Images de page
PDF

fauconniers palatins qui avaient à leur tête quatre grands veneurs et un grand · fauconnier, qualifiés tous les cinq du titre de grands officiers de la couronne. Ils étaient presque toujours dispersés dans les provinces pour le service de la cour, et quand il leur avait été transmis des lettres du roi ou de la reine, ou que le sénéchal ou le bouteiller leur avaient fait connaître les intentions de l'un ou de l'autre, ils s'assemblaient dans les maisons royales près desquelles ils se trouvaient, tenaient conseil sur les ordres qu'ils avaient reçus, et prenaient toutes les mesures convenables pour en assurer l'exécution. C'était principalement dans l'automne que l'on chassait, et les rois ne donnaient guère une fête qu'elle ne fût terminée par une grande chasse. Quand les fiefs furent devenus des seigneuries héréditaires entre les mains de ceux qui les possédaient d'une manière précaire, les possesseurs s'empressèrent de s'attribuer le droit exclusif de chasser dans leurs domaines. Par suite de la mise en culture d'un grand nombre de terrains, les animaux domestiques s'étaient multipliés, et la chasse avait cessé d'être une nécessité de la vie; elle devint alors un amusement, mais un amusement noble, dont les gentilshommes se montrèrent d'autant plus jaloux, que la faculté de s'y livrer fut par eux mise au nombre des signes caractéristiques de leur noblesse. Alors la chasse, qui n'avait été jusque-là † guerre faite sans principes à des animaux inoffensifs ou dangereux, devint un art qui eut ses règles, une science dans laquelle tout homme de noble race dut se piquer d'exceller. Quand nos romanciers font l'éloge d'un chevalier accompli, ils le représentent toujours comme expert en fait d'armes, en dits d'amour et en déduits de chiens et d'oiseaux. Plus la chasse était périlleuse, plus on l'estimait. Il était beau d'attendre sans broncher un sanglier furieux qui s'élançait tête basse, et de le terrasser au passage; il était plus beau encore d'aller dans les Alpes et les Pyrénées

attaquer l'ours dans son repaire, et de le mettre à mort d'un coup d'épieu. Henri IV, dans le temps qu'il n'était † prince de Béarn, se livrait encore ans ses petits États à cet exercice périlleux. Quant à la chasse de ruse, à l'emploi des trappes, des engins, des filets, la noblesse la dédaignait comme jeux de villains et communs paysans, ainsi † s'exprime Gaston Phœbus, comte e Foix, dans ses Déduits de la chasse, composés sur la fin du quatorzième siècle. Pour qu'un seigneur trouvât une chasse digne de lui, il fallait qu'il y courût risque de la vie, ou du moins qu'elle l'exposât à de grandes fatigues. Au moyen âge, la chasse était considérée non-seulement comme un amusement noble, mais encore comme une occupation † parce que, dit encore Gaston Phœbus, qui fut le plus intrépide chasseur de son temps, parce que elle sert à faire fuyr tous les chez mortels. Or, qui fuyt les sept chez mortels, selon notre foy, il doit étre saulve. Donques, bon veneur aura en ce monde joye, léesse et duit; et après, aura paradis encore. Dans le cours de son ouvrage, le noble comte semble apporter quelque modification à ce raisonnement : il reconnaît que tous les chasseurs pourraient bien ne pas être placés, pour leurs exploits, au milieu du paradis; mais il compte u'au moins ils seront " logiez aux # et basses-cours, parce qu'ils auront évité l'oisiveté qui est la cause de tout mal. Dufouilloux, plus hardi, cite saint Hubert, qui étoit veneur ainsi que saint Eustache; dont il est à conjecturer, dit-il, que les bons veneurs les ensuyvront en paradis avec la grâce de Dieu. Une telle estime accordée à la chasse

[blocks in formation]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][graphic]
[blocks in formation]

des seigneurs temporels, se montrè

rent jaloux des priviléges attachés à ce titre, et ne tinrent aucun compte des prohibitions royales ou canoniques : ils eurent des meutes, des oiseaux, des, veneurs, et parurent dans les campagnes une arbalète à la main ou un faucon sur le poing. Dans le roman du Petit Jehan de Saintré, on voit Damp, abbé, suivre la dame des Belles Cousines à la chasse de la reine, et s'y montrer aussi bon chasseur que hardi cavalier. Jusqu'aux temps modernes, les gens d'église se sont livrés à un amusement qui leur était défendu et constituait un des priviléges de la noblesse. Pour ne citer qu'un seul exemle, le fameux Jean de Vatteville, qui ivra la Franche-Comté à Louis XIV, avait dans son abbaye de Baume, où il termina sa vie aventureuse, un des plus beaux é uipages de chasse de la province, et il s'en servait souvent. Ce n'était pas toujours cependant en violation des règlements que les ecclé† se livraient au plaisir mondain de la chasse, car les rois le leur permettaient quelquefois. En , 774, Charlemagne accorda au monastère de Saint-Denis le droit de chasser le cerf, le chevreuil et les animaux carnassiers,

