Histoire de J.-B. Bossuet: évêque de Meaux, composée sur les manuscrits originaux, Volumen 3

Portada

Dentro del libro

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 67 - Loin de nous les héros sans humanité ! Ils pourront bien forcer les respects et ravir l'admiration, comme font tous les objets extraordinaires; mais ils n'auront pas les cœurs. Lorsque Dieu forma le cœur et les entrailles de l'homme, il y mit premièrement la bonté comme le propre caractère de la nature divine, et pour être comme la marque de cette main bienfaisante dont nous sortons.
Página 73 - Voilà celui qui nous menait dans les hasards; sous lui se sont formés tant de renommés capitaines, que ses exemples ont élevés aux premiers honneurs de...
Página 18 - La cour veut toujours unir les plaisirs avec les affaires. Par un mélange étonnant, il n'ya rien de plus sérieux, ni ensemble de plus enjoué. Enfoncez : vous trouvez partout des intérêts cachés , des jalousies délicates qui causent une extrême sensibilité, et, dans une ardente ambition, des soins et un sérieux aussi triste qu'il est vain.
Página 27 - Quelle ignorance est la leur ! et qu'il serait aisé de les confondre, si, faibles et présomptueux, ils ne craignaient d'être instruits ! Car pensent-ils avoir mieux vu les difficultés à cause qu'ils y succombent, et que les autres, qui les ont vues, les ont méprisées? Ils n'ont rien vu ; ils n'entendent rien ; ils n'ont pas même de quoi établir le néant, auquel ils espèrent après cette vie ; et ce misérable partage ne leur est pas assuré.
Página 196 - C'est toujours ou leur liberté qu'on leur veut rendre, ou leurs biens qu'on leur veut assurer, ou leur religion qu'on veut rétablir. Le peuple se laisse flatter et reçoit le joug. C'est à quoi aboutit la souveraine puissance dont on le flatte; et il se trouve que ceux qui flattaient les peuples sont en effet les suppôts de la tyrannie.
Página 76 - Au lieu de déplorer la mort des autres, grand prince, dorénavant je veux apprendre de vous à rendre la mienne sainte; heureux si, averti par ces cheveux blancs du compte que je dois rendre de mon administration, je réserve au troupeau que je dois nourrir de la parole de vie les restes d'une voix qui tombe et d'une ardeur qui s'éteint...
Página 94 - Après cela, d'aller faire le neutre et l'indifférent à cause que j'écris une histoire, ou de dissimuler ce que je suis quand tout le monde le sait, et que j'en fais gloire, ce serait faire au lecteur une illusion trop grossière...
Página 198 - S'imaginer maintenant , avec M. Jurieu , dans le peuple considéré en cet état , une souveraineté , qui est déjà une espèce de gouvernement, c'est mettre un gouvernement avant tout gouvernement, et. se contredire soi-même. Loin que le peuple en cet état soit souverain , il n'ya pas même de peuple en cet état. Il peut bien y avoir des familles , et encore mal gouvernées et mal assurées ; il peut bien y avoir une troupe, un amas de monde, une multitude confuse : mais il ne peut y avoir...
Página 101 - Ces artificieuses ambiguïtés étoient tellement de l'esprit de la nouvelle réforme, que Mélanchton môme, c'est-à-dire le plus sincère de tous les hommes par son naturel , et celui qui avoit le plus condamné les équivoques dans les matières de foi , s'y laissa entraîner contre son inclination.
Página 325 - aime à être prévenue de cette sorte; et comme » dans les sentences qu'elle prononce, elle veut » toujours être précédée par la tradition, on » peut en un certain sens l'écouter avant qu'elle

Información bibliográfica