Imágenes de página
PDF
ePub

vêque de Malines authorítate ordinarià, en pleine paix, avant la date de l'acte de la dite prétendue Union; & la confirmation du prétendu Général de leur Ordre n'a été donnée que Tannée suivante, savoir l'an 1663, & ainsi après qu'ils avoient été prétenduement unis à la Congrégation Gallicane.

Il est en outre à remarquer, que le dit Cool a fait toutes les sonctions de Prieur, & qu'il a

Î>ris le soin des ames, non feulement des Sécuiers, mais aussi des Religieux d*Hanswyck, en vertu de la seule Confirmation Archiépiscopale, pendant tout l'intervalle entre la Confirmation donnée par l'Archevêque & par leur. prétendu Supérieur Général: marque infaillible., qu'ils ne se croyoient pas encore de la Congrégation Gallicane au temps de la Confirmation Archiépiscopale de l'an 16Ó2, autrement le Prieur auroit été déchu de son Prieuré hoc ipso qu'il en auroit fait les sonctions avant la Confirmation du Général François; d'autant qu'un élu à quelque Prieuré ne peut entrer en l'administration d'icelui íans Confirmation canonique, à peine d'en décheoir. Cap. avariti<e. j. de Eleët. in 6.

Or la Confirmation Archiépiscopale n'auroit

{)u être légitime ni canonique, s'ils avoient pour ors été de la Congrégation Gallicane: il est donc consécutif, qu'ils ne l'étoient pas au temps de la Confirmation Archiépiscopale de l'année 1662, & par conséquent encore beaucoup moins au temps du Bref d'Urbain VIII. de l'année 1640. II faut donc que le'- St. Pere ait été surpris par une fausse exposition, & fans doute que l'Archevêque Boonen n'auroit point déféré à une Bulle subreptivement obtenue, s'il n'a voit point considéré , que le Pape concourt avec tous les Ar* chevéques & Evêques, & que cette Bulle en tout cas ne pouvoit faire préjudice à personne pour l'avenir, à cause de la clause qui s'y trouve inférée: Elecltionis su< e confirmationem à quo de jure aut ex consuetudine, & guatenus foret opus íquod notandum") à Sede Apo\lolica impetraret. C'est cette clause, & la vénération que Sa Majesté avoit pour le Pape , qui l'a mu d'accorder ses Lettres de Placet sous une pareille clause, qui s'y trouve énoncée: „ Sauf, que le „ dit Prieuré ne soit de notre Patronage, & „ que la provision d'icelui n'appartienne à nos „ droits & hauteurs."

Quoi qu'il en soit, c'est le seul Prieur d'Hanswyck qui n'ait pas été nommé par Sa Majesté, comme conste tant par l'avis du Conseiller Fiscal de Coxie, que par la lettre du Conseiller Wachtendonck du 20 ^.oût 1653 > °ù ce dernier nous apprend, que le même Nicolas de Souhay, après fa promotion à l'Abbaye des Ecoliers à Mons, tâcha de résigner son Prieuré d'Hanswyck, mais les Religieux, soit qu'ils n'approuvoient pas cette résignation, soit qu'ils prévoyoient qu'elle auroit rencontré de grandes difficultés, choisirent à l'insu de Sa Majesté François de Souhay, leur SousPrieur, à l'exemple de ceux de Leauw; & imitant en tout le susdit exemple, ils présenterent requête au Conseil d'Etat pour y faire agréer la dite Election.

Sur quoi Sa Majesté demanda l'avis de sen Conseiller Fiscal de Coxie par Lettres du 14 Octobre 1653 , ci-jointes, sub F4 & comme celui-ci répondit, que le droit de nommer appartenoit à Sa Majesté, & que les Religieux lui avoient déclaré , qu'ils ne vouloient plus insister au dit droit d'Election, & qu'ils tenoient l'Election par eux faite pour non avenue, l'Archiduc Léopold nomma les mêmes Conseillers de Wachtendonck & de Coxie pour colliger les voix des Religieux', comme conste par la dépêche du 20 Décembre 1653, ci-jointe,sub G; & laur besogné ayant été examiné au Conseil d'Etat, le dit Conseil sut du même avis que les Commissaires, qu'il n'y avoit personne plus capable que François de Souhay à être Prieur: avec cette ajoute cependant, que, comme l'Élection du même de Souhay avoit été faite en préjudice du droit qui compete à Sa Majesté, qu'il convenoit de la faire casser & annuller; comme conste- par la Consulte du dit Conseil d'Etat du dernier Février 1654, ei-jointe ,

