Imágenes de página
PDF

avec lui pour s'instruire. Il perdit Fouquet de con-
cert avec le Tellier, alors secrétaire d'état ; mais il
se fit pardonner cet acharnement par l'ordre inva-
riable qu'il mit dans les finanees, et par des ser-
vices dont on ne doit point perdre la mémoire.
Contrôleur-général en 1664, on peut le regarder
comme le fondateur du commerce et le protecteur
de tous les arts : il n'a point négligé l'agriculture,
comme on le dit dans tant de livres nouveaux; son
génie et ses soins ne pouvaient négliger cette partie
essentielle. On ne peut lui reprocher peut-être que
d'avoir cédé au préjugé qui ne voulait pas que le
commerce des grains avec l'étranger restât libre.
Mort en 1683.
JEAN-BAPTIsTE CoLBERT, marquis DE SEIGNELA1,
fils du précédent, d'un esprit plus vaste encore que
son pere, beaucoup plus brillant, et plus cultivé ;
secrétaire d'état de la marine, qu'il rendit la plus
belle de l'Europe ; mort en 169o.
CHARLEs CoLBERT DE CRorss1, frere du grand
Colbert, secrétaire d'état des affaires étrangeres, en
1679, après plusieurs ambassades glorieuses. Il eut
la place de secrétaire d'état d'Arnaud de Pompone ;
mais on le place ici pour ne point interrompre la
liste des Colbert. Mort en 1696.

JEAN-BAPTIsTE CoLBERT, marquis DE ToRcI, fils

du précédent, secrétaire d'état des affaires étrangeres, à la mort de son pere. Il joignit la dextérité

à la probité, ne donna jamais de promesses qu'il .

ne tint, fut aimé et respecté des étrangers. Mort en
1746.
SIMoN ARNAUD DE PoMPoNE, secrétaire d'état des
affaires étrangeres, en 1671 ; homme savant et de
beaucoup d'esprit, ainsi que presque tous les Ar-
maud ; chéri dans la société, et préférant quelque-
fois les agréments de cette société aux affaires ;

[ocr errors]

renvoyé en 1679, et remplacé par le marquis de Croissi. Il ne fut point secrétaire d'état toute sa vie, comme le disent les nouveaux dictionnaires historiques; mais le roi lui conscrva le titre de ministre d'état, avec la permission d'entrer au conseil ; permission dont il n'usa pas. Mort en 1699. MICHEL LE TELLIER, le chancelier, secrétaire d'état jusqu en 1666. ERANçoIs-MICHEL LE TELLIER , marquis DE LoUvoIs, le plus grand ministre de la guerre qu'on eût vu jusqu'alors, secrétaire d'état en 1666. Il fut plus estimé qu'aimé du roi, de la cour, et du public ; il eut le bonheur, comme Colbert, d'avoir des descendants qui ont fait honneur à sa maison , et même des maréchaux-de-France. Il n'est pas vrai qu'il mourut subitement au sortir du conseil , comme on l'a dit dans tant de livres et de dictionnaires : il prenait les eaux de Balaruc, et voulait travailler en les prenant : cette ardeur indiscrete de travail causa sa mort en 1691. LoUIs-FRANçoIs LE TELLIER, marquis DE BARBEzIEUx, fils du marquis de Louvois, secrétaire d'état de la guerre, après la mort de son pere ; jeune homme qui commença par préférer les plaisirs et le faste au travail: mort à trente-trois ans, en 17o1. CLAUDE LE PELLETIER, président aux enquêtes, prévôt des marchands, homme de bien, modeste, retiré, travailla au code dc droit canon. Cette étudc ne paraissait pas le désigner pour successeur du grand Colbert ; cependant il le fut en 1683. On dit au roi qu'il n'était pas propre pour cette place, parce- . qu'il n'était pas assez dur : « C'est pour ccla que je « le choisis », répondit LouisXIV. Il quitta le ministere et la cour au bout de six ans. Toute sa famille a été renommée, comme lui, pour son intégrité. Mort en 1 7 1 I.

