Imágenes de página
PDF
ePub

D A N D I N.

Je suis seul ici. Voilà mes guichetiers en défaut, dieu merci. i) Si je leur donne temps , ils pourront comparoître. Çà, pour nous élargir , fautons par la fenêtre, Hors de cour.

l' I N T I M É, Comme il faute!

P E T I T- J E A N.

Oh, Monsieur ! je vous tien, 2)

D A N D I N.

Au voleur ! au voleur!

i) Je suis seul ici.

Voilà mes guichetiers en défaut, dieu merci. ]

Un juge, dont la fureur est de toujours juger, ne doit point se servir d'autres termes que de ceux du barreau. S'il est gardé , ce n'est que par des guichetiers; si on le quitte un moment, ces guichetiers font en défaut, il ne veut point leur donner le temps de comparoître; & s'il faute par la fenêtre, ce n'est que pour s'élargir & mettre les parties hors de cour.

í) Oh, Monsieur !je vous tien. ]

II saudroit une s au mot tien, c'est une licence dont se servoient jadis les poètes ; nous ne voyons pas la raison pour laquelle on n'oseroit plus la prendre. On supprime encore très-bien Ys dans je crois, je vois, &c. pourquoi ne le feroit-on pas aussi bien dans les autres verbes?

Petit-jean.

Oh, nous vous tenons bien.

l' I N T I M É.

Vous avez beau crier.

D A N D I N.

Main forte ! L'on me tue!

SCENE IV.

LÉANDRE, DANDIN, L'INTIMÉ, PETIT-JEAN.

LÉANDRE.

^^îte un flambeau ! j'entends mon pere dans la rue. Mon pere, fi matin qui vous fait déloger ì Où courez-vous lâ nuit? .

D A N D I N.

Je veux aller juger.

LÉANDRE.

Et qui juger > Tout dort.

Petit-jean.

Ma foi, je ne dors gueres. L É A N D R E.

Que de sacs ! II en a jusques aux jarretieres. i)

D A N D I N.

Je ne veux de trois mois rentrer dans la maison. De sacs & de procès j'ai fait provision,

L É A N D R E.

Et qui vous nourrira?

, D A N D I N.

Le buvetier, je pense.
L É A N D R E.
Mais, où dormirez-vous, mon pere?

D A N D I N.

A l'audience. 2.)

L É A N D R E.

Non, monpere ; il vaut mieux que vous ne sortiez pas. Dormez chez vous; chez vous faites tous vos repas.

i ) Que de sacs ! 11 en a jusques aux jarretieres] Aristophane représente de même les juges d'Athenes chargés de sacs de procès: O mon cher petit sac! ne m'étois' tu donc qu'un vain ornement?

2) A Vaudience.~\

U n'est pas besoin de relever l'eícellence de cette plaisanterie.

Souffrez que la raison enfin vous persuade.
Et, pour votre santé ....

D A N D I N.

Je veux être malade.

L É A N D R E.

Vous ne l'êtes que trop. Donnez-vous du repos; Vous n'avez tantôt plus que la peau sur les os. i)

D A N D I N.

Du repos ? Ah ! sur toi tu veux régler ton pere. Crois-tu qu'un juge n'ait qu'à faire bonne chere, Qu'à battre le pavé comme un tas de galans, Courir le bal la nuit, & le jour les brelans? L'argent ne nous vient pas si vîte que l'on pense. Chacun de tes rubans me coûte une sentence. ì)

i) Donner-vous du repos;

Vous n'ave^ tantôt plus que la peau sur les os. ]

Le juge, dans la comédie des Guêpes, exagere lui-même fa maigreur d'une maniere très-comique. II essaie de se sauver par la cheminée du four : comme on lui demande, qui va ? il répond :je suis la sumée qui sort.

a) L'argent ne nous vient pas fi vîte que Fon pense. Chacun de tes rubans me coûte une sentence. ]

On portoit encore des rubans au temps de Racine : c'étoit un reste de l'ancien habillement déchiqueté. Aujourd'hui les comédiens substituent au mot de rubans celui de boutons.

Ma robe vous fait honte: un fils de juge ! Ah , fi!
Tu fais le gentilhomme. Hé, Dandin, mon ami,
Regarde dans ma chambre, & dans ma garderobe,
Les portraits des Dandins. Tous ont porté la robe;
Et c'est le bon parti i). Compare,prix pour prix,
Les étrennes d'un juge à celles d'un marquis.
Attends que nous soyons à la^fin de décembre.
Qu'est-ce qu'un gentilhomme? Un pilier d'anti-
chambre.

Combien en as-tu vus, je dis des plus huppés ,
A souffler dans leurs doigts dans ma cour occupés,
Le manteau sur le nez, ou la main dans la poche;
Enfin, pour se chauffer, venir tourner ma broche.
Voilà comme on les traite. Hé, mon pauvre garçon,
De ta défunte mere est-ce là la leçon?
La pauvre Babonnette ! Hélas ! lorsque j'y pense ,
Elle ne manquoit pas une seule audience.
Jamais , au grand jamais, elle ne me quitta,
Et Dieu sçait bien souvent ce qu'elle en rapporta:
Elle eût du buvetier emporté les serviettes,

1) Hé, Dandin, mon ami,

Regarde dans ma chambre, 6- dans ma garderobe, Les portraits des Dandins. Tous ont porté la robe; Et c'est le bon parti. ] Le caractere de ce juge amoureux de fa profession, comme la plus lucrative de toutes , est entièrement pris dans les Guêpes d'Aristophane.

« AnteriorContinuar »