Images de page
PDF

Mais il manquait un amphithéâtre, et l'on négligea d'attacher des honoraires aux fonctions qu'on venait de créer ; ce fut encore Lapeyronie qui leva cette double § , et qui fournit l'argent nécessaire. Cet homme, dont s'honorera à jamais la France, ne se contenta pas de relever et de favoriser ainsi la chirurgie de son vivant, il voulut encore la soutenir après sa mort. Son testament est un monument admirable de philanthropie et d'amour de la science : frais d'enseignement , créations de prix annuels, fondation d'une bibliothèque, rentes considérables destinées à encourager la chirurgie, construction d'un amphithéâtre , legs aux hôpitaux pour assurer des cadavres aux démonstrateurs d'anatomie, etc. , etc. , tels sont les articles principaux d'un testament qui devait encore ajouter à tous les bienfaits dont la science était déjà redevable à ce généreux citoyen. Mais le plus grand bienfait de Lapeyronie, l'événement le plus important dans l'histoire de la chirurgie moderne, celui dont l'influence est le moins connue, et sur lequel il est le moins nécessaire de s'étendre, c'est la création de l'Académie royale de chirurgie, de ce corps qui dicta à l'Europe un code chirurgical dont, après bientôt un siècle, les articles fondamentaux sont encore en pleine vigueur. A côté de ce grand événement une foule de circonstances, qui favorisèrent plus ou moins les progrès de la chirurgie, s'effacent en quelque sorte, ou paraissent peu dignes d'arrêter l'attention. On ne peut cependant passer sous silence la déclaration du roi, du 23 avril 1743, qui exclut de la société des chirurgiens la communauté des barbiers, institua des degrés académiques, exigea des élèves une éducation libérale, et prescrivit, pour l'obtention du titre de maître en chirurgie, des formes sévères d'examen. Nous citerons encore la fondation de l'École atique de chirurgie, où Desault déuta comme professeur de clinique, où Chopart enseigna avec tant de zèle, et qui, établie par arrêt du conseil du

4 juillet 1750, reçut sa dernière constitution par un reglement du roi, du 19 mars 1760. A cet établissement se rattache celui d'un hospice de perfectionnement, qui n'avait d'abord que six lits, et qui fut fondé par édit du roi, du mois de décembre 1776. A l'Académie succéda l'école de Desault , de cet homme dont la puissante influence ne saurait être contestée, qui apprit à connaître les rapports des organes entre eux, et à diriger l'instrument tranchant dans la profondeur des tissus avec autant de précision que si ces tissus étaient transparents; qui fut, en un mot, le créateur de l'anatomie chirurgicale; qui servit l'art par de nombreuses découvertes, et plus encore par son amour pour la chirurgie et par l'enthousiasme qu'il communiquait à la foule d'élèves qui , de tous les pays, venaient se presser à ses savantes leçons. Une dernière cause enfin de l'avancement de la chirurgie française, à la fin du siècle passé et au commencement du dix - neuvième , furent les " guerres de la révolution. Arrêtonsnous sur cette nouvelle branche de l'art chirurgical , qui a rendu de si grands services au pays, et qui, après avoir pris naissance au sein de la France, a servi de modèle et a donné l'impulsion à tout le reste de l'Europe. La chirurgie militaire, si bien organisée dans les armées françaises, est une institution toute moderne : née pendant les guerres de la révolution, c'est sous le règne de Napoléon qu'elle s'est perfectionnée, au point d'exciter l'admiration de nos ennemis eux-mêII18S. Sous les dynasties mérovingienne et carlovingienne, et pendant les premiers règnes de la monarchie capétienne, on ne trouve aucune trace de chirurgiens militaires. Les rois avaient auprès d'eux leurs médecins ou physiciens ; les barons se faisaient accompagner de leurs clercs ou chapelains,. qui possédaient quelques éléments empiriques et grossiers de l'art de guérir. Le reste de l'armée était livré aux

