Images de page
PDF
ePub

mais pour que l'ordre existe dans une société, il faut commencer par l'y établir.

Or, l'ordre social ne sera solidement assis que lorsqu'il reposera sur l'inscription universelle.

Alors les bons ne payeront plus pour les mauvais, alors l'homme de paix, de liberté et de progrès ne sera plus légalement responsable de l'homme de trouble, de dictature et de révolution; alors, celui-là ne risquera plus d'être privé de la liberté qui lui suffisait, parce que cette liberté ne suffisait pas à celui-ci; alors, parce qu'une Commune isolée se sera mise en état d'insurrection, toutes les Communes d'un pays ne risqueront plus d'être mises en état de siège; alors, il sera facile de reconnaître et de trier l'ivraie du bon grain; alors, il sera facile de faire la part et le compte de chacun; alors chacun étant responsable individuellement de ses actes, aucun ne sera plus injustement solidaire d'actes auxquels il aura refusé de s'associer; alors cessera, heureux jour! le communisme de la loi, cette grande iniquité sociale.

Où la Commune n'existe pas librement, le Communisme existe forcément, sous quelque nom et sous quelque forme qu'il se déguise. Qu'est-ce que le communisme? C'est la Commune absorbée et suppléée par l'État; c'est l'État faisant, et faisant mal, ce que devrait faire et ce que ferait bien la Commune.

Aussi la République communale est-elle à la République communiste ce qu'un pôle est à l'autre pôle, ce que la liberté est à l'autorité, ce que la responsabilité qu'on a le droit de décliner est k la solidarité à laquelle on ne peut se soustraire.

L'inscription universelle, ce n'est donc pas seulement l'ordre, c'est aussi la liberté : la liberté mutuelle scellée par l'ordre public.

Chaque Commune est aux individus immatriculés ce que le titre, dans un Code, est aux articles; chaque individu est aux valeurs possédées ce que l'article* est aux paragraphes. Ainsi, par la Commune s'établit le contrôle et s'acquiert la connaissance des personnes, et par les personnes le contrôle et la connaissance dès choses. Choses et personnes ont leurs comptes ouverts, aussi exactement tenus et balancés que les comptes de la Banque de France.

Chaque extrait de ce compte, délivré chaque année par le percepteur de la Commune, et visé par l'officier de paix, est ce qui constitue I'inscription De Vie ou Police Générale D'assurance, inscription de vie qui remplace:

L'acte de naissance;

Le passe-port;

La carte électorale;

Le livret.

L'inscription de vie est composée de quatre pages de la grandeur d'un passe-port.

La première page porte le nom de l'assuré avec son numéro d'immatriculation et tous les détails relatifs aux conditions de l'assurance générale et spéciale.

La deuxième page, bilan individuel, renferme sa déclaration d'actif et de passif certifiée exacte et précise.

La troisième page, bilan national, présente le budget annuel des dépenses et des recettes de l'État.

La quatrième page résume chaque année tous les documents statistiques de nature à éclairer tous les intérêts, toutes les professions, toutes les industries.

Par l'inscription de vie, inscription individuelle et universelle:

1° Tous les passe-ports deviennent superflus; ils sont remplacés avec avantage.

2° Ni cartes, ni listes électorales, ne sont plus nécessaires. Une élection a lieu, il suffit de se présenter avec son Inscription de vie visée pour élection par l'officier de paix. Communes et départements peuvent donc s'épargner désormais la peine et la dépense de faire dresser, imprimer, rectifier, placarder, distribuer listes et cartes électorales. Fausses inscriptions et votes doubles ne peuvent avoir lieu.

3° Les livrets imposés, en France, aux ouvriers par la loi du 22 germinal 1803, formalité blessante lorsqu'elle constitue une inégalité civile, sont remplacés par une seule ligne. Cette ligne suffit. Ainsi se trouve tranchée le plus simplement du monde l'une des plus graves et des plus délicates questions de notre temps. Ainsi se trouve effacée une dernière inégalité sociale créée et maintenue par l'arbitraire administratif.

Donc:

Plus de pusse-ports!

Plus de listes, ni de caries électorales'.

Plus de livrets d'ouvriers!

4° La statistique acquiert un tel degré de précision, qu'il n'est pas de renseignements qu'elle ne puisse immédiatement et sûrement donner, absolument ou relativement:

Par Individus,

Par Communes,

Par Départements,

Par États.

Les sciences médicales demandent-elles à la statistique combien d'individus sont sourds, aveugles, muets, bègues, boiteux ou bossus, etc., etc.? Elle peut 1j leur dire, soit absolument, soit relativement.

Le crédit public lui demande-t-il combien d'individus sont riches de la fortune qu'ils ont reçue en héritage ou en dot? Combien sont riches de la fortune qu'ils ont acquise par le travail? Combien ont une épargne au-dessus ou au-dessous de telle somme fixée? Elle peut également le lui dire, soit absolument, soit relativement.

L'industrie lui demande-t-elle combien chaque profession désignée occupe de têtes ou de bras? Elle peut non moins facilement le lui dire, soit absolument, soit relativement.

Le commerce a-t-il besoin, pour établir ses prix régulateurs, étendre ou restreindre ses approvisionnements, ses achats, ses ventes, ses débouchés, de savoir à quelles quantités s'élèvent tels produits, de quelles qualités diverses ils sont, à quels prix moyens ou relatifs ils peuvent être livrés? Elle peut très promptement le lui dire, soit absolument, soit relativement.

Etc., etc.

Sans I'inscription De Vie, toujours délivrée au lieu de la naissance, et sur laquelle sont consignés chaque année, avec exactitude, avec certitude, tous les renseignements relatifs à l'Individu, l'État n'aura jamais que des statistiques mensongères, sans contrôle et sans preuves.

Telle ville a intérêt à exagérer le chiffre de sa population, telle autre ville, au contraire, a intérêt à le dissimuler. Que font-elles? En France, elles remplissent, à leur gré, les colonnes des tableaux envoyés par le ministre aux préfets, par les préfets aux sous-préfets, par les sous-préfets aux maires; ces tableaux sont retournés ensuite par les maires aux sous-préfets, par les sous-préfets aux préfets, parles préfets au ministre; c'est ce mouvement de va-et-vient qui s'appelle solenuellement centralisation administrative et gouvernement.

Aucune preuve.

Aucun contrôle.

L'inscription universelle, au contraire, a toute la rigueur d'une comptabilité en partie double.

Tout s'y résume et s'y vérifie par la caisse.

Tout contribuable a son compte ouvert au GrandLivre de la Population, qui a pour teneurs de livres tous les percepteurs nommés et payés par l'État.

A ce compte ouvert est porté tout renseignement dont l'État a reconnu et déclaré l'utilité.

Ainsi, l'État désire savoir combien il existe:

De non-valides;

D'aliénés;

De familles composées de tant de membres;

De ménages ayant un revenu au-dessous de;

D'enfants de tel âge, ayant tel degré d'instruction

D'hommes de vingt ans, ayant telle taille;

De veufs;

De célibataires;

D'octogénaires;

De septuagénaires;

Etc., etc., etc.;

De prés, valant fr. l'hectare.

De champs, —

De vignes, —

Etc., etc., etc.

Sous le régime de l'inscription universelle, rien de plus simple, l'État le saura avec autant de certitude que s'il demandait au directeur du Grand-Livre de la Dette publique combien il existe de rentiers nominatifs ayant soit plus de 500 francs, soit moins de 100 francs de rente.

Le parti qu'une vigilante administration publique

« PrécédentContinuer »