Imágenes de página
PDF
ePub
[ocr errors]

» eu le chagrin de voir que vous m'imputez » des principes que j'abhorre, Je ne m'en » suis consolé qu'en lisant l'endroit de votre

avertissement, où vous déclarez que, n'en» tendant pas l'original anglais, vous ne pou» vez pas juger de l'Essai sur l'Homme par

vous-même, et que vous n'attaquez pas » mes principes, mais les fausses conséquen» ces qu'on en a tirées, et les dangereuses » maximes que quelques personnes ont cru y » trouver. Cet aveu est une preuve écla» tante de votre candeur, de votre prudence » et de votre charité,

» Je puis vous assurer , Monsieur , que » votre entière ignorance de notre langue » m'a été beaucoup moins funeste que la » connaissance imparfaite qui a empêché mes » traducteurs de pénétrer mes véritables sen» timens. Les divers embellissemens que » M. du Resnel a cru devoir ajouter à mon

poème, ont fait moins d'honneur à l'Essai » sur l'Homme, que ses méprises conti

nuelles sur mes raisonnemens et sur ma » dent

» doctrine ne lui ont été préjudiciables. » Vous verrez ces méprises relevées et ré» futées dans l'ouvrage anglais que j'ai l'hon» neur de vous envoyer. Cet ouvrage est un » commentaire critique et philosophique par

le savant auteur de la Divine Mission de Moyse (1). Je me flatte que le chevalier de Ramsay, rempli comme il est d’un zèle arpour

la vérité, voudra bien vous en expliquer le contenu. Alors je m'en rappor» terai à votre bonne foi et à votre justice, et je me flatte

que tous vos soupçons seront dissipés. En attendant ces éclaircissemens,

je n'hésiterai pas à m'expliquer franche» ment à l'égard de quelques points particu» liers sur lesquels vous désirez une réponse.

» Je déclare donc hautement et très-sincè» rement, que mes principes sont diamétra

lement opposés à ceux de Spinosa et même » à ceux de Leibnitz, puisqu'ils sont parfai

(1) Warburtbon.

[ocr errors]

»

» tement conformes à ceux de M. Pascal et » de M. l'archevêque de Cambrai, et que je » me ferai toujours gloire d'imiter la docilité » avec laquelle ce dernier a subordonné ses

opinions particulières aux décisions de l'église dont il était membre. »

Une profession de foi aussi claire et aussi positive doit suffire pour fixer toutes les incertitudes. Racine parut entièrement convaincu , et il se hâta d'écrire à Pope, pour s'excuser de l'attaque téméraire où l'avait conduit un zèle trop précipité.

Marmontel, qui avait aussi attaqué les principes de Pope, a déclaré ensuite qu'il lui reconnaissait du moins le inérite d'avoir con. sacré en beaux vers des vérités du premier ordre. Il est assez remarquable que,

dans cette discussion , l'auteur de l'Essai sur l'Homme fût défendu

par des ecclésiastiques et des théologiens. Le P. Tournemine , jésuite, s'exprime ainsi dans une de ses lettres, en parlant

de cet ouvrage :

« Il ne nuira qu'aux esprits corrompus , qui tournent tout en venin ; un esprit

droit en tirerait un bon suc, de grandes » vues et des maximes utiles. » Le inême dit encore dans un autre endroit : « Je suis » charmé de Pope ; c'est un philosophe pro» fond et un poète vraiment sublime. »

Les fragmens de Pascal, que nous avons rapportés dans les notes, achèveront de convaincre les plus incrédules, qu'en effet le poète anglais s'était pénétré des principes et du système de l'un de nos moralistes les plus profonds et les plus religieux.

On sait aussi qu'il a beaucoup emprunté des poésies de Boileau; et il ne pouvait y puiser que des idées de morale et de respect religieux.

Nous avons cru devoir ajouter à cette traduction de l'Essai sur l'Homme par Delille, celle de la Prière universelle de Pope, par M. de Lally-Tolendal. Les éditeurs anglais regardent ce dernier ouvrage comme la suite

et le complément nécessaire du premier, et ils ne l'en ont jamais séparé.

Nous avions déjà dans notre langue plusieurs traductions de cette Prière, en vers et en prose; mais celle de M. de Lally nous a paru supérieure, sous le rapport de la précision et de l'exactitude, si nécessaires dans une composition de ce genre. Chaque vers y est rendu par un autre vers, avec une concision et une fidélité dignes de Pope et de Delille.

« AnteriorContinuar »