Images de page
PDF

« actif, entreprenant. L'armée a donné « une larme à sa mémoire (*). » Mais ces mots sont pour lui un titre au souvenir de la postérité. Nous avons cru ne pouvoir lui refuser une place dans l'histoire. CHAVAGNAC, ancienne seigneurie de l'Auvergne, aujourd'hui département du Cantal, érigée en marquisat en 1720. CHAVAGNAC (Christophe de) commandait dans Issoire pour Henri IV en 1577.Assiégé par le duc de Guise avec des forces supérieures, il fut forcé de se rendre; mais il ne le fit † des prodiges de valeur. Son aïeul Maurice DE CHAVAGNAC , gouverneur du Limousin sous Charles VIII, avait été tué en 1499 en défendant Naples contre Gonzalve de Cordoue. CHAVENACIERs.—Les chavenaciers ou chanevassiers , ou marchands de rosse toile de chanvre (canevas ), ormaient à Paris une corporation trèsancienne. Leurs statuts se trouvent dans le registre des métiers d'Étienne Boileau. D'après ces statuts, chaque chavenacier devait, pour chaque pièce de toile vendue ou achetée en gros, une obole de coutume ; mais il ne payait ce droit qu'une fois par semaine pour les étoiles vendues en détail à son étal ou au marché du roi. Or, comme le roi percevait plus de droits ar le premier mode de vente que par e second, le colportage était expressément défendu à ceux de ces marchands † avaient un étal. Pour les autres, ils devaient aller et venir par les halles sans s'arrêter ni s'asseoir devant les étaux de leurs confrères, « en destorbant eus de leur denrée vendre .» Toute contravention était punie de 5 sous d'amende. Un autre article défend aux « hommes foreins de Normandie et d'ailleurs qui ameinent toiles à cheval à Paris » de vendre en détail au marché du roi, sous peine de se voir confisquer toute la toile détaillée, « et ce ont

(") Lettre de Napoléon au directoire, 17 germinal an Iv.

ordené li preudome du mestier, pour C6 # li roys perdoit sa coustume; » nus chanevassier ne pouvait acheter de cette toile « forfète au roy , » sous peine d'amende, s'il ne jurait « sur sainz qu'il ne savoit pas que li homme fust forains. Le hallier de Paris devait livrer des étaux aux marchands de la corporation avant d'en disposer en faveur des forains. Tout homme pouvait entrer dans la corporation franchement et sans aucune redevance. CHAVEs (combat et capitulation de). — Après l'embarquement des Anglais à la Corogne, le maréchal Soult se mit en mouvement pour envahir le Portugal, conformément aux ordres que lui avait laissés Napoléon.Le 7 mai 1809, il débouchait par la petite vallée de Verin, et faisait son entrée dans la province de Tras-los-Montes. Le général Freire, chargé de défendre cette rovince, avait posté, pour lui disputer e passage, un corps de 3,000 hommes près du village de Feces - Abaxo , en arrière de la Tamega. Les Français, peu intimidés par cet obstacle, traversent la Tamega et s'élançent sur leurs adversaires; ils les mettent en déroute du premier choc, et les poursuivent dans les montagnes, Sur ces entrefaites, un détachement de la garnison de Chaves, l'une des principales de la province, fort de 3,000 hommes, s'avance sur le flanc droit de la cavalerie qui formait l'avant-gardefrançaise, et une nuée de tirailleurs, embusqués dans des rochers inaccessibles aux chevaux , commence un feu très - meurtrier. 50 dragons du 19° régiment mettent pied à terre, et chassent ces tirailleurs. Les Portugais sont attaqués de front par le 17° d'infanterie légère, et tournés sur leur flanc droit par le 19° de dragons; ils se débandent à la première charge, et prennent la fuite. 600 hommes restèrent sur le champ de bataille, un grand nombre fut fait prisonnier, le reste fut poursuivi jusque sous les murs de Chaves. Le 10, le maréchal Soult s'approcha de cette ville, et la fit sommer d'ouvrir ses portes. La garnison était encore forte de 6,000 hommes ; cette sommation resta sans effet. En conséquence, le 11, à la pointe du jour, le maréchal fit intercepter, par la division de cavalerie du général Lorge, toutes les communications de Chaves sur la rive droite de la Tamega ; le général Franceschi , avec sa cavalerie légère, opéra en même temps l'investissement complet de la rive gauche. Mais avant de pousser plus loin ses préparatifs, Soult crut convenable de tenter une nouvelle sommation. Il envoya donc un second parlementaire pour menacer les habitants d'un assaut, et de passer la garnison au fil de l'épée, si le 12 avant six heures du matin aucune proposition de capitulation n'était ouverte. La sommation, cette fois, produisit son effet. Le 12, Chaves ouvrit ses portes, et livra aux Français une nombreuse artillerie , ainsi qu'une grande quantité de munitions. La nuit, une partie de la garnison était parvenue à s'échapper. On trouva dans la ville quelques soldats de ligne et des milices nouvellement recrutées ; elles furent désarmées et renvoyées dans leurs foyers. CHAVIGNY ( Théodore de) fut , au dire de ses contemporains, un des grands et des plus habiles politiques du dix-huitième siècle , réputation méritée qu'il avait aussi à l'étranger. Né à Beaune, en Bourgogne, il fut successivement envoyé extraordinaire en Italie, en Espagne et en Angleterre, puis ministre plénipotentiaire à la diète de l'Empire à Ratisbonne , ministre auprès du roi d'Angleterre en 1731 , envoyé extraordinaire en Danemark , ambassadeur en Portugal, à Venise et en Suisse en 1751. Lors du renvoi d'Amelot en 1744, tout le détail des affaires étrangères retomba sur lui. Ce fut par ses soins que se négocia à Francfort le traité d'alliance défensive · entre l'empereur Charles VII, le roi de Prusse, l'électeur palatin et la régence de Hesse-Cassel, pour contraindre la reine de Hongrie à reconnaître l'Empereur et à lui rendre ses États héréditaires. On ignore l'époque préClse de la mort de Chavigny. CHAZAL (Antoine), peintre et des