médicastres , espèces de médecins ignorants et avides qui suivaient les troupes pour débiter leurs baumes. Des femmes se mêlaient aussi dans les camps pour panser les blessures ; elles suçaient les plaies faites avec les flèchés, les dards et les lances. Lorsque saint Louis partit pour la croisade , Jean Pitard , son premier chirurgien, se fit accompagner de plusieurs myres ou maitres myres, qui étaient les chirurgiens de cette époque. La plupart étaient des moines , des clercs ou chapelains, qui joignaient à l'exercice de la médecine celui du sacerdoce. Les successeurs de Pitard Se contentèrent d'accompagner les rois à la guerre, et n'instituèrent point un corps de chirurgie pour l'armée. Les riches et puissants seigneurs, qui conduisaient et commandaient des bandes aux armées, avaient avec eux des myres, et, dans la suite, des chirurgiens qui étaient attachés à leur personne. Ces hommes donnaient bien des soins aux officiers et aux soldats, mais ils en recevaient un salaire, ou du moins ils les soignaient sans y être obligés. L'invention de la poudre à canon devait nécessairement amener une révolution dans la chirurgie qui s'occupait des blessures faites à la guerre. Les plaies produites par les projectiles lancés par la poudre sont bien plus graves , bien plus dangereuses que les blessures faites avec l'épée, les flèches ou la lance ; elles réclamaient des soins beaucoup plus importants. Cependant, . ce ne fut que sous Henri IV que naquit la chirurgie militaire. Le grand Ambroise Paré n'avait pourtant aucun grade dans l'armée ; il y accompagna M. de Montejean , commandant les hommes d'armes , et ensuite M. de Rohan. Il dut toute l'autorité qu'il eut sur ses confrères à l'ascendant de son génie ; chacun voulait être secouru par lui. Ce fut lui qui , le premier, connut le traitement qui convenait aux plaies d'armes à feu ; il abolit les coutumes empiriques qui, loin de les guérir, ne faisaient souvent que les agraver; il dilata les plaies, et supprima usage barbare d'y appliquer de l'huile

bouillante, qu'il remplaça par les digestifs dont maintenant encore l'on fait usage. Ses succès, dans ces temps d'ignorance , paraissaient autant de prodiges ; et sa réputation devint si grande dans les camps, que le soldat ne connaissait plus de danger quand ce grand chirurgien était présent. Metz était assiégé ; les blessés périssaient privés de secours , Paré vole dans la ville pour y porter les bienfaits de son art ; les soldats, instruits de son arrivée , s'écrient : « Nous ne « craignons plus rien, notre Ambroise « est avec nous. » Les grands seigneurs renfermés dans la place le reçurent comme le secours le plus précieux qu'on pût leur envoyer ; et, par leurs soins, l'abondance régna dans sa maison, tandis que tous les assiégés étaient réduits aux plus rudes privations. Le célèbre Pigray, disciple de Paré, lui succéda aux armées ; mais , comme lui , Pigray appartenait à un grand seigneur ; il accompagnait M. de la Vauguyon. C'est sous Henri IV que les premiers hôpitaux militaires furent établis. Sous Louis XIII , on créa un chirurgien - major dans chaque régiment ; dès lors la chirurgie militaire commença à s'organiser ; il y eut des hôpitaux militaires , des ambulances, dirigés par un chirurgien en chef, qui eut le titre de chirurgien-major † camps et armées. Les guerres que Louis XIV eut à soutenir nécessitèrent l'établissement d'un grand nombre d'hôpitaux militaires et ambulants. Sous ce règne, l'organisation du service de santé militaire se perfectionna; le chirurgienmajor de l'armée eut pour le seconder, outre les chirurgiens-majors et aidesmajors attachés à chaque régiment,

'un plus grand nombre de chirurgiens

de tous les grades attachés à chaque ambulance. Les chirurgiens - majors des hôpitaux et des régiments étaient choisis parmi les praticiens les plus instruits du royaume. « En ce temps, dit M. Percy (Eloge de Sabatier), il n'y avait guère de chirurgiens habiles et en réputation qui n'eussent servi aux armées et dans les régiments. »

