Imágenes de página
PDF
ePub
[graphic][merged small]

SCENE PREMIERE.

HERMIONE seule.

"Où suis-je! Qu'ai-je fait ! Que dois-je faire encore!
Quel transport me faisit! i) Quel chagrin me dévore!
Errante, & fans dessein , je cours dans ce palais.
Ah ! ne puis-je sçavoir si j'aime, ou si je hais?
Le cruel I de quel œil il m'a congédiée!
Sans pitié, sans doideur au moins étudiée ! 2)

i) fuìs-je! qu'ai-je fait! que dois-je faire encore! Quel transport me saisit! &c. ]

Ce cinquieme acte découvre le défaut de la piece, la duplicité d'intrigue & d'intérêt : on y oublie presqu'entierement Andromaque. Hermione seule emporte les derniers sentiments des spectateurs; & les mouvements violents qu'elle fait naître, semblent effacer rimpression qu'avoit laissée la douleur plus tranquille de la veuve d'Hector.

a) Sans pitié, fans douleur au moins étudiée. } Quelque vérité qu'il y ait dans cette expression, peut-être la trouvera-t-on trop subtile & trop fine pour la tragédie, & sur-tout pour la situation violente d'Hermione.

Ai-je vu ses regards se troubler un moment? i)
En ai-je pu tirer un seul gémissement?
Muet à mes soupirs i), tranquille à mes allarmes,
Sembloit-il seulement qu'il eût part à mes larmes?
Et je le plains encore ! Et, pour comble d'ennui,})
Mon cœur, mon lâche cœur s'intéresse pour lui!
Je tremble au seul penser du coup qui le menace. 4)

i) Ai-je vu ses regards se troubler un moment? &c. ] Didon dit de même dans l'Énéide, tiv. IV. vers 36g:

Nura fletu ingemuit nostro î num lumina flexit? Num Uchrymas victus dedit? Le barbare a-t-il été touché de mes fleurs ? a-t-il verse quelques larmes? a-t-il daigné regarder son amante? On lisoit dans premiere édition:

n L'ai-je vu fe troubler & me plaindre un moment n? a) Muet à mes soupirs. ]

Expression hardie & heureuse. Un poëte médiocre auroit mis sourd à mes soupirs; mais Racine va plus loin, nonfeulement Hermione veut que Pyrrhus entende ses soupirs, mais encore qu'il y réponde.

3) Et pour comble <Tennui. ]

Ennui se prenoit autrefois pour douleur, pour peines, Sec. » Quel triomphe pour lui,

» De voir mon infortune égaler son ennui »! on ne s'en sert plus aujourd'hui en ce sens.

4) Je tremble au seul penser du coup qui le menace. ] Penser, substantif, n'est plus d'usage; nous n'en voyons

pas la raison. La difficulté de faire entrer en vers les synonymes de ce mot, auroit dû le faire conserver.

Et, prêt à me venger, je lui fais déjà grace!
Non, ne révoquons point l'arrêt de mon courroux.
Qu'il périsse. Aussi bien il ne vit plus pour nous.
Le perfide triomphe , & se rit de ma rage.
II pense voir en pleurs dissiper cet orage. i)
II croit que, toujours foible, & d'un cœur incertain,
Je parerai d'un bras les coups de l'autre main.
II juge encor de moi par mes bontés passées.
Mais plutôt le perfide a bien d'autres pensées.
Triomphant dans le temple , il ne s'informe pas
Si l'on souhaite ailleurs sa vie ou son trépas.
II me laisse, l'ingrat, cet embarras funeste.
Non, non, encore un coup; laissons agir Oreste.
Qu'il meure 2), puisqu'enfin il a dû le prévoir,
Et puisqu'il m'a forcée enfin à le vouloir.

i) // pense voir en pleurs dissiper cet orage. ]

Voilà un des grands mérites de Racine : il fait parler ses acteurs poétiquement, & jamais le poète ne paroît ; il n'est point déclamateur lorsqu'il veut être éloquent ; il est toujours vrai, toujours naturel; ses images naissent toujours de la passion ; ses maximes sont toujours fondues dans le sentiment.

2) Qu'il meure. ]

Cet il, selon Tordre grammatical, se rapporte à Oreste; mais selon le sens, c'est à Pyrrhus. Ce sens se présente si naturellement à l'esprit, qu'on ne peut en soupçonner un autre. C'est Pyrrhus seul qui occupe Hermione , c'est Pyrrhus seul qui doit mourir.

A le vouloir! Hé quoi! c'est donc moi qui l'ordonne!

Sa mort sera l'effet de l'amour d'Hermione!

Ce prince, dont mon cœur se faisoit autrefois a

Avec tant de plaisir, redire les exploits;

A qui même en secret je m'étois destinée,

Avant qu'on eût conclu ce fatal hyménée!

Je n'ai donc traversé tant de mers, tant d'États, i)

Que pour venir si loin préparer son trépas!

L'assaísiner, le perdre! Ah, devant qu'il expire !... i)

i) Je n'ai donc traversé tant de mers, tant d'États. )

On a déjà remarqué que les monologues n'avoient rien de naturel lorsqu'ils étoient un peu longs : celui d'Hermione est dans ce cas. Sa douleur est trop vive pour lui permettre tant de discours : on pourroit encore lui reprocher des dér tails trop spirituels.

a) Ah , devant qu'il expire !..,.

Autrefois devant & avant s'employoient indifféremment l'un pour l'autre ; mais aujourd'hui on les distingue , avant est relatif au tems ( comme le remarque M. l'abbé d'Olivet ); on dit avant votre départ , & non devant votre départ. Devant est relatif au lieu ; j'ai paru devant le roi, mais on ne fait pas suivre la proposition devant du que comme celle d'avant. Racine n'a point fait une faute ici, parce que cette maniere de parler étoit en usage de son temps.

[graphic]
[merged small][ocr errors]

Le plus fier des mortels, & le plus amoureux.
Je l'ai vu vers le temple, où son hymen s'apprête ,
Mener, en conquérant, sa nouvelle conquête; i)
Et d'un œil, où brilloient sa joie & son espoir, i)
S'enivrer, en marchant, du plaisir de la voir.

i) Je l'ai vu

Mener, en conquérant, sa nouvelle conquête. ] Cette sorte de jeux de mots n'est pas dans le goût de Racine,

2) Et d'un œil, oh brilloient sa joie & son espoir. ] Dans la premiere édition ce vers étoit ainsi:

» Et d'un œil qui déjà dévoroit son espoir n, Subligny remarqua qu'un ail ne dévoroit point son espoir, & Racine y substitua ce vers, qui laisse une belle image du triomphe de Pyrrhus,

Hermione.

[graphic]

Cléone.

II est au comble de ses vœux;

« AnteriorContinuar »