Mémoires et journal inédit, Volumen 5

Portada

Dentro del libro

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 51 - N'en fît le charme en mon âme renaître, Et que mon cœur autrefois son captif Ne ressemblât l'esclave fugitif, A qui le son fit rencontrer son maître. De pareils traits plaisent à tout le monde, et caractérisent l'esprit délicat d'une nation ingénieuse.
Página 35 - Chastelet au comte d'Argenson. Lunéville, le 2 mars 1749. Eh bien, Monsieur, je vous Pavois bien dit, me voilà à Lunéville ! Je vous assure que nous y avons passé un bien joli carnaval. Le roi de » •: Pologne me comble de bontés, et je vous assure ^ qu'il est bien difficile de le quitter.
Página 35 - J'espère que vous voudrez bien penser à lui. Je ne pense pas avoir besoin auprès de vous de la recommandation du roi de Pologne, je compte trop sur vos bontés pour moi. M. de Voltaire, qui est ici, et point à Nimes, me prie de vous présenter ses respects.
Página 200 - Un fin courtisan est un homme d'une fourberie déliée, qui fait plus de mal à ceux dont il dit le plus de bien, qui poignarde ceux qu'il caresse, qui veut grand mal et en fait autant qu'il peut au prince qu'il semble adorer, qui fuit les dangers, qui recherche la mollesse, qui sacrifie tout à l'argent, et l'argent à un vain luxe, qui irrite les modes, qui veut enchérir sur les financiers pour la dépense et sur les moyens pour en avoir, qui est haut avec les faibles et bas avec les plus puissants...
Página 90 - Au fait , Montesquieu voulait voyager pour faire des remarques philosophiques sur les hommes et les nations. Déjà connu par ses Lettres persanes , il a été reçu avec enthousiasme et empressement en Allemagne , en Angleterre, et même en Italie. Nous ne connaissons pas toute l'étendue de la récolte d'observations et de réflexions qu'il a faite dans ces différens pays.
Página 87 - ... occupent , il a ménagé son tempérament frêle et délicat , a toujours pris ses aises, et poussé sa carrière jusqu'à l'âge de quatre-vingts ans , avec la douce espérance de voir la révolution du siècle entier. Chaque année lui vaut un nouveau degré de mérite , et ajoute à l'intérêt qu'on prend à son existence. On le regarde comme un de ces chefs-d'œuvre de l'art travaillés avec soin et délicatesse, qu'il faut prendre garde de détruire , parce qu'on n'en fait plus de pareils.
Página 166 - Destouches, Campra,) continuèrent à se conformer au goût national. Leur musique fut tendre, majestueuse, expressive, simple et noble à la fois. On a comparé à juste titre Lulli à Corneille, et Destouches à Racine, * Mais les hommes ne savent point s'arrêter; il fallait du nouveau. La musique italienne était sautillante, variée , pédantesque , dépourvue de goût , n'ayant d'autre mérite que celui de difficultés auxquelles j'attache peu de prix.
Página 47 - Tel qu'il est pourtant, il faudrait, s'il était possible, le mettre à portée de revenir, et cet ouvrage en pourrait être l'occasion. C'est ce qui m'a déterminé à lui envoyer des remarques sur le premier tome dont vous trouverez ici une copie. Le défaut de ce premier tome en général...
Página 235 - Bourdaloue allait plus au cœur , tandis que celle du mot propre ne va qu'à l'esprit ; mais le cœur est une faculté dont nous nous dépouillons chaque jour faute d'exercice, tandis que l'esprit s'aiguise et s'affile. Chacun court après l'esprit. Nous devenons des êtres tout spirituels. L'esprit uni au cœur constitue l'héroïsme , le...
Página 78 - La première fois que j'envoierai des chevaux en Bresse, j'en désignerai un pour vous; M. le comte de Crangeac , notre inspecteur, aura ordre de vous l'envoyer. Ce comte de Crangeac a un fils capitaine de cavalerie ; ce fils est un bon sujet, et s'il le mérite je lui destine par la suite la place de son père. Vous voyez par là l'impossibilité où je suis de vous accorder la seconde chose dont vous me parlez ' . J'en suis fâché, vous pouvez le croire , mais vous ne me blâmerez pas et je le...

Información bibliográfica