sinateur, né à Paris en 1793 , est élève de Misbach pour la figure, de Bridault pour le paysage, et de Van Spaendonck pour les fleurs. On lui doit les belles planches du Traité des accouchements par Maygrier, de l'ouvrage sur les veines par Breschet, de l'ovologie humaine par Velpeau, de l'embryogénie comparée par Coste, de l'anatomie pathologique par Cruveilher, les dessins historiques du voyage de Duperrey, les dessins de la monographie des crocus par Gay(inédits), les dessins de la Flore des Canaries par Webb, quarante études de plantes médicinales (aquarelles) pour l'école de médecine de Lexington(États-Unis), les planches de la Flore pittoresque, etc., etc. Outre ces ouvrages, qui suffiraient pour valoir à leur auteur une réputation méritée, on doit encore à M. Chazal des tableaux d'histoire, des tableaux de fleurs et de fruits, diverses gravures, et des peintures sur porcelaine et sur émail. Nous citerons parmi ses tableaux d'histoire saint Joseph et N.-D. de Bonne-Mort, dans l'église de Saint-Amable de Riom; un saint Nicolas et une sainte Catherine pour la chapelle d'un château près d'Abbeville; et parmi ses tableaux de fleurs, nous signalerons le tombeau de Van Spaendonck, orné de fleurs, exposé en 1831. Parmi les gravures de M. Chazal, nous citerons le portrait du cardinal de la Fare et plusieurs planches de fleurs. CHEBREIss (bataille de). — Bonaparte, maître d'Alexandrie, se dirigea sur le Caire avec son armée, son artillerie de campagne et un petit corps de cavalerie. Lorsque la flottille et les autres divisions eurent rejoint à Rahmanieh , on s'ébranla, et l'on remonta le Nil, à la recherche de l'ennemi. On le trouva rangé en bataille devant le village de Chebreiss ou Chobrâkit, et appuyé au Nil, sur lequel il avait des chaloupes canonnières et des djermes armées. Napoléon avait donné ordre à la flottille française de continuer sa marche en se dirigeant de manière à pouvoir appuyer la gauche de l'armée, et attaquer la flotte ennemie au moment où l'on attaquerait les Mameluks et le village de Chebreiss. Malheureusement la violence des vents ne permit pas de suivre en tout ces dispositions : la flottille dépassa la gauche de l'armée, gagna une lieue sur elle, se trouva en présence, et se vit obligée d'engager un combat trèsinégal, ayant à la fois à soutenir le feu des Mameluks et à se défendre contre les bâtiments turcs. Elle courut de grands dangers. Néanmoins elle réussit enfin à sortir victorieuse de cette lutte, où les savants membres de la commission n'avaient pas été les derniers à payer de leur personne. Cependant, le bruit du canon avait fait connaître à Bonaparte l'engagement de la flottille; il fait marcher l'armée au pas de charge. Elle s'approche de Chebreiss. Pendant que les soldats républicains contemplent avec surprise ces célèbres Mameluks , leurs armes étincelantes, leur costume resplendissant d'or et d'argent , leurs superbes montures, Bonaparte reconnaît la position , et aussitôt son génie puissant lui fait deviner la tactique nouvelle qu'il faut opposer à ces impétueux adversaires. Il forme ses divisions en carrés longs sur quatre files de profondeur qui se flanquent naturellement, l'artillerie aux angles et dans les intervalles. Mourad ordonne la charge; mais ses braves cavaliers se brisent contre une inébranlable barrière de baïonnettes ; le feu croisé de l'artillerie achève de les éloigner du champ de bataille. Alors les carrés, jusque-là immobiles, s'élancent au pas de charge, et s'emparent du camp de Chobrâkit ( 13 juillet 1798). Les Mameluks perdirent 600 hommes, les Français une centaine. Mourad se hâta de regagner le Caire. La flottille ennemie prit également la fuite en remontant le fleuve. CHEDEL (Quentin-Pierre), l'un de nos meilleurs graveurs de paysages à l'eau-forte, naquit à Châlons - sur - . Marne en 1705, et mourut à Paris en : 1762. Il a travaillé d'après ses propres . dessins et ceux de Teniers , de Breughel, Wouwermans, Vander Meulen,' Boucher, etc. | CHEF DE BATAILLON. — L'origine de ce grade ne remonte pas au delà du .

