Imágenes de página
PDF
ePub

Petit-jean.

Tout est perdu... Citron..; Votre chien... vient là-bas de manger un chapon : i) Rien n'est sûr devant lui ; ce qu'il trouve il l'emporte.2.) - L i A N D R E.

Bon ! voilà pour mon pere une cause 3). Main forte. Qu'on se mette après lui. Courez tous.

D A N D I N.

Point de bruit, Tout doux. Un amené fans scandale suffit.

1) Tout est perdu ... Citron ...

Votre chien. .. vient là-bas de manger un chapon. ]

Le même désordre, & par conséquent le même art regne dans le récit grec:

Est-ce que Labès . . . tout à Vheure . . . votre chien . . . n'a pas mangé un fromage entier de Sicile? . .

a) Rien n'est sûr devant lui; ce qu'il trouve il Vemporte. ]

Ce vers est une parodie de deux autres de Malherbe dans l'ode à Henri IV, où ce poète dit, en parlant d'un fleuve*

Rien n'est íûr en son passage, Ce qu'il trouve il le ravage. 3) Bon ! voilà pour mon pere une cause. ] A peine Dandin a-t-il consenti à la proposition que son fils lui fait de juger, qu'il s'en présente une occasion.

Dans le poète grec , le fils de Philocléon profite de la même circonstance : il n'est pas plutôt instruit du vol commis par son chien , qu'il prend le parti de dénoncer ce crime à son pere.

L É A N D R E.

Çà, mon pere, il faut faire un exemple authentique. Jugez séverement ce voleur domestique.

D A ft D I N.

Mais je veux faire au moins la chose avec éclat. II faut, de part & d'autre, avoir un avocat; i) Nous n'en avons pas un.

L É A N D R E.

Hé bien, il en faut faire. Voilà votre portier & votre secretaire , Vous en ferez, je crois, d'excellents avocats; Us sont fort ignorants. 2)

l' I N T I M É.

Non pas, Monsieur, non pas. J'endormirai Monsieur tout aussi bien qu'un autre.

Petit-jean.

Pour moi, je ne sçais rien, n'attendez rien du nôtre.

i) Z? faut, de part & d'autre , avoir un. avocat. ]

C'est d'Aristophane que Racine a pris encore cette idée.

2) Vous en fere^ , je crois, d'excellents avocats;
Ils font fort ignorants. ]

Ces contre-vérités sentent le sel attique & la maniere d'Aristophane. La comédie du Méchant offre plusieurs traits de cette espece; & sur-tout celui où Cléon se promet qu'une noirceur qu'il médite, produira un effet Bien scandaleux , bien bon.

L É A N D R E.

C'est ta premiere cause, & l'on te la fera.

Petit-jean. Mais je ne sçais pas lire.

L É A N D R E.

Hé, l'on te soufflera, i)

D A N D I N.

Allons nous préparer. Çà, Messieurs, point d'intrigue. Fermons l'ceil aux présents, & l'oreille à la brigue. Vous, maître Petit-Jean, serez le demandeur. Vous, maître l'Intimé, soyez le défendeur.

i) Hé, l'on te soufflera. ]

Racine a fait ici quelques retranchements. On lisoit d'abord:

Petit-jean,n Je vous entends , oui. Mais d'une premiere cause, » Monsieur, à l'avocat revient-il quelque chose?

L É A N D R E. » Ah, fi ! garde-toi bien d'en vouloir rien toucher j » C'est la cause d'honneur, on l'achete bien cher. 3» On seme des billets par toute la famille -x » Et le petit garçon , & la petite fille, « Oncle , tante , cousins, tout vient, jusques au chat, » Pormir au plaidoyer de Monsieur l'avocat.

D A N D I N.

» Allons nous, préparer. &c. »

Fin du second acle.

ACTE III.

SCENE PREMIERE. CHICANEAU, LÈANDRE, LE SOUFFLEUR. Chicaneau.

'u i, Monsieur , c'est ainsi qu'ils ont conduit l'aíraire;

L'huissier m'est inconnu, comme le commissaire. Je ne ments pas d'un mot.

L É A N D R E.

Oisi, je crois tout cela; Mais, si vous m'en croyez, vous les laisserez là. En vain vous prétendez les pousser l'un & l'autre; Vous troublerez bien moins leur repos que le vôtre. Les trois quarts de vos biens sont déjà dépensés A faire enfler des sacs l'un sur l'autre entassés. Et dans une poursuite à vous-même contraire.... i)

1) Et dans une poursuite à vous-même contraire .. .. ..} Racine a supprimé les vers suivants , qui se trouvent dans la premiere édition. U y avoit d'abord: » Et dans une poursuite à vous-même funeste, ,0 Vous en voulez encore absorber tout le reste,

Chicaneau.
Vraiment vous me donnez un conseil falutaire;
Et, devant qu'il soit peu, je veux en profiter;
Mais je vous prie au moins, de bien solliciter.
Puisque Monsieur Dandin va donner audience,
Je vais faire venir ma fille en diligence.
On peut Tinterroger, elle est de bonne foi,
Et même elle sçaura mieux répondre que moi.

L É A N D R E.
Allez & revenez, l'on vous fera justice.

Le Souffleur. Quel homme!

» Ne vaudroit-il pas mieux, fans soucis , fans chagrins,

j) Et de( vos revenus régalant vos voisins,

» Vivre en pere jaloux du bien de fa famille,

n Pour en laisser un jour le fonds à votre fille;

» Que de nourrir un tas d'officiers affamés,

J> Qui moissonnent les champs que vous avez semés;

» Dont la main , toujours pleine , & toujours indigente,

n S'engraisse impunément de vos chapons de rente?

J> Le beau plaisir d'aller, tout mourant de sommeil,

v A la porte d'un juge attendre son réveil;

j> Et d'essuyer le vent qui vous souffle aux oreilles,

J> Tandis que Monsieur dort, & cuve vos bouteilles!

» Ou bien, si vous entrez, de passer tout un jour

» A compter, en grondant, les carreaux de fa cour.

» Hé, Monsieur, croyez-moi, quittez cette misere, &c.»

« AnteriorContinuar »