Imágenes de página
PDF
ePub

II la gouverne en pere. Enfin, Néron naissant

A toutes les vertus d'Auguste vieillissant, i)

A G R I P P I N E.

Non, non, mon intérêt ne me rend point injuste.
II commence, il est vrai, par où finit Auguste ; 2}
Mais crains que l'avenir, détruifant le passé,
II ne finisse ainsi qu'Auguste a commencé.
II se déguise en vain 3). Je lis sur son vifage

l) Enfin, Néron naissant

A toutes les vertus £ Auguste vieillissant.]

Idée empruntée du passage suivant de Séneque:

Comparare nemo mansuetudini tua. audebìt divum Augustum , etiamjì in certamen juvenilium annorum deduxerit sencítutcm plusquam maturam. De Oementia, lib. I, cap. U,

Néron n'avoit que dix-sept ans lorsqu'il siicceda à l'empereur Claude. Agrippine régna d'abord sous son nom: elle le fit avec tant de fagesse que Trajan souhaita de pouvoir compter parmi les années de son regne les premieres années de celui de Néron.

a) // commence, il est vrai , par ou finit Auguste. ]

C'est par ces tours enchanteurs que Racine se fait relire toujours avec un nouveau plaisir; ce sont eux qui font distinguer les grands écrivains d'avec la foule des auteurs médiocres.

3) // se déguise 'en vain. ] Agrippine a déjà dit plus haut:

» L'impatient Néron cesse de se contraindre ».

Néron commença de bonne heure à dissimuler son ca

Des fiers Domitius l'humeur triste & fauvage. i)
II mêle avec l'orgueil, qu'il a pris dans leur fang,
La fierté des Nérons qu'il puisa dans mon flanc, 1)
Toujours la tyrannie a d'heureuses prémices.
De Rome, pour un temps, Caïus fut les délices ; 3)

ractere. // s'étudia , selon. Tacite, à déguiser son penchant pour le crime, sous les apparences de la vertu. Annal, liv. XII. Ses discours ne respiroient que la clémence.

i) Je lis fur son visage Des fiers Domitius Vhumeur triste & sauvage. ]

Le grand-pere & le pere de Néron se distinguerent par leur orgueil & leur cruauté , comme on le voit dans Suetone.

II y avoit à Rome deux familles de Domitius; l'une avoit le surnom de Calvinus , & l'autre celui d'JEnobarbus. Néron étoit de cette derniere famille ; elle s'étoit illustrée par sept consulats , deux triomphes, deux censures. Liv. VI.

2) // mêle avec l'orgueil, qu'il a pris dans leur sang,
La fierté des Nérons qu'il puisa dans mon flanc. ]

Agrippine étoit de la famille des Claudiens , qui avoient pris le surnom de Néron, nom qui stgnifioit en fabin, fier & courageux. Aulu-Gelle, liv. XIII, chap. 2i. Suétone, vie de Tibere, liv. I.

3) De Rome , pour un temps, Caïus fut les délices;
Mais fa feinte bonté fe tournant en fureur,

Les délices de Rome en devinrent l'horreur.] Caïus Céfar Caligula , dont il s'agit ici, étoit fils de Germanicus, & frere d'Agrippine. Ce prince , qui porta le nom de Très-Desiré, & qui se plut ensuite à se baigner

Mais fa feinte bônté se tournant en fureur,
Les délices de Rome en devinrent l'horreur.
Que m'importe, après tout, que Néron plus fidelle »
D'une longue vertu laisse un jour le modele ì
Ai-je mis dans fa main le timon de l'État,
Pour le conduire au gré du peuple & du sénat?
Ah ! que de la patrie il soit, s'il veut, le pere;
Mais qu'il songe un peu plus qu'Agrippine est sa mere.
De quel nom cependant pouvons-nous appeller
L'attentat que le jour vient de nous révéler?
II sçait, car leur amour ne peut être ignorée,
Que de Britannicus Junie est adorée.
Et ce même Néron, que la vertu conduit,
Fait enlever Junie au milieu de la nuit!
Que veut-il? Est-ce haine, est-ce amour qui l'inspire?
Cherche-t-il seulement le plaisir de leur nuire ì
Ou plutôt n'est-ce point que sa malignité
Punit sur eux l'appui que je leur ai prêté?

dans le fang de ses sujets, fut d'abord un très-bon empereur; il affecta au commencement de son regne une douceur & une clémence singuliere : il porta même la dissimulation jusqu'à jetter au feu un libelle qu'on lui préfentoit, en difant qu'il ne prcteroit jamais l'oreille aux délateurs. II ne se contraignit pas long-temps. Suetone passe ainsi au récit des excès auxquels il se porta : f ai parlé, dit-il, jusqu'à présent d'un prince , je vais maintenant parler d'un monjlre. Liv. IV , ch. 22.

Albine. Vous, leur appui, Madame?

Agrippine.

Arrête, chere Albine; Je íçais que j'ai moi seule avancé leur ruine; Que du trône, où le sang l'a dû faire monter, Britannicus par moi s'est vu précipiter. Par moi seule, éloigné de l'hymen d'Oôavie Le frere de Junie abandonna la vie , Silanus, sur qui Claude avoit jetté les yeux, Et qui comptoit Auguste au rang de ses aïeux. i) Néron jouit de tout; & moi, pour récompense,

i) Par moi seule , éloigné de lxhymen d'OËavie x
Le frere de Junie abandonna la vie
Silanus, &c.

Lucius Silanus éçpit fils d'Émilia Lépicîa, petite-fille de Julie, fille d'Auguste & d'Appins Silanus , que Messaline fit périr pour se venger du refus qu'il lui avoit fait de se rendre à ses sollicitations incestueuses. Suetone, liv. F, sp, 38II jouit d'abord de la faveur de Claude,. & la perdit ensuite par les intrigues de Vitellius, ayant été accusé d'avoir un. commerce illicite avec sa, soeur. Sur cette imputation , qui n'avoitaucun fondement, ce jeune Romain fut dégradé de la dignité de sénateur, & forcé d'abdiquer la préture. Cette note d'infamie fit rompre, le mariage qui devoit l'unir avec Qctayie...

Tacite, annal, lìv. XII".

II faut qu'entr'eux & lui je tienne la balance; i) Afin que, quelque jour, par une même loi, Britannicus la tienne entre mon fils & moi.

Albine.

Quel dessein!

Agrippine. Je m'assíire un port dans la tempête. Néron m'échappera, si ce frein ne l'arrête.

Albine.

Mais prendre contre un fils tant de soins superflus ?....

Agrippine.

Je le craindrois bientôt, s'il ne me craignoit plus.

Albine.

Une injuste frayeur vous allarme peut-être.
Mais si Néron pour vous n'est plus ce qu'il doit être,

i) // faut qu'entr'eux & lui je tienne la balance. ]

Voilà donc toute la politique d'Agrippine découverte;

elle n'a conservé la vie à Britannicus que pour l'opposer à

Néron, s'il devenoit ingrat.

Tacite observe à ce sujet qu'Agrippine ne parut fâchée

de la mort de Britannicus que parce qu'elle crut avoir

perdu le seul moyen qui lui restoit de conserver son crédit.

Annal, liv. XIII. Le caractere de cette femme ambitieuse

se développe dans cette scene avec beaucoup d'art & de

naturel.

« AnteriorContinuar »