Revue de l'académie de Toulouse et des autres académies de l'Empire [afterw. Revue de Toulouse et du midi de la France] sous la direction de F. Lacointa

Portada
Félix Lacointa
1858

Dentro del libro

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 282 - Je passais jusqu'aux lieux où l'on garde mon fils. Puisqu'une fois le jour vous souffrez que je voie Le seul bien qui me reste et d'Hector et de Troie, J'allais, Seigneur, pleurer un moment avec lui.
Página 292 - Plutôt ce qu'ils ont fait , que ce qu'ils ont été : Parle-lui tous les jours des vertus de son père ; Et quelquefois aussi parle-lui de sa mère. Mais qu'il ne songe plus , Céphise , à nous venger ; Nous lui laissons un maître , il le doit ménager.
Página 356 - J'eus dans ma blonde enfance, hélas! trop éphémère, Trois maîtres: — un jardin, un vieux prêtre et ma mère. Le jardin était grand, profond, mystérieux, Fermé par de hauts murs aux regards curieux, Semé de fleurs s'ouvrant ainsi que des paupières, Et d'insectes vermeils qui couraient sur les pierres, Plein de bourdonnements et de confuses voix; Au milieu, presque un champ, dans le fond, presque un bois.
Página 286 - Avec lui dans la tombe elle s'est enfermée. Mais il me reste un fils... Vous saurez quelque jour, Madame, pour un fils jusqu'où va notre amour; Mais vous ne saurez pas, du moins je le souhaite, En quel trouble mortel son intérêt nous jette , Lorsque, de tant de biens qui pouvaient nous flatter, C'est le seul qui nous reste, et qu'on veut nous l'ôter.
Página 291 - Fais connaître à mon fils les héros de sa race ; Autant que tu pourras conduis-le sur leur trace : Dis-lui par quels exploits leurs noms ont éclaté, Plutôt ce qu'ils ont fait que ce qu'ils ont été : Parle-lui tous les jours des vertus de son père; Et quelquefois aussi parle-lui de sa mère.
Página 289 - Sur tous mes frères morts se faisant un passage, Et, de sang tout couvert, échauffant le carnage...
Página 287 - Je conçois vos douleurs; mais un devoir austère, Quand mon père a parlé, m'ordonne de me taire. C'est lui qui de Pyrrhus fait agir le courroux. S'il faut fléchir Pyrrhus, qui le peut mieux que vous ? Vos yeux assez longtemps ont régné sur son âme ; Faites-le prononcer : j'y souscrirai, madame.
Página 321 - ... aux chartes communales , aux usages locaux , au Droit romain et canonique , elle a produit de nombreux monuments qui ont un caractère territorial et mixte, les Coutumes des provinces; elle a produit le Droit qu'on peut appeler à juste titre le Droit coutumier du moyen-âge.
Página 349 - La Muze historique ou recueil de lettres en vers, contenant les nouvelles du temps, écrites à SA Mademoiselle de Longueville, par le sieur Loret, Paris, 1658-65, 3 vol.
Página 232 - Les riches ont vraiment un noble privilège Que leur doit envier tout être intelligent, * Et qui donne raison à l'orgueil de l'argent : C'est de pouvoir exclure et tenir à distance Les détails répugnants et bas de l'existence, Et de ne pas laisser leur contact amoindrir Les grandeurs que la vie à l'homme peut offrir...

Información bibliográfica