LoUIs PHELIPPEAUx, comte de Pontchartrain, le même qui fut chancelier, commença par être premier président du parlement de Bretagne, contrôleur-général en 169o , après la retraite du contrôleur-général le Pelletier; secrétaire d'état après la mort du marquis de Seignelai, la même année 169o. . C'est lui qui, par l'avis de l'abbé Bignon, soumit toutes les académies aux secrétaires d'état, exeepté l'académie française, qui ne pouvoit dépendre que du roi. JÉRôME PHELIPPEAUx, comte de Pontchartrain , fils du précédent, secrétaire d'état, du vivant de son pere le chancelier, exclus par le duc d'Orléans à la mort de Louis XIV. MICHEL CHAMILLART, conseiller d'état, contrôleur-général en 1699, secrétaire d'état de la guerre en 17o1 ; homme modéré et doux; ne put porter ces deux fardeaux dans des temps difficiles ; obIigé bientôt de les quitter. Son fils, qui avait la survivance du ministere de la guerre, se démit en 17o9, en même temps que lui. Mort en 1721. DANIEL VoIsIN, secrétaire d'état de la guerre en 17o9, exerça le ministere, quoique chancelier, en 1714, jusqu'à la mort de Louis XIV. NIcoLAs DEsMARETs, contrôleur-général en 17o8, zélé, laborieux, intelligent, ne put réparer les maux de la guerre : démis après la mort de Louis XIV. En quittant sa place il donna au régent une apologie de son administration, qu'on a imprimée depuis. Il y parle avec franchise des opérations injustes en elles-mêmes auxquelles il a été forcé, par le malheur des temps, pour prévenir de nouveaux malheurs et de plus grandes injustices. Ce mémoire prouve qu'il avoit des talents, une grande modestie, et des intentions droites. On peut le regarder comme un modele de la maniere simple, noble, respec

tueuse, et ferme, qui convient à un ministre obligé de rendre compte de son administration. Il fut immolé à la haine publique, et ses successeurs le firent regretter. Mort en 1721,

[ocr errors]

De la plupart des écrivains français qui ont paru dans le siecle de Louis XIV, pour servir à l'histoire littéraire de ce temps.

A•xor, ou LABADIE (Jean), né en Guienne, en 161o , jésuite , puis janséniste, puis protestant ; voulut faire enfin une secte et s'unir avec Bourignon, qui lui répondit que chacun avait son SaintEsprit, et que le sien était fort supérieur à celui d'Abadie. On a de lui trente et un volumes de sanatisme. On n'en parle ici que pour montrer l'aveuglement de l'esprit humain. Il ne laissa pas d'avoir des disciples. Mort à Altena, en 1674. ABBADIE (Jacques), né en Béarn, en 1658, célebre par son Traité de la religion chrétienne, mais qui fit tort ensuite à cet ouvrage par celui de l'Ouverture des sept sceaux. Mort en Irlande, en 1727. ABLANcoURT (Nicolas Perrot d'), d'une an-, cienne famille du parlement de Paris, né à Vitri, en 16o6. Traducteur élégant, et dont on appela chaque traduction la bcllc infidele. Mort pauvre en 1 664. - AcRERI (Luc d'), bénédictin, grand et judicieux compilateur, né en 16o8 , mort en 1685. ALExANDRE (Noël), né à Rouen, en 1639 , dominicain.Il a fait beaucoup d'ouvrages de théologie,

et disputé beaucoup sur les usages de la Chine,
contre les jésuites qui en revenaient. Mort en 1724.
AMELoT DE LA HoUssAIE (Nicolas), né à Or-
léans, en 1634. Ses traductions avec des notes
politiques, et ses histoires, sont fort recherchées ;
ses mémoires, par ordre alphabétique, sont très
fautifs. Il est le premier qui ait fait connaître le
gouvernement de Venise. Son histoire déplut au
sénat, qui était encore dans l'ancien préjugé qu'il
y a des mysteres politiques qu'il ne faut pas ré-
véler. On a appris depuis qu'il n'y a plus de mys-
tere, et que la politique consiste à être riche, et
à entretenir de bonnes armées. Amelot traduisit
ct commenta le Prince de Machiavel, livre long-
temps cher aux petits seigneurs qui se disputaient
de petits états mal gouvernés, devenu inutile dans
un temps où tant de grandes puissances, toujours
armées, étouffent l'ambition des faibles. Amelot se
croyait le plus grand politique de l'Europe ; ce-
pendant il ne sut jamais se tirer de la médiocrité,
et il mourut dans la misere : c'est qu'il était po-
litique par son esprit, et non par son caractere.
Mort en 17o6.
AMELoTTE (Denis), né en Saintonge, en 16o6,
de l'Oratoire. Il est principalement connu par une
assez bonne version du Nouveau Testament. Mort
en 1678.
AMoNToNs (Guillaume), né à Paris, en 1663,
excellent mécanicien : mort en 1699.
ANCILLoN (David), né à Metz, en 1617, cal-
viniste; et son fils, Charles, mort à Berlin, en 1715,
ont eu quelque réputation dans la littérature.
ANsELME , moine augustin, le premier qui ait
fait une histoire généalogique des grands officiers
de la couronne, continuée et augmentée par du

Journi, auditeur des comptes. On a une notion

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »