Chrestomathie de l'ancien français, viiie-xve siècles, accompagnée d'une grammaire et d'un glossaire, par K. Bartsch

Portada
Karl Friedrich A.K. Bartsch
1866
 

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Páginas seleccionadas

Índice

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 77 - Tu es plus blanche que cristal, Que neif que chiet sor glace en val. Mal cuple em fist li criator : Tu es trop tendre, e il, trop dur ! Mais neporquant tu es plus sage : En grant sens as mis ton corragc.
Página 427 - Veu que je voy que la voye commence De bonne paix, qui tous biens peut donner. Pour ce, tournay en confort mon penser : Mais non pourtant mon cueur ne se lassoit De veoir France, que mon cueur amer doit.
Página 141 - Comant cele chose avenoit; Que del chasti li sovenoit Celui qui chevalier le fist, Qui li anseigna et aprist Que de trop parler se gardast, 3210 Si crient, se il le demandast, Qu'an li tenist a vilenie : Por ce si nel demanda mie.
Página 433 - La mort le fait frémir, pâlir, Le nez courber, les veines tendre, Le col enfler, la chair mollir, Jointes et nerfs croître et étendre.
Página 201 - or soit tëu, compainz, a ceste voie, hu et hu! bien ai sëu, que nous en avrons joie.' 'Ne sont pas plusor 35 li robeor; n'ia c'un, que je voie, qui gist en la flor soz covertor, cui nomer n'oseroie.' hu et hu et hu et hu! 40 'or soit tëu, compainz, a ceste voie. hu et hu! bien ai sëu, que nous en avrons joie.
Página 257 - Tu passas devant son lit si soulevas ton train • et ton peliçon ermin, la cernisse de blanc lin, tant que ta ganbete vit. Garis fu li pèlerins et tos sains, aine ne fu si. Si se leva de son lit si râla en son pals sains et saus et tos garis.
Página 183 - Qui me reprist, ele et ses fils li rois. Encor ne soit ma parole françoise, Si la puet on bien entendre en françois ; Ne cil ne sont bien apris ne cortois S'il m'ont repris, se j'ai dit mot d'Artois ; Car je ne fui pas norris a Pontoise.
Página 77 - Cure nen voelt prendre de soi, Car la prenge sevals de toi : Tu es fieblette e tendre chose, E es plus fresche que n'est rosé ; 25 Tu es plus blanche que cristal, Que neif que chiét sor glace en val.
Página 221 - ... quatre sols vaut;' li autre a dit 'assez plus vaut, ainz vaut cine sols a bon marchié. ne somes mie trop chargié: jetons le en uostre eintrete, vez con la gorge a blanche et nete.
Página 37 - Rollant de sun tens n'i ad plus. Devers Espaigne est en un pui agut, A l'une main si ad sun piz batud : « Deus, meie culpe vers les tues vertuz De mes pecchez, des granz e des menuz, Que jo ai fait dés l'ure que nez fui Tresqu'a cest jur que ci sui consoutl » Sun destre guant en ad vers Deu tendut.

Información bibliográfica