Imágenes de página
PDF
ePub

)ar le Roi de France en son Conseil d'Etat. Les ìabitans d'Oost-Duynkercke, qui avoient attrait es mêmes Châtellenies à Tournai en. 1704, ont àit évoquer le Procès au Grand Conseil par Arrêt de l'an 1723, & l'an 1725 les Parties furent réglées à preuve.

Avant la Sentence d'évocation de 1723, la Châtellenie d'Ypres avoit excipé sur l'Arrêt du Roi de France, comme sur chose jugée; & ceux de Warneton avoient sur le même sondement demandé congé de Cour: nonobstant la dite exception , le Procès sut évoqué & le congé de Cour abjugé, sans rejection expresse de là dite exception de chose jugée. Ce qui a causé grande contestation, si la même exception pouvoit encore être admise?

Le plus grand nombre sut d'avis, que la Sentence d'évocation & celle d'admission à preuve, où le congé de Cour sut rejeté à l'égard de ceux de Warneton, avoit suffisamment abjugé la dite exception. Les autres cependant ont soutenu, que nonobstant ces Sentences l'exception de chose jugée étoit encore en son entier: qu'il est vrai que par Révocation du Procès, l'admission a

Í»reuve & rejection de congé de Cour, l'exception itis finit <e , Jeu rei juaicat<e, fembloit être rejeté; mais en rigueur que cela ne suffit pas, qu'il falloit une rejection expresse, ou que la dite exception feroit absolument incompatible avec les dites Sentences; que dans le cas présent on avoit pu évoquer la cause, & rejeter le congé de Cour, sans abjuger la même exception; que selon le sentiment de Voet ad js de except. rei jud. n. 6. si l'exception rei jud. est prouvée in continenti, quòd impediat litis ingrejsum , tamen fi per Judicem admijsa. non suerit ad impediendum litis irigreffhm, non impeditur Reus eamdem deinceps, adinstar alterius exceptionis peremptori<e, rursus objicere, ut in judicando ejus ratio habeatur.

Il sut dit que la question, fi l'exception de chose jugée doit être admise, ou non, est quelquesois altioris indaginis; que dans un cas pareil on peut évoquer la cauíè, ou ordonner de contester, fans encore abjuger la dite exception; quoique d'ailleurs elle íoit préliminaire &c.

Pour éviter telle diípute, il convient de la rejeter ou conserver expressément. Dans'la cause présente on ne trouvoit pas dissiculté de la rejeter, comme le dit Arrêt du Roi de France étoit donné entre les Châtellenies & les Décimateurs, & fie res inter alios; mais il restoit dissiculté, fi en tel cas il ne falloit pas faire droit par ordre, & juger préliminairement la dite exception? A quoi on répondit que puisqu'on ne s'étoit pas arrêté à cette exception, mais qu'on avoit contesté au principal, en l'accumulant avec les autres exceptions péremptoires, qu'il n'étoit pas nécessaire de faire droit par ordre, ni de la rejeter expressément par la Sentence; mais que la condamnation au principal étoit suffisante. Sed non omnibus Ma placebant.

Dans la même cause les preuves ne surent pas tout-à-fait in forma probante, mais le fait paroissoit évident, que la garde au dit clocher y avoit été pour la conservation des lignes. Il y avoit auffi grande quantité de pieces, dont plusieurs étoient tirées hors des Archives de la Châtellenie de Fumes; de sorte qu'on ne put bonnement douter du fait, & après plusieurs années de procédures plonger les Parties dans des frais, qui auroient été très-considérables.

[merged small][ocr errors]

JL/ Omlnus de Gottignies, Toparcha de Woudenbroeck &c. mortuus est Bruxellis 29 Oclobr. tyi6,Fillum unicum relinquens,Guîlielmums Toparcham de Steenkercke &c . heredem ex ajje ab intestato, natum 1 Julii 1699, & fie <etatis 17 annorum & aliquot menfium. Dominus Lancelot, Baro de Gottignies, Gestel &c. cum Domino Carolo Ignatio de Viffcher s tamquani proximi Confanguinei Pupilli , exhibuerunt Ubellum fupplicem Confilio Brabanti<e, exponentes, quòa diclus Pupillus nondum attigiffet <etatem 18 annorum, requifitam juxta conjuetudines Bruxellenj'es, ut effet sui juris; & jupplicârunt, ut concederetur ei venia <etatis y vcl usque ad didïum tempus aliquis constitueretur Tutor.

