Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, Volumen 19

Portada
Société des antiquaires de Normandie., 1851

Dentro del libro

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página lvii - Les concurrents étudieront et décriront cet établissement religieux sous tous ses aspects et dans tout ce qu'il a offert de remarquable depuis sa fondation jusqu'à la fin du siècle dernier; ce n'est pas seulement son architecture, mais encore son organisation intérieure, son administration spirituelle et temporelle, sa liturgie, son personnel et enfin les événements dans lesquels il figure, qu'ils auront à faire connaître. Les documents qu'ils devront surtout consulter pour ce travail sont...
Página 370 - Pêcheur mélancolique, il regarde les cieux. Le sang coule à longs flots de sa poitrine ouverte, En vain il a des mers fouillé la profondeur : L'Océan était vide et la plage déserte; Pour toute nourriture il apporte son cœur.
Página 583 - Académie royale d'architecture pleinement, paisiblement et perpétuellement, suivant lesdits statuts, cessant et faisant cesser tous troubles et empêchements contraires; car tel est notre plaisir. Et afin que ce soit chose ferme et stable à toujours, Nous avons fait mettre notre scel à cesdites présentes.
Página 209 - Mais c'est surtout dans des circonstances aussi périlleuses que celles où nous sommes qu'il est juste de dire qu'il n'ya rien de fait tant qu'il reste quelque chose à faire...
Página 506 - Et pour ce que cil serement soit plus fermement gardé , nous voulons que il soient pris en pleine place , devant tous clercs et lays , jaçoit que il ayent juré devant nous ; à ce que il redoute encourre le vice de parjure , non pas tant seulement pour la paour de Dieu et de nous , mais pour la honte du peuple.
Página 385 - Quand j la faim le presse, il se roule sur la terre rouge et il semble être tout ensanglanté: alors il s'étend dans un lieu découvert, retenant son souffle et tirant la langue, les yeux fermés et rechignant les dents, comme s'il était mort. Les oiseaux viennent tout près de lui sans défiance , et il les dévore. » « Ainsi le démon dévore l'imprudent qui ne se défie pas de ses ruses. Mais les hommes sages qui savent apprécier les moyens qu'il (1) Bara Balhra , fol.
Página 388 - Bochart (5), font connaître les propriétés merveilleuses attribuées à la corne du monocéros, qui est longue d'une demi-toise. Selon Ctésias, on en faisait des vases à boire, et ceux qui s'en servaient n'étaient sujets ni aux convulsions, ni à l'épilepsie, ni à être empoisonnés, pourvu qu'avant de prendre du poison, ou qu'après en avoir pris, ils bussent dans ces vases de l'eau, du vin ou d'une autre liqueur quelconque. Un auteur arabe assure que, si l'on coupe cette corne par le milieu...
Página 377 - ... le pouvoir de distinguer les sources qui peuvent se trouver à la plus grande profondeur, comme si la terre avait pour elle la transparence du verre ; ce qui lui fait faire par Naphi une objection à laquelle il lui serait difficile de répondre: « Comment pourrait-elle voir les eaux qui sont cachées sous la terre, tandis qu'elle n'aperçoit pas le piège que couvre une légère couche de sable...
Página 400 - LE DRAGON. < C'est le plus grand des animaux rampants. Il naît en Ethiopie ; il a la gueule petite, le corps long et reluisant comme or fin. C'est l'ennemi de l'éléphant; c'est avec sa queue qu'il triomphe de lui; là est, en effet, le principe de sa force ; sa gueule ne porte point venin de mort. > Ce dragon que nous venons de voir fuir au cri de la panthère , qui s'attaque à l'éléphant, que nous retrouverons plus loin rôdant autour de l'arbre sur lequel se pose la colombe; c'est le serpent,...
Página 243 - LANFRANC; NOTICE BIOGRAPHIQUE, LITTÉRAIRE ET PHILOSOPHIQUE, par MA Charma, professeur de philosophie à la faculté des lettres de Caen. Paris, Hachette, 1850; in-8°de 159 pages.

Información bibliográfica