dont les peaux, avaient dit les moines, leur étaient nécessaires pour couvrir leurs livres. En 778, il accorda le même privilége à l'abbaye de Saint· Bertin, qui avait besoin, non-seulement de couvertures pour ses livres, mais aussi d'aliments pour ses malades, ainsi que de ceintures et de mou fles pour ses moines. Jusqu'à saint Louis, le droit de chasse avait appartenu exclusivement à la noblesse. Ce prince fut le premier qui l'accorda aux bourgeois dans quelques provinces. Charles VI maintint ce privilége aux bourgeois qui vivaient noblement, mais.interdit absolument la chasse aux roturiers, laboureurs et autres, à qui il fut enjoint de n'avoir lez eux nichiens, ni furets, ni lacets. . Louis XI, qui ne chassait presque jamais et voyait avec regret la noblesse se ruiner en équipages de chasse, lui défendit avec une telle sévérité cet amusement coûteux, qu'alors, dit Seissel, auteur o† « c'était « un cas plus graciable de tuer un « homme † de tuer un cerf ou un « sanglier. » Cette défense fit pousser les hauts cris, et, à son sujet, les nobles firent entendre aux états de Tours, tenus en 1483, des plaintes si vives, que Charles VIII la révoqua peu après son avénement à la couronne. A toutes les époques, les rois de France ont eu des officiers et des équipages de chasse, mais, jusqu'à Fran- . çois I", aucun d'eux n'avait, pour cet objet, porté aussi loin le luxe et la dépense. La partie de sa maison qui concernait les chasses coûtait des sommes immenses. Partout où il allait, il se faisait suivre par ses veneurs, ses chiens et ses oiseaux. Aussi Dufouilloux, auteur d'un Traité de la chasse, dédié à Charles IX, l'appelle-t-il lé père de la vénerie, ce qui certes ne vaut pas le titre de père des lettres. Quant à Charles IX, il fut le chasseur le plus habile, le plus instruit de son époque, et il nous reste de lui un Traité sur la chasse, dans lequel il fait preuve d'une érudition qui convient beaucoup mieux à un forestier qu'à un roi. Il fut néanmoins surpassé

[ocr errors]

dans le goût de cet amusement par Louis XIII, qui excellait à tirer de l'arquebuse, et, au dire de madame de Motteville, s'amusait à prendre des oiseaux pendant que ses armées pre

naient des villes et gagnaient des ba- .

tailles. Outre ses équipages différents † le cerf, le chevreuil, le loup, le ièvre et le sanglier, ce prince avait cent cinquante chiens qui le suivaient partout dans ses voyages, de sorte que sur la route il n'y avait pas un buisson qui ne fût battu. Louis XIV eut aussi de brillants équipages de chasse; il se faisait accompagner dans ses courses par les princesses de sa famille, les dames les plus qualifiées, et les seigneurs les plus éminents, qui se regardaient comme infiniment honorés par le choix que le grand roi daignait faire d'eux pour lui servir d'escorte. Louis XV chassa beaucoup moins ; mais comme les exercices violents étaient nécessaires à Louis XVI, il se livra fréquemment à celui de la chasse. Il était en forêt, entouré de ses veneurs et de ses chiens, le 5 octobre 1789, lorsque les femmes de Paris vinrent à Versailles lui demander du pain. Napoléon chassait peu et chassait mal. Les infirmités de Louis XVIII ne lui permettaient pas de prendre cet amusement; mais Charles X, mieux portant, s'y livra jusque dans sa vieillesse avec une prédilection qui lui fut reprochée plus d'une fois. | Nous avons dit que les Gaulois se faisaient aider dans leurs chasses par des ch'ens nés dans leur pays ou importés de l'île de Bretagne, dont ils savaient très-bien apprécier les qualités. Les plus renommés chez eux étaient les vertagi et les argutarii, pour leur vitesse, les segurii ou seguriani, pour leur intelligence. Dans la suite, à force d'amener en France des chiens étrangers et d'en croiser les races, on obtint toutes les espèces que nous avons aujourd'hui ; on en eut pour le menu gibier, la grosse bête, lachasseàcourre. Dans la chasse au vol même, on se faisait accompagner de levriers pour prendre et saisir certains oiseaux que

le faucon parvenait bien à abattre, mais qui étaient trop forts pour que celuici pût les lier et les saisir lui-même. Pour exciter et guider les chiens, pour les remettre sur la voie quand ils l'avaient perdue, et les rallier avant la fin de la journée, on se servait de cors. Au surplus, les chiens et les oiseaux n'étaient pas les seuls animaux

· que l'on employât pour la chasse : on

y dressa aussi des bêtes féroces, à l'imitation de ce qui se pratique encore en Orient Dans l'une des chasses que Louis XII donna, en 1510, à l'ambassadeur de l'empereur Maximilien, il n'y eut, suivant un auteur du temps, prinse que d'un lièvre que print un léopard; et dans une autre, deux chevreux furent prins par un léopard. Avec le temps, la chasse fut trouvée trop fatigante à cause des grands espaces qu'il fallait parcourir. Alors on imagina d'enfermer dans des portions de forêts, que l'on entoura de murailles et que l'on appela des parcs, des milliers d'animaux qu'on y nourrit, et qu'en grand appareil et avec grand bruit on allait, de temps en temps, massacrer sans peine et sans danger. Toutefois, la chasse qui exigeait de grands mouvements et nécessitait de longues Courses, fut toujours réputée la plus digne d'un véritable gentilhomme. A toutes les époques de notre histoire et jusqu'à la révolution, la chasse fut une cause perpétuelle de ruine et de vexation pour le peuple, et même pour les hommes des classes élevées, qui prétendaient n'en point faire partie. Les veneurs du roi s'étaient arrogé, entre autres droits, celui de séjourner, quand ils étaient en chasse, trois jours dans les monastères, et de s'y faire nourrir eux, leurs valets, leurs chevaux et leurs chiens. Cet abus subsista jusqu'à Charles V, qui l'abolit. Les ravages que commettaient les bêtes fauves dans les terres voisines des forêts étaient si déplorables et excitaient tant de réclamations, que Philippe le Bel et Charles le Bel, au lit de la mort, pour apaiser les cris de leurs consciences, léguèrent, par testament, une certaine somme aux laboureurs

« PrécédentContinuer »