dix-huitième siècle. Ce ne fut en effet seulement qu'en décembre 1734 que

l'on songea à créer un emploi inter- .

médiaire entre le lieutenant-colonel et le capitaine. On donna alors au titulaire de ce grade la dénomination de commandant de bataillon; mais ce nouveau titre n'était qu'honorifique : il appartenait de droit au plus ancien capitaine, qui n'en restait pas moins le chef de sa compagnie. Il est cependant dit dans l'ordonnance de création § lorsqu'il y a plusieurs bataillons ans un régiment, chaque bataillon, à l'exception du premier, aura un commandant sans compagnie, et que ce commandant sera pris parmi les capitaines. Mais cette disposition ne fut pas exécutée. Une autre ordonnance de l'année 1774 donne à ces officiers le rang de major : mais ils continuèrent à être subordonnés aux lieutenants-colonels et aux majors titulaires. De 1734 à 1776, il n'y eut de commandant de bataillon que pour le temps de guerre seulement, excepté dans le régiment des gardes françaises où ce grade fut toujours maintenu. D'Hauthville, écrivain militaire peu connu, avait proposé, en 1762, la création , à titre permanent, de chefs de bataillon dans tous les régiments, et Ségur renouvela inutilement, en 1786, ce projet, dont la réalisation ne fut cependant qu'ajournée. L'emploi de commandant de bataillon ayant été supprimé en 1762, on réforma des officiers qui en étaient pourvus. Recréé en 1772, et de nouveau supprimé en 1776, ce grade fut enfin définitivement rétabli, sous le titre de chef de bataillon, d'abord dans les corps de volontaires nationaux, en 1791, puis dans les régiments d'infanterie de ligne et légère, dans l'artillerie, dans le génie, par décret du 21 février 1793. Depuis la loi du 14 avril 1832, les chefs de bataillon sont nommés au choix ou à l'ancienneté, et sont pris parmi les capitaines ayant quatre ans au moins de grade. Leurs principales fonctions consistent à surveiller ia discipline, le service, la tenue, l'en

