Imágenes de página
PDF
ePub

mort du dernier d'iceux les Parens de son Côté & Ligne.

Car fi cette clause dérogatoire à la Coutume n'est pas expresse, la Coutume retient ses opérations dans la maison mortuaire des Enfans, quoiqu'elle eût été excluse expressément, en stipulant, que les biens tiendront Côté & Ligne par rapport à la maison mortuaire du Pere; à cause que l'on ne peut pas étendre de pareilles clauses dérogatoires de re ad rem, vel de caju ad cafum, aut de perffona ad perffonam.

Et ceux du Magistrat de Tournai ayant admis la dite extension, cette erreur sut corrigée par Sentence du Conseil en Flandre, confirmée par Arrêt du Grand Conseil au rapport du Conseiller Decker le 3 Mars 1723.

Vide tom. i.Arr. Revis. du 4 Novemb. tyij, vers la fin.

Le 11 Avril 1723.

Si le Prince a Vhypotheque légale fur les biens des Femmes de ses Receveurs?

D B Jure dominium dotis inMaritum transferts, fed illud dominium est revocabile, ô' soluto matrimonio datur Uxori adversùs Maritum aclio ex stipulatu ad repetitionem dotis » pro qua repetitione habet tacitam hypothecam omnium bonorum Mariti. L. unie. C. de rei uxorias act. in qua hypotheca Mulieres aliis Creditoribus pr<eferuntur » etiam tempore prioribus, non tantàm taútam, fed etiam exprejsam hypothecam anteriorem habentibus. L. 12. C. qui potiores in pignore. Nov. 97» cap. 3. & 4. MitnSinger. cent. 4. observat. 13. Pr<eterea Mark us non potest alienare res immobiles in dotem datas, etiam confentiente Conjuge. in princ. Inst. quib. alien. licet vel non. nifì res fuerit <estimata, qu< e in dotem datur. Tulden. ad C. de Jure dotium. n. 1. & 2.

De moribus dotem propriè amplius non habemus s quia fola mobilia fiunt communia. Coníuet. Gánd. rubr. 20. art. 3. dominium autem rerum immobilium, quas Uxor in matrimonium con fert s non tranfit ad Maritum. Finnws ad §. 3. Inst. de donationib. n. 7. & ad pr. Inst. quib. alienare licet vel non. n. 5. Groene^. ad rubr. C. de Jure dot. A Wesel de pactis dotal. cap. 1. n. 13. quamvis in aliquibus locis utriusque Conjugum bona propria, etiam immobilia , per nuptias tam quoad pojsejjìonem quàm dominium cummunicentur. Ghoenew. ad princ. Inst. quib. alienare licet vel non. Consuet. Brug. tit. 3. art. i. Ninove rubr. 4. art. 1. & u. Ostende rubr. 9. art. 1. Antwerp. tit. 41. art. 63.

Sed quamvis Maritus non fit Dominus dotis , est tamen tutor feu administrator legitimus bonorum Uxoris Ju< e; & ideò res ejus obligare aut alienare potest, confentiente Jaltem Uxore.

ltaque 'dos non amplius datur: multò minus nobis cognitum est, quòd paraphernalia bona Cqu< e funt extra dotem. L. 8. & ult. C. de pactis conventis.} custodi<e Viri tradantur: llla enim nomina, & effeclus inde rejultantes moribus sublati sunt; omnia enim bona sua Uxor fibi retinet. Stockmans decis. 49. Vide Loyseau du déguerpiffement. liv. 2. chap. 4. n. 4, 8, & 9. quamvis eadem illa bona pro debitis à Marito ctiam ante nuptias constatis re£îè hafi< e Jubjiciantur, fecundàm hanc Belgarum parœmiam: Die den Man ofte Wyf trouwt, die trouwt oock. de schulden. Matthmus Parœmia 2. n. 22. Consuet. Gand. rubr. 20. art. 19. tamen pa&is dotalibus Mulier stipulat a fuijfet, ne pro Mariti debitis matrimonio antiquioribus conveniri poffet , valeret fiipulatio: non item illa, ne teneatur debitis fiante matrimonio contrakendis, nifi folemniter publicata fuerit. A Wesev ad nov. conflit. Ultra). art. 6. n. 10, n, 14, & 38. Voet ad ff. de pactis dotalibus. n. 52. & hâc Jolemni publicatione deficiente, respeEïu quidem Marin, heredisve ipfius, ab omni &re alieno immunis efi, fed respeSiu Creditorum, qui ad notitiam paèíorum, càm privat< e fint sçienû<e» jervenire non pojsunt, ne decipiantur tenetur ad peram ufque,nec gaudet beneficio divifionis; licèt de Jure ne ipfis quidem duobus reis debendi hoc beneficium aenegetur. Consuet. Antverp, tit. 41. art. 82. 8183. Qiiibus conjequens est, denegari moribus nofiris tacitam hypothecam Mulieri dotem repetenti, quam Jus Romanum ideò introduxit, quia hoc Jure Jolius Mariti erat onera matrimonii Justinere. Tototit-C. ne uxor pro marito. Mulieri autem lucri & dawù cxverti , soluto matrimonio, dos illibata atque falva refiituebatur. Et hoc ipfumJus commune apud Frifios & Antverpienfes. tit. 41. art. 81. & 95- & tit. 66. art. 14. & seqq. tit. 65. art. 14, 15, & 16. & in MSS. 4. deel 18. tit. %. 3. art. 18. & ibidem notae* adhuc hodie aliquo modo viget. A Wesel de damni inter Conjuges communione. n. 120. Nam Mulieri Antverpienfi, cujusMaritus foro cedit, vel moritur non Joìvendo, post domus ipfius mortuar'ue repudiationem , dot U