Per Decretum 2 Novembris iyi6 Tutor nominatus est diclus Dominus Lancelot de Gottignies , & Jècundus jupplicans honorarius, jeu Toesiender. Nonâ Martii ìyiy ad Ubellum Tutoris per Decretum Cpnfilii Admìnijlrator constitutus fuit Notarius Balthafar van der Borcht. Dominus Lancelot de Gottignies computum ju<e administrationis reddiait coram

ARRÊT IIL

[graphic]

Commiffarìis Confilii Brabanti<e, & Domino de Viffcher tamquam contradiGtore, die 3 Novembris iyiy, tempore quo Pupïllus, tum major 18 annis, ejjït in Gallia, qui redux concîufionem recepit pofitâ apochâ in cake computûs , restitutis quoque eiaem instrumentis Famili<e, mobilibus &c.

Trigefimâ April. 1y22 Dominus de Steenkercke condiait suum testamentum clausum, in quo, reliclis quibufdam legatis &c. heredem juum ex affe instituit Dominum de Gottignies, quondam Tutorem suum, adjeclâ clausulâ, quòd nullum posterìus testamentum valeret, in quo non effet facla mentio prioris, & dat<e ejus, & claujul< e JESUS, MARIA, JOSEPH.

Per Codiàllos de 2 Junii reliquit eidem pretium Toparchi< e de Steenkercke, quam faàìâ prius exheredatione vendi mandat, & de qua juxia Conssuetudines Hannoni< e aliter difponere non poterat. Defìit Testator vivere 28 Junii ejusaem anni iy22.

Dominus Baro de Courieres, & Domina ViceComitiJJa de Nieuport, ejus Soror, tamquam proximi ab intestato litem instituerunt in Confilio Flandr'i< e pro Toparchia de Steenkercke, aliifque bonis ad illam lineam pertinentibus, dicentes, dictam dijpojìtionem testamentariam ac codicillarem effe nullam; quod per Editîum Caroli V. de anno 1540, & Edittum Perpetuum anni 1611 art. 14. prohibitum effet minoribus aliquid relinquere Juis Tutoribus vel Curatoribus.

Rejponsum fuit tutelam Bruxellis fìniri anno 18, & fie EdiSta in cafu, de quo agebatur, locum non habere.

_ Càm à delatione juramenti super variis punc* tis à Confi.Uo Flandri<e appellatum effet ai Magnum Confilium, causa hic decisa suit per Arrestum de 20 Februarii 1726, declarons testamentum & codicillos nullius valoris: & in magna Revifione per Arrestum 4 Decembr. 1y27 declaratum fuit prématuré judicatum , & per punfta Ojficii inquifitum fuit, qualiter computus Tutorum reddi deberent coram Commiffariis Confilii Brabanti<e; item an Tutor post 18 annos non continuaffet administrationem tutel<e; & an testamentum per juggestionem &c. extortum non suiffèt?

Post operosam probam per Sententiam i G Februarii iy31 testamentum & codicilli suerunt declarata valida, quod per Arrestum Revisionale de y Novembris iy33 confirmatum fuit.

In illa causa primo difputatum fuit, anEdictum anni 1340 effet Jcriptum <etati, fic ut . mihor 23 annis non poffet instituere Tutorem ante illam <etatem , & juxta conjuetudinem Bruxellensem Tutor effe desiiffet.

Impetrans, qu<e in hac revifione erat Domina Vice-Comitiffa de Nieuport, mortuo ipfius Fratre Barone de Courieres, pr<etendebat quod sic: ex ratione, quòd Ediclum illam <etatem exprimeret, & quod, ubi Lex vel Statutum certam <etatem ad aclum aliquem requirit, illa omnino adeffe debeat, nec posifit per <equipollens fuppleri: quod Carolus r. etiam fciret, juxta conssuetudines aliquorum locorum citiûs finiri tutelam, taxative tamen <etatem 23 annorum pr<ejcripjìffet: quod in hoc recefferit ab Ediclo Francijci I. Regis Galliarum anni 13391 quod fimpliciter erat conceptum de minoribus: quòd in jure etiam quandoque Tutor vocetur, qui

« AnteriorContinuar »