tretien et la réparation des effets d'habillement. Ils ne sont spécialement chargés de l'instruction de leurs bataillons respectifs qu'en cas de séparation. Lorsque le régiment se trouve réuni, un chef de bataillon, désigné par le colonel , est chargé de ce détail, avec le titre d'instructeur, sous les ordres du lieutenant-colonel. CHEF DE BRIGADE. — Dénomination substituée à celle de colonel par le décret de la Convention nationale du 21 février 1792, sur l'organisation de l'armée. Les officiers et soldats sous les ordres du chef de brigade l'appelaient, en lui parlant, citoyen chef, au lieu de se servir de la formule mon colonel, usitée jusqu'alors et dont on a encore fait usage depuis. Un décret du 1" vendémiaire an xII, ayant rendu la dénomination de régiment aux demi - brigades, rétablit aussi celle de colonel que portent encore aujourd'hui ces officiers supérieurs. CHEF D'EscADRoN. — Quelques historiens font remonter l'origine de ce grade à l'année 1582; suivant d'autres, le nom seul de commandant d'escadron fut employé sous Louis XII ; mais ce fut seulement sous Henri II qu'il commença à désigner des fonctions en rapport avec celles des chefs d'escadron actuels. Sous Louis XIV, il y eut des commandants d'escadron dans les chevaulégers et dans les gendarmes de la garde; mais ces officiers n'exerçaient qu'un emploi et n'avaient, comme les chefs de bataillon dans l'infanterie, d'autre grade que celui de capitaine ; ce fut le décret du 21 février 1793 qui leur donna le titre de chefs d'escadron, qu'ils ont toujours conservé depuis. Depuis l'ordonnance du 19 février 1831 , portant organisation des régiments de cavalerie à six escadrons, le nombre des officiers de ce grade est fixé a deux par régiment, sur le pied de paix, et à trois sur le pied de guerre. (Voyez EsCADRON.) CHEFs D'oRDRES ET DE CoNGRÉGATIoNs. — On appelait ainsi autrefois, dans les ordres réguliers ou

hospitaliers, # première, ou principale maison, de laquelle dépendaient toutes les autres maisons de l'ordre, et où se tenait le chapitre général. Les abbayes chefs d'ordre étaient toutes régulières, et elles exerçaient une certaine autorité sur les maisons qu'elles avaient formées. Les abbés titulaires de ces abbayes prenaient aussi le titre de chefs d'ordre, et ils jouissaient en cette qualité de plusieurs priviléges. Leurs monastères étaient exempts des visites de l'évêque diocésain, et affranchis de la nomination du roi, pour les bénéfices qui étaient à leur collation. Ils avaient la juridiction de leurs religieux , et leur pouvoir, à cet égard , était très-étendù. Ils avaient enfin un droit de visite et de correction sur tous les monastères soumis à leur autorité. Voici les noms des seize maisons d'ordre que l'on comptait en France : Bourg - Achard, en Normandie, chef d'une réforme de chanoines réguliers de l'ordre de Saint-Augustin, établie en 1680. La Chancelade, en Périgord , chef d'une congrégation de chanoines réguliers du même ordre, et qui était composée de six maisons. La Grande - Chartreuse, en Dauphiné, chef de l'ordre des chartreux. Citeaux, en Bourgogne, chef de l'ordre de Cîteaux. Clairvaux , en Champagne, chef d'une filiation très-nombreuse du même ordre. Cluni ou Clugny, en Bourgogne, chef d'une congrégation de l'ordre de Saint-Benoît. La Ferté, en Bourgogne, chef de l'une des quatre filiations de l'ordre de Cîteaux. Feuillants, dans le Comminges, chef de la congrégation de ce nom. Fontevrault , dans le Saumurois, chef de l'ordre de ce nom. Grandmont, dans la Marche, chef de l'ordre de ce nom. Morimont, dans le Bassigny, chef d'une des quatre filiations de Cîteaux. Pontigny, en Champagne, chefd'une des quatre filiations de l'ordre de CîteauX.