[ocr errors]

su<esfìve in rebus soli, five inpecunia numerâta conjìfiat, ai onus hered.itatis jacentis, vel vacantis, repetitio conceditur, cum pr<elatione ante quofvis, aíws Mariti Creditores, etiam privilegiatos, put à Fiscum & vupillum, dummodo hi priores tempore non fint. Voyez RiCard sur Amiens. art. 99. Et la Coutume de Bruges. tit. 19. art. 9. Et celle de Lille. ch. 17. art. 1. Voyez la Coutume de Malin. tit. 9. art. 8. Celle de Paris. tit. 10. art. 228. Dv La Vrt Arr. 41.

Welcke preferentie oock plaetfe heeft niet alleen op de Mans góeden binnen de Stadt Antwerpen ende Vryheyt der felver bevonden, maer oock aile andere goeden, waer ende tot wat plaetfe die joude moghen fyn, ofte becommen. wordenj 't fy roerende ofte onroerende, ofte çock AStien en Crediten. Ut habet articulus 19. dicti §. 3. uju & multis Sententiis Curi< e Jupremáì comprobatus , qu<e allegantur in notis. jbidem pag. 354. Sed tune fola Mariti confejfio ad dotis numerationem probandam non sujficit, Jaltem concurrentibus fraudis indiciis. Gkoemw. ad tit. C. de dote cauta non numerata.

De tout quoi je tire cette consequence, que l'hypotheque légale , que le droit a accordée au Fisc sur les biens des Receveurs des deniers du Prince, ne peut dans le cas qu'ils deviennent insolvans affeéter les biens des Femmes, qu'ils ont épousées dans la ville d'Anvers avant la date de la prestation de leur serment: quoique dans tout autre cas le Prince ait une hypotheque légale & subsidiaire sur les biens des Femmes de ses Receveurs, suivant l'interprétation, que l'usage a donné à l'article 25 de l'Edit perpétuel de l'an 1611, attesté par Stockmans pour les Pays-Bas deáfa6. n. 8. Voyez Le Grand sur Troyes tit. 7. art. 134. n. 13. Car fì une Femme d'Anvers peut s'opposer au décret des biens propres de son Mari insolvant, pour consuivre sur les dits biens ses deniers dotaux, même en préférence du Fisc, lorsqu'elle s'est mariée avant que son Mari ait été pourvu de la recette des deniers du Prince, suivant la L. 2. C. de privilegia Fisci. L. 4. C. qui potiores in pignore. il s'ensuit par une consequence infaillible , que le Fisc en cas d'insolvance des Officiers comptables n'a aucun droit réel, ni hypotheque tacite sur les biens propres de leurs Femmes; puifqu'au dit cas il ne pourroit point même faire valoir l'hypotheque tacite, qu'il a fur les biens propres du Mari, en préjudice des deniers dotaux de la Femme.

Le cas s'est présenté au Conseil de Brabant dans cette hypothese. Le Seigneur de Peteghem, Colonel au service d'Espagne, étant condamné comme pleige & caution du Vicomte de Truges, comptable à la Chambre des Comptes en qualité de Grand Bailli de Bruges, au paiement d'une somme de 8000 fl. se fit subroger par la dite Chambre aux droits du Roi, pour se faire rembourser de la dite somme par les mêmes contraintes, dont le Fisc auroit pu se servir en vertu de son privilège d'hypotheque tacite: & comme le dit Vicomte étoit insolvant, il voulut faire opérer le dit privilege Fiscal sur les Terres de Cantecroy, situées au quartier d'Anvers, que Dame Marguerite-Philippe de Godinez d'Anvers avoit portées en dot au dit Vicomte son Mari

{>ar contrat de mariage, passé en la même ville ong-temps avant qu'il sut fait Grand Bailli.

Lequel contrat contenoit enfre autres clauses, que le futur Epoux resteroit chargé des dettes?

« AnteriorContinuar »