Imágenes de página
PDF
ePub

vers le roi de France et le duc de Bourgogne, à Provins. Et messire Guy le Bouteillier, qui par avant étoit capitaine de Rouen , se rendit Anglois , et fit serment au roi d'Angleterre, en délaissant son souverain et naturel seigneur, le roi de France, dont moult fut blâmé et reproché de plusieurs François. Et pareillement se rendireot Anglois avec lui plusieurs de ses gens. Auquel messire Guy, qui étoit natif de Normandie , fut rendue sa terre ; et avec ce fut commis lieutenant du duc de Glocestre ; lequel par le roi fut fait nonveau capitaine de Rouen).

Pour la reddition de laquelle ville fut la cremeur (crainte) du roi d'Angleterre si grande sur les marches de Normandie, jusques à Pontoise , Beauvais , et Abbeville, que la plus grand' partie des bonnes villes et forteresses se rendirent à lui sans coup férir ni batailler; c'est à savoir Caudebecq; Moustiervillier, Dieppe, Fécamp , Arques, NeufChâtel, Denicourt, Eu, Monchaux ; et à l'autre côté sur Seine et autres marches, Vernon, Mantes, Gournay , Honfleur, Pont-Audemer, ChâteauMollinaux , le Trait, Tancarville, Abrechier , Maulevrier, Valemont, Neufville , Belencombre , Fontaines , le Bourg-Préaux, Nougon-Dourville, Longempré, Saint-Germain-sur-Cailly , Baudemont, Bray, Villeterre, Châle-Mesnil, les Boules, Galencourt , Ferry-Fontaines , le Becq, Crépin , Facqueville, et moult d'autres. Dedans lesquelles ledit roi d'Angleterre mit partout · garnison de ses gens. Et portoient communément ceux du pays la croix vermeille ; et en y eut plusieurs qui commencèrent à eux armer avec les Anglois ; non pas gens de grand'autorité; car peu fut su pour ce temps que nuls seigneurs ni autres nobles hommes se missent ou tournassent du parli desdits Anglois.

Et quant aux habitants de la cité de Rouen, firent lous généralement le serment aux commis du roi anglois ; c'est à savoir ceux qui voulurent demieurer dedans la ville. Et leur convint bailler caution , chacun en droit soi, de payer ce de quoi ils seroient assis, pour la somme de trois cent soixante et cinq mille écus d'or, dont dessus est faite mention. Et si furent contraints de non issir de leur ville, sans avoir chacun une bullette du roi. Et aussi les convint avoir à tous autres du pays qui étoient sous la domination du dessusdit roi d'Angleterre ; lesquelles bullettes coûtoient chacune quatre sous, monnoie de France. A la cause desquelles très grandes finances furent levées au profit d'icelui roi et de ses gouverneurs.

CHAPITRE CCIX.

Comment le châtel de Coucy fut pris par les prisonniers qui étoient

dedans, et autres besognes.

Environ la Chandeleur, l'an dessusdit, Pierre de Sainte-Treille, qui étoit capitaine du Châtel de Coucy, de par le duc d'Orléans, prisonnier en Angleterre , fut trahi par aucuns de ses serviteurs, c'est à savoir son fourrier et son maréchal; lesquels, après qu'ils eurent traité avec aucuns des Bourguignons qui étoient prisonniers léans en grand nombre, en mirent partie dehors, et allerenl se

crètement par nuit bucquer ( frapper ) à l'huis de · la fenêtre dudit capitaine qui étoit couché en une forte tour. El adonc vint ouvrir l'huis un valet qui couchoit en ladite chambre , et demanda qu'ils vouloient. Et ledit couturier répondit qu'il avoit léans une pièce de la robe de son maître, que naguères il avoittaillée. Entre lesquelles parolessaillirentdedans eux six hommes bien enibâtonnés, el incontinent occirent ledit capitaine et son valet dessusdit; et de là allérent à une autre tour où étoient enfermés prisonniers, le seigneur de Maucourt en Santerre, Lyonnet de Bournonville, et aucuns autres gentilshommes. Lesquels, après que d'eux ils eurent eu certaines promesses, les mirent dehors : et puis d'un commun accord prirentet tuèrent le guet, les portiers, et autres non étant de leur partie, et commencèrentà crierà haute voix: « Vive Bourgogne! » Et adonc un gentilhomme nommé Burtel de Humereules, et un sien valet, qui étoient prisonniers dedans la grosse tour, oyant le cri dessusdit, rompirent de force l'huis de la basse-chambre où ils éloient enfermés, et vinrent jusques au pont de ladite tour.

Durant laquelle tempêle, Étienne de Vignole ; autrement nommé la Hire, un moult vaillant capitaine du dauphin, duquel et de sa vaillance sera ci-après moult parlé, qui étoit en la ville avec foison de gens d'armes, ouït les nouvelles de la prise et effroi dessusdits par aucuns des gens du capitaine, qui s'étoient avalés jus de la muraille. Et aussi y avoit une trompette faisant le guet en la haute plommée, qui sonna très fort à l'arme! Si s'arına à ( avec ) toutes ses gens , et vinrent jusques au pont pour assaillir et reconquerre ledit châtel. Mais le dessusdit Burtel trouva manière de monter amont sur la plommée , et commença bien et roidement à jeter pierre aval. Et d'autre partie, les autres se mirent fort en défense. Pourquoi la Hire, et ceux qui étoient avec lui, voyant qu'ils perdoient leur tenips , se retrabirent dedans ladite ville , jusques à tant qu'il fût jour. Et adonc s'armèrent et prirent toutes leurs bagues, el montèrent à cheval ; et après qu'ils eurent fait tuer piteusement soixante prisonniers qui étoient és prisons de la ville, se CHRONIQUES DE MonstrELET.-T. IV.

10

départirent de là et s'en allèrent à Guise. Pour lequel parlement, ceux qui avoient pris le châtel furent très joyeux, et ils commencèrent fort à mettre les mains en æuvre, et visiter les biens d'icelui , dont il y avoit très grand'abon:lance. Et après mandèrent messire Jean de Luxembourg à venir vers eux, lequel sans délai assembla ce qu'il pul finer de gens, el se mit à chemin pour y aller. Mais entre lemps, ceux quiavoient près ledit châtel, nonobslant qu'ils l’eussent mandé, prirent ensemble conclusion de le non meltre dedans, sinon que premier leur promît que tous les biens de dedans demeureroient à leur profit; et, sur ce, envoyèrent au-devant de lui ledit seigneur de Maucourt , pour déclarer leur intention. Lequel ne lui osa bonnement découvrir la besogne dessusdite. Et pour tant, quand ledit de Luxembourg ful venu atout ( avec ) ses gens devant ledit châtel, ne lui fut pas ouvert de pleine venue pour les causes dessusdites, dont il fut grandement troublé. Et fit présentement prendre ledit seigneur de Maucourt, en lui reprochant qu'il le vouloit trahir. Auquel, s'il eûl eu bourrel, ou autre homme qui l'eût voulu exécuter, eût fait trancher la tête sans délai. Et tôt après, pour la cremeur ( crainte ) de lui, ceux de dedans lui firent ouverture, et s'excusèrent de la targeance ( retard ) dessusdite. Si entra dedans , et y mit garnison de par lui. Et quant aux biens , il en eut la plus grand' partie ; et au regard de ceux qui les avoient conquis, en furent assez petitement enrichis.

« AnteriorContinuar »