Jean-Louis Petit avait fait huit campagnes comme chirurgien aide-major, et ensuite comme chirurgien-major ; son fils en avait déjà fait quatre, tout jeune qu'il était, lorsqu'il mourut, Le Dran , Arnaud , Beissier, s'étaient toujours honorés du titre de chirurgien militaire , et l'on n'obtenait alors que difficilement les emplois civils, si l'on n'était allé les gagner à la guerre. Outre les chirurgiens-majors des armées, il y eut aussi des chirurgiensconsultants qui dirigeaient principalement l'administration du service de | santé et avaient la suprématie sur les chirurgiens - majors ; mais ils furent supprimés vers 1795. L'éclat dont avait brillé la chirurgie militaire, sous le règne de Louis XIV, augmenta encore sous ceux de Louis XV et de Louis XVI. Des chirurgiens doués du génie de l'observation , riches des découvertes faites par Ambroise Paré et Pigray, et plus tard par uesnay, étudièrent avec plus d'attention les phénomènes que présentent les plaies faites par les armes à feu, et ils fixèrent , dans leurs écrits ou dans leurs leçons, le véritable traitement qui convient à ces redoutables blessures. Parmi ces grands praticiens se distinguent alors le Dran, JeanLouis Petit, Desport, Loubet, Ravaton, Garengeot, Lafaye, Lapeyronie , Bagien, Faure , Dufouart , Robillard , Lombard, Percy , Noël, Saucerotte et Thomassin. Des écoles d'instruction, pour former des chirurgiens d'armée, peuplaient les hôpitaux et les régiments de sujets déjà capables de faire le service ; Vacher, à Besançon; Chassenet,, à Lille; Desoteux , à Nancy; à Strasbourg , Lombard et le Riche ; à Metz, Robillard et Laumonier, étaient les instituteurs de cette jeunesse studieuse , qui, depuis, a donné tant d'éclat à la chirurgie militaire. Tel était l'état des choses quand les guerres de la révolution éclatèrent. Quatorze armées s'opposaient alors à l'invasion étrangère, et tenaient tête à l'Europe coalisée. Il fallut lever un

nombre considérable de chirurgiens, et, malgré les crises nombreuses qui entravèrent souvent les autres branches de l'administration , la chirurgie militaire, dirigée par Percy , Noël, Saucerotte, Thomassin, Lombard, Larrey, Dupont et quelques-uns de leurs disciples, mérita la reconnaissance du pays et l'admiration de l'Europe. Napoléon se déclara le protecteur de la chirurgie militaire; il l'honora par ses éloges et la récompensa par d'éclatants bienfaits. Stimulée par les encouragements du grand capitaine, la chirurgie alla au delà de ce qu'on pouvait espérer ; elle se créa de nouveaux devoirs et de nouveaux dangers. Auparavant les chirurgiens se tenaient derrière la ligne de bataille et attendaient qu'on

