Imágenes de página
PDF
ePub

Lesquels , avecque les gens d'armes dessusdits, . d'un commun accord, commencèrent très fort à préparer les porles, bouleverts , murailles , lours et fossés de ladite ville, tant dedans comme dehors, sur intention de résister contre leurs adversaires. Et avecque ce firent plusieurs ordonnances, en baillant à chacun desdits capitaines leur garde pour icelle forteresse. Et pareillement en firent auxdits citoyens par connétablies; et si fut crié au son de la trompette en plusieurs lieux par icelle ville, que toutes personnes, de quelque étal qu'ils fussent , qui avoient volonté d'y demeurer, fussent pourvus de vivres pour dix mois; et ceux qui n'avoienit puissance de ce faire, se partissent et allassent où bon leur sembleroit.

Après laquelle criée se départirent très grand nombre de pauvres gens , et aussi plusieurs dames, damoiselles , bourgeoises , avecque aucunes gens d'église et autres hommes anciens et non aidables. Et adoncque ceux de ladite garnison alloient très souvent courre sur les Anglois , qui étoient assez près d'eux, et advenoit aucunes fois qu'ils en tuoient et en prenoient prisonniers plusieurs, et par le contraire perdoient aussi de leurs gens.

Auquel temps régnoit sur les marches de l'on. toise , l'Ile-Adam , Gisors, et aussi sur les marches de Normandie, un capitaine de brigands nominé Tabary , qui lenoit la partie de Bourgogne, et étoit de petite stature et boiteux; lequel souvent assemhloil quarante ou cinquante paysans, une fois plus,

l'autre moins, armés et habillés de vieils haubergeons , jaques , vieilles haches, demi-lances où il y avoit massues au bout, et autres habillements de pauvre état , atout (avec) lesquels s'en alloient, les uns sur méchants chevaux et juments, et les autres à pied, embûcher ès bois, vers où se tenoient les Anglois. Et quand ils en pouvoient aucuns prendre, ledit Tabary leur coupoit les gorges; et pareillement faisoit à ceux tenant la partie du dauphin ; et ainsi en fit à plusieurs , dont grandement étoit haï des dessusdites parties.

[ocr errors][ocr errors][merged small]

Comment Henri , roi d'Angleterre, avec plusieurs Irlandois, assiégea

la ville de Rouen, ou se firent maintes escarmouches.

En ces propres jours, Henri , roi d'Angleterre, avecque toute sa puissance et gens de guerre, et grand' multitude d'engins et artilleries , assiégea la très puissante et noble ville de Rouen , au mois de juin , devant qu'iceux assiégés pussent être pourvus de nouveaux grains. Et vint son avantgarde , à minuit, devant ladite ville, afin que ceux de dedans ne fissent envahie (attaque) sur eux. Et se logea ledit roi à la maison des Chartreux; et le duc de Glocestre fut logé à la porte Saint-Hilaire ;

CHRONIQUES DE MONstreleT. - T. IV..

U

et le duc de Clarence à la porte de Caux ; le comte de Warwick à la porte de Martinville ; et le duc d'Exestre (Exeter) et le comte Dorset à la porle de Beauvais; et devant la porte du châtel le comte Maréchal et le seigneur de Cornouaille ; et à la porte de devers Normandie furent mis le comte de Hautidon (Huntingdon), de Salbery (Salisbury), de Kime , et le seigneur de Neuville, fils du comte Nosambellan (Northumberland); et devant Saintetherine, sur le mont, surent mis aucuns autres barons d'Angleterre.

Toutefois, devant que lesdits assiégeants pussent être fortifiés en leurs logis, furent par plusieurs fois envahis desdits assiégés; et y eut de grosses escarmouches , tant d'un côté comme d'autre. Mais lesdits Anglois , au plus tôt qu'ils purent, firent grands fossés entre la ville et leurs logis, sur lesquels fossés firent fortes haies d'épines : pourquoi desdits assiégés ne pouvoient être surpris ni travailiés, sinon par canons ou par traits. Et après firent en l'eau de Seine, à un côté et à l'autre, au jet d'un canon ou environ près de la ville, tendre des chaînes de ser : c'est à savoir, l'une étoit pied et demi dedans l'eau, la seconde en l'égalité de l'eau et la tierce étoit deux pieds dessus : et ce firent, afin que par bateaux ne pussent avoir lesdits assiégés secours, et aussi qu'ils ne pussent vider par le cours de l'eau. Et avecque ce firent lesdits Anglois, en plusieurs et divers lieux, moult de fossés parfonds en terre, pour aller de logis en autres sans

pouvoir être atteints de traits, canons, et autres habillements de guerre desdits assiégés.

Ceux qui étoient dedans Sainte-Catherine, au bout du bois , rendirent le fort audit roi d'Angleterre, par faute de vivres, et s'en allerent, tant seulement sauves leurs vies, sans emporter nuls de leurs biens.

Et avoit avecque lui ledit roi anglois en sa compagnie, bien huit mille Irlandois, dont la plus grand' partie alloient de pied, un de leurs pieds chaussé et l'autre nu, sans avoir braies , et pauvrement habillés , ayant chacun une targette et petits javelots, avecque gros couteaux d'étrange façon. Et ceux qui alloient sur chevaux n'avoient nulles selles, et chevauchoient très habilement sur bons petits chevaux de montagne; et étoient sur penneaux , assez de pareille façon que portoient les blatiers ( marchands de blé) du pays de France. Toutefois ils étoient de pauvre et petite défense au regard des Anglois , et avecque ce n'avoient point habillements dont ils pussent grandement grever les François, quand d'iceux ils étoient rencontrés. Lesquels Irlandois , souvent durant ledit siége, avecque les Anglois , couroient le pays de Normandie et faisoient maux infinis et inestimables, ramenant à leur ost grands proies. Et mêmement lesdits Irlandois, de pied , prenoient petits enfants en berceau , lits et autres bagues , atout (avec) lesquels montoient sur vaches, portant lesdits petits enfants et bagues devant eux sur lesdites vaches; et furent par plusieurs fois trouvés des François en tel état. Pour lesquelles courses, tant desdits Anglois , Irlandois, Bourguignons et Dauphinois, le pays de Normandie fut moult oppressé et le pauvre peuple détruit. .

En outre, ledit roi d'Angleterre étant en son siége devant Rouen , fit devant les portes et murailles de ladite ville jeter plusieurs grosses bombardes et d'autres engins, pour icelle confondre et abattre. Et pareillement lesdits assiégés, par toutes les voies el manières qu'ils pouvoient aviser, grevoient leurs ennemis; c'est à savoir de bombardes, canons , engins volants, arbalêtes et autres instruments de guerre , faisant aussi plusieurs saillies, lesquelles seroient trop longues à raconter chacune à part soi. Mais pour vrai iceux assiégés se gouvernèrent très vaillamment.

Durant lequel siége, Laghen, bâtard d'Arly, étoit l'un des capitaines de tous ceux de dedans en qui ceux de la communauté avoient la plus grand' fiance; et avoit la charge et garde de la porte de Caux. Devant laquelle vint un certain jour un chevalier anglois nommé messire. Jean le Blanc, capitaine de Harfleur, sous le comle Dorset, qui requit audit Laghen à rompre trois lances contre lui, lequel lui accorda. Et prestemment, après qu'il fut armé, saillit debors atout ( avec ) environ trente compagnons de pied ; et là, devant la barrière coururent de grand' volonté l'un contre l'autre. Mais ainsi advint que du premier coup, le chevalier an

« AnteriorContinuar »