Imágenes de página
PDF
ePub

déconfortés , et se dépeuplèrent les villages d’entour dudit lieu de Paris , et en l'Ile de France très fort. Et quand les nouvelles en ce même jour vinrent à Saint-Denis où étoit le roi de France et le duc de Bourgogne, et tout leur état, assez tôt se départirent, et par Provins s'en allèrent à Troyes , ensemble la reine, madame Catherine, el moult d'autres seigneurs , laissant à Paris pour icelle entretenir le comte de Saint-Pol et maître Eustache de Lactre , chancelier de France, et ledit seigneur de l'Ile Adam , maréchal de France, qui, au plus bref qu'il put, rassembla certain nombre de gens d'armes , atout (avec ) lesquels il se mit en garnison dedans la ville de Beauvais, pour tenir frontière et résister aux entreprises que faisoient chacun jour les Anglois dessusdits. Toutefois icelui seigneur de l'Ile Adam fut moult déparlé et blâmé, pource qu’ainsi négligemment, par faute de guet, il avoit laissé perdre ladite ville de Pontoise; et par especial les gouverneurs du dauphin en furent très mal contents.

aux

CHAPITRE CCX VII.

Comment le duc de Clarence assiégea Gisors et le conquit; du siège

de Saint-Martin-le-Gaillard; et autres besognes faites par les François et Anglois.

Assez bres ensuivant, le roi d'Angleterre fit assiéger puissamment la ville de Gisors par le duc de Clarence, son frère ; dedans laquelle étoient capitaine Lyonnet de Bournonville, et dedans le châtel, Daviod de Gouy. Lesquels desdits Anglois surent lant approchés, qu'en la fin de trois semaines, après le siége mis , rendirent Jadite ville et forteresse : en partie par faute de vivres, au duc de Clarence, par si qu'ils s'en iroient atout (avec ) leurs gens , saufs leurs corps et leurs biens ; et les habitants de la ville demeureroient obéissants audit roi d'Angleterre, en faisantà lui serment de loyauté. Et ainsi se départirent les dessusdits, et s'en allerent à Beauvais devers le sire de l'Ile Adam. Et tôt après fut assise desdits Anglois la forteresse de Saint-Martin-le-Gaillard , dedans laquelle étoit Regnaut de Fontaines , messire Karados de Quesnes, avecque aucuns autres qui avoient toujours tenu la partie du dauphin et du duc d'Orléans.

Auquel lieu desdits assiégeants étoit capitaine un vaillant homme, nommé messire Philippe le Lis;

inais de ladite forteresse, nonobstant le siége, se partii secrètement par nuit, ledit messire de Karados , et alla à Compiègne devers le seigneur de Gamache, qui pour ce temps en étoit capitaine. Auquel il requit très instamment qu'il voulsît assembler gens pour lever le siège dessusvlit.

Lequel sire de Gamache , au plus bref qu'il put, fit très grosse assemblée, et manda Antoine et Hue de Beaussaut, frères, el moult d'autres gentilshommes tenant la partie du dauphin , et aussi plusieurs tenant la partie de Bourgogne : tant qu'en tout assembla bien seize cents combattants ou environ , atout ( avec ) lesquels il chevaucha en tirant au lieu dessusdit; et vint vers soleil levant au-dessus de ladite forteresse; et là, mit ses gens en ordonnance, ei commit quatre cents combattants pour aller devant gagner les barrières qu'avoient faites lesdits Anglois.

Auxquelles barrières furent trouvés environ soixante Anglois gardant icelles, lesquels très âprement se défendirent el gardèrent le pas ; mais enfin ils furent déconfits, et tous mis à mort, exceplé aucuns qui se sauvèrent par fuite. Et adonc ledit sire de Gamache, suivant ses gens assez roidement , entra en la ville où lesdits Anglois étoient logés ; mais la plus grand' partie étoient déjà re- , traits ( retirés ) en une grand' église qui étoit en la ville, atout ( avec ) leurs chevaux , et là très fort se défendirent. Et en conclusion, pource que les Jessusdits Anglois pouvoient avoir bres secours

SU

Or.

de leurs gens qui étoient sur les marches , le dessusdil sire de Gamache fit bouter le feu dedans la forteresse, et emmena sauvement ceux qui étoient dedans. El furent à cette besogne faits nouveaux chevaliers , Antoine de Beaussaut, Gilles de Rouvroy, et aucuns autres.

En après, dedans les huit jours ensuivant. Je comie de Hautiton ( Huntingdon ), capitaine de Gournay, en Normandie, assembla environ deux mille combattants Anglois des frontières de la njarche ; lesquels il conduisit jusques à un gros village nommé Poix, où ils se logèrent, el y firent plusieurs dommages ; et de là allèrent à Breteuil, et livrèrent grand assaut au fort de l'abbaye. Et pour tant qu'ils y eurent de leurs gens morts , ardirent la ville, qui étoit moult puissamment amassée, et puis se tirèrent vers Clermont. Si prirent la tour de Vandeuil, et boulèrent le feu dedans; et après, en détruisant le pays par feu et par épée, atout ( avec ) infinis biens el un grand nombre de prisonviers, s'en retournèrent en leur garnison.

Et de l'autre côté, messire Philippe le Lis, pardessus nommé, qui se tenoit à Eu et Monchaux, couroit très souvent jusques à Abbeville, au Pontde-Remy, et par tout le Vimeu, dont le pays éloit très grandement désolé. Auxquelles courses et en vahies, messire Jacques de Harcourt, qui se tepoit au Crotoy , et Hector de Saveuse, avec ceux de la garnison du Pont-de-Remy, bailloient très souvent de grands empêchements, et pareillement en faisoien! messire Louis de Thiembronne, te ceux qui étoient avec lui en la ville de Gamache.

CHAPITRE CCXVIII.

Comment le roi d'Angleterre fit assiéger les forteresses du Château

Gaillard et de la Roche-Guyon, qui en la fin furent conquises ; et autres matières.

En ces mêmes jours le roi Henri d'Angleterre fit assiéger toutes les forteresses du Château-Gaillard et de la Roche-Guyon , lesquelles étoient deux des plus fortes places de la duché de Normandie; et les tenoient les gens du dauphin ; mais, au bout de deux mois, la Roche-Guyon, fut rendue du consentement de la dame qui étoit dedans, audit roi d'Angleterre ; lequel présentement la donna à messire Guy le Boutellier; ei avec ce, lui vouloit faire avoir ladite dame en mariage, mais oncques ne s'y voulut consentir, ainçois ( mais ) s'en alla avec ses gens hors du pays, en délaissant sadite forteresse. Et le Château-Gaillard, qui étoit au roi de France, se tint seize mois; au bout duquel lerme se rendit par faute de ce que les cordes dont ils liroient l'eau leur étoient faillies. Et en étoit capitaine , messire Olivier de Mauny, qui avoit avec lui six vingts gentilshommes ou plus. Et tenoient le siége, les comtes de Hautiton (Huntingdon ) et de Kime.

« AnteriorContinuar »