rement, que la clause, que l'on a laissé influer dans la Patente dépêchée en faveur du même François de Souhay, par droit de guerre ou autrement, y a'été mise ex abundantì, Jura Juribus cumulando, & dans la fausse supposition où l'on étoit, que le Monastere d'Haníwyck étoit de la Congrégation Gallicane, & par erreur de l'Ossicial: car il est évident, tant par la lettre du Conseiller Wachtendonck , & .par l'avis de l'Avocat Fiscal de Coxie, que par la Consulte du Conseil .d'Etat, que l'on n a pas fait la moindre attention au droit de guerre, réclamé par la dite dépêche.; aussi cette clause fut omise dans la Patente qui suivit de bien près la précédente , dépêchée en faveur de Pro/per van Rivieren le 29 Novembre 1655, ainsi que dans celle dépêchée à Madrid en temps de paix le 9 Mars 1662; &. l'Ahbé de Ste. Genevieve n'est pas excusable de vouloir les blâmer, lui qui jusques alors n'avoit point à se mêler des Monasteres ides Ecoliers des Pays-Bas, qui ne l'ont reconnu

T -r

sub H.

Toutes

[graphic]

semblent prouver assez clai

[ocr errors]

pour leur Supérieur que par l'acte du 27 Août 1662: Encore y a-t-il bien des choses à dire contre le dit acte, & principalement que l'Autorité de Sa Majeûé n'y a pas intervenu, quoiqu'il ait été arrêté sous cette clause, sub beneplacito summi Pontificis, & utriusque Regis Christianijjìmi & Catholici, fi necejfarium videbitur.

N'importe, que Sa Majesté par son Décret du 14 Septemb. 17n ait permis, que la visite faite

Gallicane sortiroit ses effets, ensuite (ìe la sentence purement récrédentielle ou provisionnelle portée au Grand Conseil le 19 Juin 16B6; car cette Permission Royale n'a été donnée que sous la clause salutaire: sans préjudice de nos droits & hauteurs: comme conste par le dit Décret cijoint, sub I. Laquelle clause y a été mise à mûre délibération, sur ce que le Conseiller & Procureur Général 'avoit dit dans fa reseriptiòn y réclamée, que dans la cause au plein poíseffoire, à poursuivre par l'Archevêque , Pon devoit discuter & examiner, si la Bulle de Paul II. de l'année 1469, & l'acte d'Union de l'année 1662 avoient été munis du Placet requis, & s'ils devoient íòrtir effet ; ajoutant encore au sujet du dit acte d'Union, qu'il résukoit du besogné, que lui Procureur Général avoit tenu eníuite de la Lettre de Sa Majesté du 10 Mars 1711, que les Religieux étoient divisés entre eux quant à la jurisdidtion du Supérieur spirituel, que le Prieur avec six d'entre eux reconnoissoit la Supériorité de l ' Abbé de Ste. Genevieve, & le Sous-Prieur avec huit autres Religieux celle de l'Archevêque de Malines ; que l'irrégularité de la direction étoit même parvenue si avant, que le sormulaire des vœux, que faisoient les dits ReUgieux, n'étoient point

par le Commis du Général

[graphic]

unisorme; les uns ayant fait vœux fecundûm Constitutiones Gallicanas, d'autres en termes générauxfecundàm Constitutiones hujus Congregations, lesquelles Constitutions ne leur avoient jamais été prélues, & qu'ils ne les connoissent pas.

Les Remontrans sont prêts de communiquer la minute de cette représentation à la Cour, au cas qu'il lui plaise d'en prendre lecture, & ne jugent point à propos de la rendre communicatoire, pour ne point divulguer bien des choses que la diícrétion oblige de tenir secretes, suffisant qu'il paroisse de cet échantillon, que la supériorité de l'Abbé de Ste. Genevieve n'étoit pas encore bien affermie l'année 1711, & qu'elle est trop chancelante, & de trop fraîche date, pour pouvoir diíputer à Sa Majesté le droit de nomination, dont elle est en paisible possession par tant d'actes géminés, qu'il n'est pas concevable comment le dit prétendu Supérieur ose la révoquer en doute par un soible argument à pari,u'il semble vouloir tirer de quelques Prieurés u Pays-Bas, qui ne sont point de l'Ordre des Ecoliers, ou qui sont d'une autre Congrégation.

Etant constant, quòd non procedat argumentum à pari & à fimili , ex quo contra Jus manifeftum aliquid colligitur, vel quando disfimilitudo etiam ixigua allegari potest: or il est manifeste, que nos Princes & les Rois d'Ef pagne habeant jus nominandi, eligendi & offerendi Clericos ad Ecclefias primarias, vel ad dignitates , vel ad pr<efecluram Monasteriorum, aut etiam conferendi qu<edam beneficia, ex conceffione Pontificum & ex conjuetudine immemoriali.

L'on ne peut donc point argumenter à fimili pour anéantir le Droit universel, càm fit maxi

« AnteriorContinuar »