Imágenes de página
PDF
ePub
[ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

Par feu Meffire FRANÇOIS DE SALIGNAC

DE LA MOTTE-FÉNELON, Précepteur de
Messeigneurs les Enfants de France, & depuis
Archevêque - Duc de Cambray , Prince du
Saint-Empire Romain , &c.
NOUVELLE ÉDITION

ENRICHIE DE FIGURES EN TAILLE-DOUCE,

A MAESTRICHT,
Chez J. E. DUFOUR & PH. Roux, Imprimeurs-

Libraires affociés.

M. DCC. LXXXI I.

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]
[blocks in formation]
[ocr errors]

I l'on pouvoit 'goûter la vérité toute Origine &
nue, elle n'auroit pas besoin , pour se fin de la Poé-
faire aimer, des ornements que lui prête fie.
l'imagination : mais fa lumiere pure &
délicate ne flatte pas assez ce qu'il y a de

sensible en l'homme; elle demande une attention qui gêne trop fon inconstance naturelle. Pour l'instruire, il faut lui donner non-seulement des idées pures qui l'éclairent, mais encore des images sensibles qui l'arrêtent dans une vue fixe de la vérité. Voilà la source de l'Eloquence, de la Poésie, & de toutes les Sciences qui font du ressort de l'imagination. C'est la foiblesse de l'homme qui rend ces Sciences nécellaires. La beauté simple & immuable de la vertu ne le touche pas toujours; il ne suffit point de lui montrer la vérité, il faut la peindre aimable (a).

tror Circ.

(a) Omne eulit pundum, qui mifcuit utile dulci ; Le&orem deleclando, pariterque monendo. 'HOR, ART. POET.

Nous examinerons le Poëme de Télemaque-selon ces deux vues, d'instruire & de plaire, & nous tâcherons de faire voir que l'Auteur a instruit plus que les Anciens, par la fublimité de la morale, & qu'il a plu

autant qu'eux en imitant toutes leurs beautés. Deux fortes Il y a deux manieres d'instruire les hommes pour de Poésies les rendre bons. La premiere, en leur montrant la héroiques.

difformité du vice, & les fuites funeftes : c'est le defsein principal de la Tragédie. La seconde, en leur découvrant la beauté de la vertu, & sa fin heureuse : c'est le caractere propre à l’Epopée, ou Poëme Epique. Les passions qui appartiennent à l’une, fout la terreur & la pitié. Celles qui conviennent à l'autre, font l'admiration & l'amour. Dans l'une, les Acteurs

parlent; dans l'autre, le Poëte fait la narration. Définition On peut définir le Poëme Epique, Une Fable ra& divifion. contée par un Poëte , pour exciter l'admiration & infde la Poésie Epique,

pirer l'amour de la vertu, en nous représentant l’action d'un Héros favorise du Ciel, qui exécute un grand delsein malgré tous les obstacles qui s'y opposent. Il y a donc trois choses dans l'Epopée, l'Adion, la Morale & la Poésie.

I. DE ĽACILON É Pieve. Qualités de L'Action doit être grande , une, entiere, merveila l'Action Epi- leuse , & d'une certaine durée. Télemaque a toutes que,

ces qualités. Comparons-le avec les deux modeles de la Poésie Epique, Homere & Virgile, & nous en se

rons convaincus. Deflein de Nous ne parlerons que de l'Odyssée, dont le plan l'Odyssée. a plus de conformité avec celui de Télémaque. Dans

ce Poëme, Homere introduit un Roi fage revenant d'une guerre étrangere, où il avoit donné des preuves éclatantes de la prudence & de fa valeur; des tempêtes l'arrêtent en chemin, & le jettent dans divers pays, dont il apprend les meurs, les loix, la politique. De-là naissent naturellement une infinité d'incidents & de périls. Mais fachant combien son abfence causoit de désordre dans son Royaume, il fur.. monte tous ces obstacles, méprise tous les plaisirs de la vie ; l'immortalité même ne le touche point : il renonce à tout, pour soulager son peuple , & revoir sa famille.

« AnteriorContinuar »