Geschichte Europas seit dem Ende des fünfzehnten Jahrhunderts, Volumen 4

Portada
F. A. Brockhaus, 1834
 

Comentarios de usuarios - Escribir una reseńa

No hemos encontrado ninguna reseńa en los sitios habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todo

Pasajes populares

Página 290 - It resteth, therefore, that without fig-leaves I do ingenuously confess and acknowledge that, having understood the particulars of the charge, not formally from the house, but enough to inform my conscience and memory, I find matter sufficient and full both to move me to desert the defence, and to move your lordships to condemn and censure me.
Página 286 - He was ever in chase after some disputable Doubts, which he would wind and turn about with the most stabbing Objections that ever I heard. And was as pleasant and fellow-like in all those Discourses as with his Huntsmen in the Field.
Página 164 - Il semble que, l'établissement des monarchies étant fondé par le gouvernement d'un seul, cet ordre est comme l'âme qui les anime et qui leur inspire autant de force et de vigueur qu'il ya de perfection. Mais comme cette autorité absolue porte les États au plus haut point de leur gloire, aussi, lorsqu'elle se trouve affaiblie, on les voit en peu de temps déchoir de leur dignité.
Página 162 - Qui forgent contre toi des traits injurieux ! Que tu ferais rougir d'ingrats malicieux A qui tous les malheurs sans toi feraient la guerre ! Mais non, repose en paix : c'est le dernier effort De l'envie abattue et qui meurt par ta mort. Ta mémoire est brillante en dépit de sa rage.
Página 181 - Il est faux dans la plupart de ses qualités, et ce qui a le plus contribué ŕ sa réputation est de savoir donner un beau jour ŕ ses défauts.
Página 233 - Pour mériter son coeur, pour plaire ŕ ses beaux yeux, J'ai fait la guerre aux Rois, je l'aurois faite aux Dieux.
Página 184 - La réponse en est toute pręte : L'un conduisait son animal Et l'autre monte sur sa bęte.
Página 162 - Que tu ferais blęmir d'avortons de la terre, Qui lancent contre toi des traits injurieux! Que tu ferais rougir d'ingrats malicieux, A qui tous les malheurs, sans toi, feraient la guerre. Mais non, repose en paix; c'est le dernier effort De l'envie abattue, et qui meurt par ta mort.

Información bibliográfica