Les races et l'histoire: introduction ethnologique à l'histoire, Volumen 5

Portada
Renaissance du livre, 1924 - 619 páginas
 

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página vi - C'est véritablement à tort et à travers qu'aujourd'hui encore, les auteurs les plus éminenls et les plus académiques, quand ils traitent des groupements humains, se servent du mot race dans un sens totalement faussé.... Il faut bien se pénétrer que la race, représentant la continuité d'un type physique, représente un groupement essentiellement naturel, pouvant n'avoir et n'ayant généralement rien de commun avec le peuple, la nationalité, la langue, les mœurs, qui répondent à des...
Página vi - Fossiles — qu'en France de bons, esprits, dans le camp des historiens comme dans celui des naturalistes, ont insisté sur ce que la confusion des mots race, peuple, nation, langue, culture ou civilisation présente d'extrêmement fâcheux. Pourtant la distinction et l'emploi bien approprié de ces différentes expressions n'ont pas encore pénétré dans le public même éclairé. C'est véritablement à tort et à travers qu'aujourd'hui encore les auteurs les plus éminents et les plus académiques,...
Página 9 - Malgré le vent, la pluie, le froid, le chaud, la stérilité, la plantureuse abondance, partout le inonde a vu fleurir tour à tour, et sur les mêmes sols, la barbarie et la civilisation. Le fellah abruti se calcine au même soleil qui brûlait le puissant prêtre de Memphis; le savant professeur de Berlin enseigne sous le même ciel inclément qui vit jadis les misères du sauvage finnois.
Página 508 - Enfin, les trois derniers ont la teinte de peau que nous nommons couleur de chair, ou peau blanche de la nuance la plus délicate, le nez droit ou légèrement voussé, les yeux bleus, barbe blonde ou rousse, taille haute et trèsélancée, vêtus de peaux de bœuf conservant encore leur poil, véritables sauvages tatoués sur diverses parties du corps; on les nomme TAMHOU.
Página 381 - humains », de sa calotte crânienne et même de son fémur, ne seraient que des caractères de convergence et non de filiation. Cette...
Página 508 - Les trois' suivants présentent un aspect bien différent : peau couleur de chair tirant sur le jaune, ou teint basané, nez fortement aquilin, barbe noire, abondante et terminée en pointe, court vêtement de couleurs variées; ceux-ci portent le nom de NAMOU.
Página 12 - ... se trouvent sans cesse en défaut : la véritable méthode voit chaque être au milieu de tous les autres ; elle montre toutes les irradiations par lesquelles il s'enchaîne plus ou moins étroitement dans cet immense réseau qui constitue la nature organisée ; et c'est elle seulement qui...
Página xvii - ... race. Il faut dire plutôt que les races anthropologiques se décomposent et se multiplient en races historiques ou groupes ethniques ; que les groupes ethniques se mêlent et se transforment dans les peuples et les nations. Tout en se combattant, les nations se pénètrent ; elles font œuvre commune de civilisation ; elles tendent à s'unir en Société.
Página 63 - Quel que soit le rôle qu'aient joué les changements de race dans les changements de langue, on ne peut établir de liens nécessaires entre les deux notions. Il ne faut pas confondre les caractères ethniques qui ne peuvent s'acquérir qu'avec le sang, et les institutions — langue, religion culture — qui sont les biens éminemment transmissibles, qui se prêtent et qui s'échangent.
Página 8 - L'humidité d'un marais fera pousser une civilisation que la sécheresse du Sahara aurait infailliblement étouffée. Quelque ingénieuses que soient ces petites hypothèses, elles ont contre elles la voix des faits. Malgré le vent, la pluie, le froid, le chaud, la stérilité, la plantureuse abondance, partout le monde a vu fleurir tour à tour, et sur les mêmes sols, la barbarie et la civilisation.

Información bibliográfica