leur apportât les soldats blessés; on

les vit alors partout au plus fort du danger , parcourir les lignes de bataille pour prodiguer, au milieu des boulets et des balles, les premiers soins aux blessés. L'histoire doit une belle page aux services que rendit la chirurgie militaire à l'armée d'Orient , sous la direction de M. Larrey ; elle redira les services non moins importants rendus par cette belle institution à l'armée du Rhin , à Ulm, à Austerlitz, à Iéna, à Eylau , à Pultusck , à Friedland et en Espagne, sous les ordres de Percy. . Les limites de cet article ne nous permettent pas de traiter ici en détail de la belle institution de la chirurgie de bataille due à Percy : qu'il nous suffise de dire que, par elle , les chirurgiens transportés, avec les appareils nécessaires aux pansements, d'un bout du champ de bataille à l'autre, comme l'artillerie légère , apportent aux malheureux blessés des secours à tous les instants, les pansent, les opèrent , même au milieu des lignes de bataille, et arrachent à la mort bien des malheureux que des secours trop tardifs auraient laissés mourir. Mais l'institution de la chirurgie militaire n'est pas le seul titre de gloire que le dix-neuvième siècle ait à présenter aux siècles à venir. Depuis le commencement de ce siècle, la France voit surgir de tous côtés des hommes distingués dans l'art chirurgical, et si les travaux pénibles des camps font naître de grands chirurgiens et amènent des découvertes importantes sur le traitement des blessures par les armes de guerre, la pratique dans les grands hôpitaux civils , les travaux qui résultent de cette observation plus calme et plus constante, font surgir des hommes non moins distingués et jettent de nouvelles lumières sur un grand nombre d'autres points de la pathologie chirurgicale. Les progrès de la chirurgie ne sont pas moins nombreux, depuis le rétablissement de la paix ; et dans l'échange de découvertes ou de perfectionnements qui s'est établi entre les nations, on voit la France conserver au milieu de l'Europe , et à leur étonnement, la suprématie que n'avaient pu lui faire perdre ni ses dissensions intestines, ni ses efforts surnaturels pour repousser l'invasion étrangère. Nous n'entreprendrons pas, dans le cadre resserré de cet article, d'énumérer les découvertes , les améliorations et les perfectionnements sans nombre qui appartiennent à la période de quarante années qui vient de s'écouler; il faudrait en quelque sorte reprendre une à une § parties de la chirurgie et en faire une histoire particulière. Les progrès récents de l'art chirurgical trouveront naturellement leur place dans les articles que nous consacrerons aux hommes auxquels ils sont dus. CHIUSA (affaire de la).—Le général Guyeux, commandant une division de l'armée qui, sous les ordres de Bonaparte, envahissait, au mois de mars 1797, les provinces impériales de la haute Italie, rencontra la colonne du général Bayalitsch, retranchée à Pufero, lui prit deux pièces de canon, et la refoula dans les gorges de Caporetto, à la Chiusa autrichienne. Arrivée au fort de la Chiusa-di-Pletz , la division victorieuse trouva de nouveaux ennemis à combattre. Ces obstacles furent i bientôt surmontés. La

Chiusa, emportée d'assaut, et les 500 hommes qui la défendaient faits prisonniers, rien ne s'opposait plus à la poursuite de la colonne autrichienne, qui marchait en toute hâte sur Tarvis, et allait être atteinte par Guyeux, lorsu'elle tomba au milieu de la division u général Masséna. Prise alors en tête et en queue, elle mit bas les armes et se rendit prisonnière. 30 pièces de canon , 400 chariots, des bagages, 4,000 hommes et 4 généraux tombèrent ainsi en notre pouvoir. — Le 1" janvier 1801, lors des dermières opérations qui précédèrent en Italie la conclusion de la paix conquise à Marengo et à Hohenlinden, le général Moncey se présenta de nouveau devant la Chiusa autrichienne, et la fit tourner par sa réserve, qui parvint avec beaucoup de peine à gravir les rochers les plus escarpés. En même temps le général Boudet fit avancer une pièce de huit devant la principale porte du fort, qui bientôt fut enfoncée. Les Autrichiens, ébranlés par la vigueur des assaillants, étonnés de se voir foudroyés par le feu des Français en position sur des cimes qu'ils avaient crues inaccessibles, se retirèrent à la hâte, laissant une centaine de prisonniers et un grand nombre de blessés. CHIUSELLA (combat de la).—Après l'admirable passage du Saint-Bernard, l'avant - garde de l'armée française, commandée par Lannes, avait emporté Ivrée, la clef des plaines de l'Italie, puis elle s'était élancée sur la route de Turin. Le 26 mai 1800 , elle se heurta contre un corps de 10,000 Autrichiens rassemblés à la hâte pour couvrir la capitale du Piémont, et retranché à Romano derrière la Chiusella, dont le pont était défendu par une batterie. La victoire fut décidée par un mouvement d'audace. Deux bataillons d'infanterie, au milieu d'une grêle de balles et de mitraille, tournèrent le pont et déblayèrent le défilé où la colonne d'attaque se présenta en masse et culbuta les Autrichiens. Alors la cavalerie ennemie essaya de rétablir le combat par une charge vi