Prémontré, dans le gouvernement de l'Ile de France, chef de l'ordre de SOIl IlOIIl . Saint-Antoine, en Dauphiné, chef de l'ordre de son nom. Saint-Ruf, en Dauphiné, chef de l'ordre de son nom. Sainte-Geneviève, à Paris, chef de la congrégation de son nom. Ces seize maisons jouissaient ensemble d'un revenu annuel qui se montait à la somme de onze cent dix mille livres de rente. CHELLEs, Cala ou Cellae, bourg de l'Ile de France, aujourd'hui du département de Seine-et-Marne , à 24 kilomètres de Meaux , possédait autrefois une riche abbaye de bénédictines, fondée en 660 par Bathilde, femme de Clovis II, et dont le trésor rivalisa longtemps de magnificence avec celui de Saint - Denis. Cette abbaye a eu pour abbesses plusieurs princesses du sang royal. Son revenu se montait, avant la révolution, à environ soixante mille livres. Supprimée à cette époque, elle fut en partie démolie trois ans après, vendue par lots et convertie plus tard en habitation particulière. Il y avait en outre à Chelles, sous les rois de la première race, un manoir royal où se retira Chilpéric après la mort de deux de ses fils. Ce fut dans le même lieu qu'il fut assassiné par les émissaires de Frédégonde. CHELLES (monnaies de). — Le monastère de Chelles avait, sous la seconde race, le droit de battre monnaie ; on possède, en effet, des deniers et des oboles de Charles le Chauve, qui portent pour légende KALAMONASTERI [UM]. Ce sont d'ailleurs les seules monnaies que l'on puisse attribuer à cette localité. CHEMILLÉ, ancienne baronnie de l'Anjou, aujourd'hui département de Maine-et-Loire, érigée en comté, en 1555. CHEMILLÉ (combats de). — Quelques jours après que le tocsin de la terrible insurrection de la Vendée eut sonné pour la première fois, les paysans, commandés par le voiturier Cathelineau , enlevèrent Chemillé, petite

ville du département de Maine-et-Loire. ui était défendue par trois canons et eux cents hommes (14 mars 1793). Un mois après, Berruyer, qui, d'après son plan d'attaque générale, s'avanait en cinq colonnes dans la haute §, arriva devant ce bourg avec celle qu'il commandait en personne, tandis que Duhoux l'y rejoignait avec un autre corps de mille hommes. Un vif combat livra aux républicains le village jusqu'à l'église, dont les insurgés étaient encore maîtres à l'entrée de la nuit. Cette résistance acharnée engagea Berruyer à se replier à SaintLambert. CHEMINAIs DE MONTAIGU (Timoléon) naquit à Paris, en 1652, d'une famille ancienne dans la robe. A l'âge de quinze ans, il entra chez les jésuites, et après avoir perfectionné ses études dans le sein de cette docte société, il alla professer la rhétorique à Orléans. Ses sermons lui firent bientôt une brillante réputation d'éloquence. A un esprit facile et pénétrant, à une imagination vive et brillante , réglée par un jugement solide, il réunissait une action noble et aisée , et surtout l'art d'émouvoir par une onction particulière qui le fit comparer à Racine avant que Massillon fût connu. La faiblesse de sa santé fut un obstacle à l'ardeur de son zèle et aux progrès de sa réputation. Ses infirmités l'empêchèrent de prêcher l'Avent devant la cour de Louis XIV, qui avait voulu l'entendre. Cependant il n'abandonna entièrement ses fonctions de prédicateur que lorsque la force lui manqua pour ce ministère. Il se voua alors tout entier au soulagement des pauvres, et fit preuve, dans ses dernières années, de la charité la plus active et la plus dévouée. La mort le surprit dans ses pieuses occupations , le 15 septembre 1689. Le P. Bretonneau publia , en 1690 , les sermons du P. Cheminais : il avait, dit le P. Bretonneau, toutes les qualités qui rendent un homme très-aimable, une probité exacte, un naturel obligeant, une candeur admirable, une humeur douce et gaie jusque dans le fort de la dou

« PrécédentContinuer »