue d'un drap d’or à un champ ver. meil , à justes manches , et un mantel pareil fourré d'hermine; et si avoil unes chausses noires, et uns 'solers , de veloux d'azur, semés de fleurs de lys d'or.

Eten tel état,comme dit est , sut porté en grand' révérence jusque dans l'église Notre-Dame de Paris , dedans laquelle chanta la messe pour ledit défunt, le patriarche de Constantinople. Après laquelle , et tout l'office achevé moult honorablement, fut ledit roi porté à Saint-Denis; et le portèrent les gens de son écuyerie, jusques à une croix qui est en mi-chemin de Paris et Saint-Denis. A laquelle croix le chargèrent les mesureurs et porteurs de sel à Paris , chacun une fleur de lys à la poitrine; et le portèrent jusques à une croix emprès Saint-Denis , jusques à laquelle vinrent à l'encontre de lui , l'abbé dudit lieu de Saint-Denis, et ses religieux , et tout le clergé de la ville en procession , avec les bourgeois et le peuple , qui avoient grand’ foison de torches et luminaires. Et de là, en chantant et recommandant son ame à Dieu , fut porté jusques à l'église Saint-Denis. Et toujours,

enn

durant cette allée , étoit ledit duc de Bedfort et les autres dessus nommés, emprès ledit corps. Et lui venu en icelle ville de Saint-Denis, fut derechef le service fait par le dessusdit patriarche ; mais il y eut une nuit entre les deux services; et ne furent nuls là étant, qui allassent à l'offrande, sinon le duc de Bedfort.

Et pour vrai y eut bien aux deux services vingt mille livres de cire , et à l'aumône , seize mille personnes, lesquelles eurent chacun trois blancs, inonnoie royale. Et après que le service fut fait et achevé en icelle église de Saint-Denis , et que le roi dessusdit fut mis en sa sépulture, emprès ses prédécesseurs , rois de France, icelui patriarche fit la bénédiction, comme il est de coutume. Et adonc les huissiers d'armes de chez le roi , qui étoient là présents , rompirent leurs petites verges et les jettèrent dedans la fosse ; et puis mirent leurs masses en bas , ce dessous-dessus. Et lors le roi d'armes de Berry, accompagné de plusieurs héraulls et poursuivants, cria dessus la fosse : « Dieu veuille avoir » pitié et merci de l'ame de très haut et très excel» lent prince Charles, roi de France, sixième de ce » nom , notre naturel et souverain seigneur » ! Et derechef après ce cria le dessusdit roi d'armes : « Dieu doint bonne vie à Henri, par la grâce de » Dieu, roi de France et d'Angleterre, notre » souverain seigneur ». Lequel cri accompli, les sergents d'armes dessusdits redressèrent leurs masses , les fleurs de lys dessus , en criant tous 420 CHRONIQUES D’ENG. DE MONSTRELET. (1422) à une voix : « Vive le roi! vive le roi ». Et toutes ces besognes ainsi faites , tous les seigneurs retournerent dedans Paris , auquel avoit été ordonné, pour la garde d'icelle , atout foison de gens d'armes, sire Guy le Bouteiller , et le bâtard de Thien, chevalier; et avec ce avoient commis plusieurs capitaines sur les champs, atout leurs gens, pour garder les passages contre les Dauphinois , afin qu'ils ne fissent nulles entreprises ou dommages. En outre , ledit duc de Bedfort seul , et pour le tout, demeura régent et gouverneur du royaume de France, pour et au nom de son neveu le jeune roi Henri, quant à ce qui étoit en son obéissance. Ainsi et par cette manière fina sa vie, ce très noble roi Charles, au quarante-sixième an de son règne; lequel grand' partie d'icelui eut moult de grands tribulations, par le moyen des divisions qu'eurent l'un contre l'autre les plus prochains de son sang. Dieu , par sa douce pitié et miséricorde , veuille avoir merci de son ame!

FIN DU QUATRIÈME VOLUME

ET DU er LIVRE DES CHRONIQUES DE MONSTRELET.

DES.

MATIÈRES CONTENUES DANS CE VOLUME,

LIVRE PREMIER.

Page

CHAP. CLxxix. Cominent Henri, roi d'Angleterre, re-

tourna en France à grand' puissance, et prit plusieurs

villes et forteresses; et du concile de Constance, où

fut fait le pape Martin........................ 1

Chap. cLxxx. Comment le seigneur de Chauny futen-

voyé de par le roi en ambassade devers le duc de
Bourgogne, qu'il trouva à Amiens, et de la réponse

qu'il eut dudit duc de Bourgogne...............
CHAP. CLXXXI. Comment le dessusdit seigneur de

Chauny retourna à Paris de son ambassade , et fut
accusé par le conseil royal ; et la provision qui fut

mise contre le duc de Bourgogne................ 24

Chap. CLXXXII. Comment le duc de Bourgogne passa

outre atout(avec)sa puissance vers Paris; et se mirent

en son obéissance plusieurs villes et forteresses , où

il mit capitaines et gouverneurs................. 26

CHAP.CLXXXII. Comment le duc de Bourgogne fit pas-

ser ses gens à l'Ile-Adani; et assiégea et conquit Beau-

inont et Pontoise, et de là alla loger à l'Arbre-Sec,

et autres matières.............................

« AnteriorContinuar »