Images de page
PDF
ePub

Tendances dominantes.— Faits qui avaient prévalu au V* siècle.—Causes de liberté dans l'Église à cette.époque. —De l'élection des évêques.—Des conciles.—Comparaison de la société religieuse et de la société civile. ,— De la vie des chefs de ces deux sociétés.—Lettres de Sidoine Apollinaire.

QUATRIÈME EEÇON.

Page 137.

Objet de la leçon. — Que faut-il entendre par l'état moral d'une société? — Influence réciproque de l'état social sur l'état moral, et de l'état moral sur l'état social. — Au IVe siècle, la société civile gauloise possède seule des institutions favorables au développement intellectuel. —Des écoles gauloises.—De la situation légale des professeurs.—La société religieuse n'a d'autre moyen de développement et d'influence que ses idées.—Cependant l'une languit et l'autre prospère.—Décadence des écoles civiles.—Activité de la société chrétienne.—Saint Jérôme, saint Augustin et saint Paulin de Noie. — Leur correspondance avec la Gaule.—Fondation et caractère des monastères dans la Gaule.—Causes de la différence de l'état moral des sociétés. —Tableau comparatif de la littérature civile et de la littérature chrétienne aux IV' et Ve siècles.—Inégalité de la liberté d'esprit dans les deux sociétés. — Nécessité que la religion prêtât son appui aux études et aux lettres.

CINQUIÈME LEÇON.

Page 173.

Des principales questions débattues en Gaule au Ve siècle.

[graphic]

natiens.-—Influence et résultats généraux de cette controverse.

SIXIÈME X.EÇON.
Page 217.

Objet de la leçon. — Caractère général de la littérature du moyen âge.—De la transition de la philosophie payenne à la théologie chrétienne.—De la question de la nature de l'âme dans l'église chrétienne.—La plupart des anciens Pères se prononcent pour le système de la matérialité. —Efforts pour en sortir. —Marche analogue des idées dans la philosophie payenne. — Commencemens du système de la spiritualité. — Saint Augustin, Némésius, Mamert Claudien.—Fauste, évêque de Riez.— Ses argumens pour la matérialité de l'âme. — Mamert Claudien lui répond. —Considération de Mamert Claudien dans la Gaule. — Analyse et citation de son Traité de la Nature de l'Ame.—Du dialogue d'Evagre entre le chrétien Zachée et le philosophe Apollonius. — Des effets de l'invasion des Barbares sur l'état moral de la Gaule.

SEPTIÈME LEÇON.

Page 249.

Objet de la leçon. — De l'élément germanique dans la

civilisation moderne Des monumens de l'ancien état

social des Germains. —4° Des historiens" romains et grecs; 2° des lois barbares; 3° des traditions nationales. —Ils se rapportent à des époques fort diverses. — On les a souvent employés pêle-mêle. — Erreur qui en résulte. — De l'ouvrage de Tacite sur les mœurs des Germains. — Des opinions des écrivains allemands mo-, dernes sur l'ancienne société germanique.—Quel genre de vie y prévalait, la vie errante ou la vie sédentaire?

— Des institutions. — De l'état moral.—Comparaison entre l'état des tribus germaines ét celui d'autres peuplades. — Fausseté de la plupart des tableaux de la vie barbare.—Principaux caractères de la véritable influence des Germains sur la civilisation moderne.

HUITIÈME LEÇON.

Page 289.

Objet de la leçon. — Description de l'état de la Gaule dans la dernière moitié du VI, siècle. —Véritable caractère des invasions germaniques.—Cause d'erreur à ce sujet.

— Dissolution de la société romaine: i° dans les campagnes; 2° dans les villes, quoique à un moindre degré.

— Dissolution de la société germaine : i°de la peuplade ou tribu ; 2" de la bande guerrière.—Elémens du nouvel état social.— î • De la royauté naissante ; — 2* de la féo

De l'histoire du droit romain dans le moyen Age , par M. de

Savigny. — Mérites et lacunes de cet ouvrage. — i° Du

droit romain chez les Visigoths. — Breviarium Aniani,

recueilli par ordre d'AIaric. — Histoire et contenu de

ce recueil. — 2° Du droit romain chez les Bourguignons.

Papiani responsum.—Histoire et contenu de cette

loi. — 3° Du droit romain chez les Francs. — Point de

recueil nouveau. — La perpétuité du droit romain prou-

vée par divers faits. —Résumé.

DOUZIÈME LEÇON.

Page 419.

Objet de la leçon. — De l'état de l'Église en Gaule du VI*

siècle au milieu du VHP. — Analogie de l'état primitif

de la société religieuse et de la société civile. —De l'u-

nité de l'Église, ou de la société spirituelle. — Des deux

élémens ou conditions de la société spirituelle: 1° Unité

de la vérité, c'est-à-dire de la raison absolue; 2°Liberlé

des esprits, c'est-à-dire de la raison individuelle. — De

l'état de ces deux idées dans PÉglisetchrétienne du VI*

au VHP siècle. —Elle adopte l'une et méconnaît l'autre.

—De l'unité de l'Église dans la législation.—Conciles

généraux. —Différence entre l'Église d'Orient et l'Église

d'Occident, quant à la poursuite des hérétiques. —Des

rapports de l'Église avec l'État du VP au VHP siècle:

i° Dans l'Empire d'Orient; 20 Dans l'Occident, et spé-

cialement dans la Gaule-Franque. — Intervention du

pouyoir temporel dans les affaires de l'Église,—du pou-

voir spirituel dans les affaires de l'État.—Résumé.

FIN DE LA TABLE.

« PrécédentContinuer »