goureuse ; mais trois fois elle vint se briser contre les baïonnettes de notre brave infanterie. Les Impériaux rompus s'enfuirent alors à Chivasso (voyez ce mot), d'où ils se replièrent sur Turin. CHIVAsso(prisede).—Aussitôt après le combat de la Chiusella, le général Lannes s'avança sur le Pô, et occupa, le 28 avril 1800, le bourg de Chivasso. Un grand nombre de barques chargées de riz et de blé vinrent alors porter l'abondance dans le camp français. Le premier consul Bonaparte y assa la revue de son avant-garde, et istribua aux braves les récompenses et les éloges que méritait leur valeur. CHIVERNY ou CHEVERNY, ancienne seigneurie du Blésois, aujourd'hui département de Loir-et-Cher, à 12 kil. de Blois, érigée en comté en 1577, en faveur de Philippe Hurault, chancelier de France, qui prit depuis le nom de cette seigneurie. CHIVERNY (Philippe Hurault, comte de), chancelier garde des sceaux de France, né à Chiverny en Bretagne.

[ocr errors]
[ocr errors]

, taille d'Auray, à côté de Charles de

Blois. Dès l'année 1562, la protection du cardinal de Lorraine et la faveur de Catherine de Médicis l'avaient ad

, mis à prendre part aux affaires publi

ques. Il parvint aux premières dignités de la magistrature , après avoir épousé la fille du président de Thou. Nommé chancelier du duc d'Anjou, depuis Henri III, il suivit ce prince dans ses expéditions militaires ; mais il ne l'accompagna point à Varsovie, la reine mère et le roi jugeant sa présence à Paris plus utile à leurs intérêts. Les sceaux lui furent confiés en 1578. Toutefois, ses liaisons avec les ligueurs le firent disgracier après la journée des barricades ; il fut rappelé par Henri IV, qui lui rendit les sceaux en disant à ceux qui l'entouraient : « Mes« sieurs, ces deux pistolets que j'ai « baillés à M. le chancelier ne font pas « tant de bruit que ceux de quoi nous

« tirons touslesjours; mais ils frappent « bien plus fort et de plus loin, et le « sais par expérience par les coups que « j'ai reçus. » Ce fut Chiverny qui fit tous les préparatifs pour le sacre et le couronnement du monarque. Il fut ensuite chargé de rétablir le parlement de Paris, ainsi que les autres cours souveraines du royaume. Après avoir joui constamment de la confiance du roi, Chiverny mourut en 1599. De Thou , Scévole de Sainte - Marthe et Nicolas Rapin ont loué la prudence et la dextérité de ce magistrat , qui n'était pas inaccessible à la corruption, s'il faut en croire le Journal de l'Etoile. Les Amours du grand Alcandre , attribués à Louise de Lorraine, princesse de Conti, nous ont laissé de curieux détails sur les longues amours du vieux chancelier avec la marquise de Sourdis , tante de la belle Gabrielle. On a imprimé à Paris, en 1636, les Mémoires d'Estat de messire Phil. Hurault, comte de Chiverny, etc., avec deux Instructions à ses enfants, et la Généalogie de la maison des Hurault. Ces mémoires commencent à l'an 1567, et finissent à 1599. CHIZEY (bataille de).—Au commencement de 1373, il ne restait aux Anglais qu'une très-petite partie du Poitou. Charles V, pour les chasser complétement de cette province, donna à du Guesclin l'ordre d'entrer en campagne dès le commencement du printemps, longtemps avant l'époque où les Anglais avaient coutume de passer

· la mer. Au mois de mars 1373, le

connétable, à la tête d'une troupe de 1,400 combattants, vint assiéger la ville de Chizey. Les Anglais qui étaient encore dans le Poitou se réunirent alors à Niort, au nombre de 700 hommes d'armes, et se dirigèrent sur l'armée française. Les assiégés ayant appris l'approche de ce secours, firent une sortie contre les assiégeants ; mais, dit Froissard, « ils ne purent le grand faix des François, et urent tout de premier cils là déconfits morts et pris; oncques nul des leurs ne rentra au châtel. » Peu de temps

« PrécédentContinuer »