Imágenes de página
PDF

pour s'exalter , que d'entendre de belles choses , soit que le goût du public, généralement pris , soit refroidi pouiies beautés simples , comme on l'observe à tous nos théâtres , il est certain qu'on obtient plus de grands succès par ce moyen ; et ce que disoit Voltaire, d'après une longue expérience , que , pour être applaudi de la multitude , il valoit mieux frapper fort que de frapper juste , se trouve plus vrai que jamais, tant à l'égard des spectateurs assis , qu'à l'égard de ceux qui sont debout : ce qui rend encore indécis le problème des deux parterres. ,'

(M, Biarmontei.. )

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

PARTISAN.

[ocr errors]

M peut définir les partisans, des hommes qui bâtissent si vite leur fortune aux dépens du public, qu'on en voit le faîte aussitôt que les fondemens. Ce sont ces pâtres qui habitent les sables voisins de Falmyre, et qui, devenus riches par des traités avec l'état, achètent, du plus pur sang des peuples, des maisons royales pour les embellir encore et les rendre plus superbes. Ces gens-là, dit un écrivain célèbre , exigeroient des droits de tous ceux qui boivent de l'eau de la rivière ou qui marchent sur la terre ferme. Ils trafiqueroient des arts et des sciences, et mettroient en ferme jusqu'à l'harmonie.

La ressource, utile pour un temps très - court, mais dangereuse pour toujours, j'entends celle de vendre les revenus de l'etat à des partisans qui avancent de l'argent, est une invention que Catherine de Médicis apporta d'Italie , et qui peut contribuer plus qu'aucune autre cause aux malheurs de la France. Les gros gains que font les partisans , en achetant du prince les subsides qu'il impose, sont nuisibles au monarque et au peuple : ces gens-là sont également prêteurs et cautions; en sorte qu'ils fournissent toujours la majeure partie des fonds, et le profit de leurs avances sert encore à grossir la masse de leurs biens; l'argent cherche l'argent, et chacun conçoit que les partisans, possédant des capitaux immenses, gagnés* dans le cours d'un petit nombre d'années, sont en état d'acquérir les papiers les plus avantageux, d'en faire un monopole, enfin d'ajouter chaque jour quelque nouveau degré à leur, fortune et à leurs dépenses.

(M. De Jaucourt. )

P A S Q U I N.

V>'est le nom d'une statue mutilée qu'on voit à Romo dans une encoignure du palais des Ursins; elle tire son nom d'un savetier de cette ville, fameux par ses railleries et ses lardons , dont la boutique étoit le réceptacle d'un grand nombre de fainéans qui se divertissoient à railler les passans.

"Après la mort de Pasquin, en creusant devant sa boutique , on trouva une statue d'un ancien gladiateur, bien taillée, mais mutilée de la moitié de ses membres : on l'exposa à la même place où on l'avoit trouvée , au coin de la boutique de Pasquin, et, d'un commun consentement, on lui donna le nom du mort.

Depuis ce temps-là, on attribue à sa statue toutes les satyres et les brocards; on les lui met dans la bouche , ou on les affiche sur lui, comme si tout cela venoit de Pasquin ressuscité. Pasquin s'adresse ordinairement à Marforio , autre statue dans Rome, ou Marforio àPasquin, à qui on fait faire la réplique. .., .. , ..•.

Les réponses sont ordinairement courtes, piquantes et malignes. Quand on attaque Marforio, Pasquin vient à son secours; et, quand on l'attaque, Marforio le défend à son tour ; c'est-à-dire que les satyriques font parler ces statues comme il leur plaît.

Cette licence, qui dégénère quelquefois en libelles diffamatoires , n'épargne personne, pas même les papes , et cependant elle est tolérée. On dit qu'Adrien VI, indigné de se voir souvent en butte aux satyres de Pasquin, résolut de faire enlever la statue pour la précipiter dans le Tibre, ou la réduire en cendres, mais qu'un de ses courtisans lui remontra ingénieusement que si l'on noyoit Pasquin, il ne deviendroit pas muet pour cela , mais qu'il se feroit entendre plus hautement que les grenouilles du fond de leur marais, et que, si on le brû^oit, les poètes, nation naturellement mordante , s'assembleroient tous les ans au lieu de son supplice , pour y célébrer ses obsèques, en déchirant la mémoire de celui qui l'auroit condamné. Le pape goûta ces sages avis , et la statue ne fut point détruite. Le même motif peut la conserver long-temps. A Rome, on appelle pasquinades les épigrammes, les bons mots et les satyres que l'on fait , soit contre les personnes en place , soit contre l«s particuliers qui y donnent lieu par quelques vices ou par quelques ridicules.

. . (anonyme.)

PASSANT.

[ocr errors]

N dit un lieu passant, une rue passante , lorsqu'on y passe beaucoup; un passant, de celui qui passe ou dans une rue, ou sur une route, ou dans une ville. Passant se prend aussi substantivement. M. Piron a employé ce, mot,, dans son épitapae, et comme participe et comme substantif.

Ami passant, qui desirez connoître'"

Ce que je fus, je ne .voulus rien être:

7e vécus nul , et certes je fis bien;

Car , après tout, bien fou qui se propose,

De rien venu, s,ett retournant à rien ,

D'être, en passant, ici bas quelquecftase.

-' '' .'.' . •'' "'. :. (anon'y-me. )

[table]

J-i E s penchans, les inclinations, les deisirs. et les aversions, poussés à un certain degré de* .vivacité, joints à une sensation confuse de plaisir ou de douleur, occasionnés ou accompagnés de quelque mouvement irrégulier du sang et des esprits animaux ,. c'est ce. que nous nommons passions. Elles vont jusqu'à ôter tout :usage de la liberté , état où l'ame est, en quelque manière, rendue passive; de là, le nom de p.ass/o/is. •1. ,'

Le plaisir et la peine sont les pivots sur lesquels roulent toutes nos affections, connues spus le nom d'inclinations et de passions. La bonté divine a attaché un sentiment agréable à l'exercice modéré, de no* Jàcqjfés corporelles. Tout cq qui satisfait nos besoins, sans aller au-delà, donne le sentiment du plaisir. La vue d'une lumière douce, des couleurs gaies sans être éblouissantes, des objets à notre portée, des sons nets, éclatans, qui n'étourdissent pas , des odeurs qui n'ont ni fadeur, ni trop de force, des goûts qui ont une pointe sans être trop aiguë, une chaleur tempérée , l'attouchement d'un corps uni; tout, cela plaît, parce que cela exerce nos facultés sans las fatiguer. Le contraire ou l'excès produit .un effet tout opposé. ■

De toutes les beautés, il en est peu qui nous touche plus que celle de la vertu qui constitue notre perfection; et de toutes les laideurs, il n'en est point à laquelle nous soyons ou nous devions être plus sensibles qu'à, celle du vice. L'amour de nous-mêmes, cette passion si naturelle et si universelle, et qui est,, on peut le dire, la base de toutes nos affections , nous fait chercher sans cesse en nous et hors de nous des preuves de ce que nous sommes à l'égard de la perfection. Celui-là qui, regardant en hiii-' 1nêmey n'y voit qu'imperfection ou un abus1 continuel des talens dont Dieu l'a . doué y a beau s'applaudir tout haut d'être parvenu, par ses désordres, au comble de la. fortune; son ameest en secret déchirée par de cùiaans remords, qui lui mettent sans cesse devant les yeux sa honte, et .qui lui rendent son existence haïssable. En. vain, pour étouffer ce sentiment douloureux, ou pour en détourner

« AnteriorContinuar »