Images de page
PDF
ePub

LIVRE SEPTIÈME.

Pour une république bien constituée, les premières lois devraient être celles qui règlent les mariages.

Platon. Des Lois, iv.

Qu'il n'y ait point de prostitution entre les filles d'Israël.

Deutéronome, xxm, 17.

Nous ne sommes pas les enfants de la servante, mais de la femme libre. ,

Saint Paul. Epilre aux Gai., ch. iv, v. 31.

Chez les Germains, ce n'est pas la femme, c'est le mari qui apporte la dot.

Tacite. De morib. Germ., c. xvni.

La mère ne peut avoir de bâtard.

Droit romain.

On n'est point l'enfant illégitime de sa mère.

Miroir de Saxe.

Une mère est plus que mille pères, car elle porte et nourrit l'enfant dans son sein ; voilà pourquoi la mère est très vénérable.

Digesl of hindu law.

La servitude des femmes est très conforme au genre de gouvernement despotique qui arrive à abuser de tout. Aussi a-t-on vu dans tous les temps, en Asie, marcher d'un pas égal la servitude domestique et le gouvernement despotique.

Montesquieu. Esprit des lois.

Quelle sotte chose que l'opinion publique! un homme de trente ans séduit une jeune personne de quinze ans : c'est elle qui est déshonorée.

CHAMFORT.

Une femme est déshonorée parce qu'elle a constaté sa faute par l'éclat de sa douleur et de sa honte, tandis qu'une autre se met à couvert de tout reproche par l'excès de son impudence; et celle-ci n'est pas même l'objet d'un mépris secret.

Duclos. Considérations sur les Mœursi ch. v.

Toute femme que la mère n'a point élevée n'aimera point à élever ses enfants.

J.-J. BOUSSEAU.

L'avenir d'un enfant est toujours l'ouvrage de sa mère.

L'empereur Napoléon.

Créer des mères est toute l'éducation des femmes.

Mme CAMPAN.

Parmi les maux que notre organisation porte dans son sein, l'aupmentation incessante du nombre des enfants nés hors mariage circupe une place importante.

l.-J. Kœnigswautek. En/ants nés hors mariage.

LE DOUAIRE UNIVERSEL*.

La liberté dans le mariage, par l'égalité des enfants (lovant la mère.

En France, sur 12,971 enfante qui naissent passant pour légitimes, 1 est réputé illégitime. Plus du treizième. Sur 925,423 naissances déclarées selon la loi, le nombre annuel des naissances déclarées hors la loi est de70,043, soit, sur 35,401,701 Français, dernier chiffre du recensement officiel de la population, 2,800,000 bâtards.

A Paris, sur 2,84 enfants qui naissent passant pour légitimes, 1 est réputé illégitime. Plus du tiers.

A Munich, sur 1,21 enfants qui naissent passant pour légitimes, 1 est réputé illégitime. Près de la moitié.

En Belgique, dans les communes rurales, sur 15,40 enfants qui naissent passant pour légitimes, 1 est réputé illégitime; et, dans tes villes, sur 5,60 enfants qui

• Publié séparément sous ce titre : La Liberté Dans

LE MillliGE PAi» L'ÉGALITÉ DES ENFANTS DEVANT LA

Mère, ce livre, avec toutes les hypothèses qu'il passe en revue et toutes les notes à l'appui, forme un volume de 428 pages.

naissent passant pour légitimes, 1 est réputé illégitime. Plus du sixième.

A Bruxelles, sur 2,50 qui naissent passant pour légitimes, 1 est réputé illégitime. Plus du tiers.

Partout le nombre des enfants passant pour légitimes tend à décroître, tandis que le nombre des enfants réputés illégitimes tend à s'accroître ; partout, en Angleterre, en Allemagne, en Autriche, à Naples, en Portugal, à Rome; déjà le nombre de ces derniers égale, en Europe, le nombre des naissances annuelles ; or, comme cette progression est continue, on peut, dès à présent, prévoir l'époque où ce qui passe maintenant pour la règle deviendra l'exception, et réciproquement.

La statistique confond, sous le nom d'illégitimes, les enfants que la loi distingue par ces mots: naturels, adultérins, incestueux.

En France, l'enfant naturel nest point héritier; la loi ne lui accorde de droit sur les biens de sou père ou de sa mère que lorsqu'il a été légalement reconnu. Môme dans ce cas, le droit de l'enfant naturel n'est que du tiers de la portion héréditaire qu'il aurait eue s'il avait été légitime.

L'enfant naturel reconnu ne peut réclamer les droits d'enfant légitime.

Toute reconnaissance de la part du père ou de la mère, de même que toute réclamation de la part de l'enfant, peut être contestée par tous ceux qui y ont intérêt.

La recherche de la paternité est interdite. La recherche de la maternité est admise. Mais l'enfant qui réclame sa mère est tenu de prouver qu'il est identiquement le même que l'enfant dont elle est accouchée. Il n'est reçu à faire cette preuve par témoins que lorsqu'ils y a déjà un commencement de preuve par écrit.

L'enfant né d'un commerce incestueux ou adultérin n'est jamais admis à la recherche soit de la paternité, soit de la maternité. Il ne peut hériter. La loi ne lui accorde que des aliments.

Lorsque le père ou la mère de l'enfant adultérin ou incestueux lui ont fait apprendre un art mécanique, ou lorsque l'un d'eux lui a assuré des aliments de son vivant, l'enfant ne peut élever aucune réclamation contre leur succession.

Le crime de suppression d'état, crime qui consiste a mettre l'enfant dans l'impossibilité de prouver de quels parents il est ué, est puni de la réclusion.

Le condamné à la réclusion est renfermé dans une maison de force; la durée de cette peine est de cinq années au moins.

Deux millions huit cent mille Français réputés enfants illégitimes, qualifiés de bâtards et mis ainsi hors le droit commun, forment incontestablement une nation dans la nation.

Partout cette proportion tend à s'accroître par deux causes : par l'immense développement de l'industrie manufacturière et par l'immense accroissement des villes.

En 1817, en France, sur 881,570 naissances passant pour légitimes, on comptait 62,553 naissances réputées illégitimes; en 1848, sur 880,957 naissances passant pour légitimes, on comptait 67,791 naissances réputées illégitimes. Augmentation du nombre des naissances réputées illégitimes, 5,238.

En 1848, en Belgique, on comptait 1 naissance réputée illégitime sur 7 naissances passant pour légitimez, dans les villes, et sur 18,09 dans les campagnes; en 1850, on comptait 1 naissance réputée illégitime sur 5,60 naissances passant pour légitimes, dans les villes, et sur 15,40 dans les campagnes.

Lorsque les lois admettaient et consacraient l'inéga

« PrécédentContinuer »