Imágenes de página
PDF

fait du voluptueux, du naïf, du léger Anacréon, un bel esprit qui s'étudie à dire des gentillesses.

Si la Motte est didactique, il l'est plus que Rousseau, et l'est avec moins d'agrément : s'il s'égare , c'est avec un sang froid qui rend son enthousiasme risible : les objets qu'il parcourt ne sont liés que par des que vois-je? et que tois-je encore ? C'est une galerie de tableaux, et, qui pis est, de tableaux mal peints. Ce n'est pas ainsi que l'imagination d'Horace voltigeoitj ce n'est pas même ainsi que s'égaroit celle de Pindare. Si l'un ou l'autre abgndonnoit son sujet principal, il s'attachoit du moins à son épisode , et ne se jetoit point au hasard sur tout ce qui se présentoit à lui.

La Motte n'est pas plus heureux, lorsqu'il imite Anacréon; il avoue lui-même qu'il a été obligé de se feindre un amour chimérique , et d'adopter des mœurs qui n'étoient pas les siennes: ce n'étoit pas le moyen dHmiter celui de tous les poètes anciens qui avoit le plus de naturel.

Mais, avant de passer àl'odeanacréontique, rendons justice à Malherbe : c'est à lui que l'ode est redevable des progrès qu'elle a faits parmi nous. Non seulement il nous a fait sentir le premier de quelle cadence et de quelle harmonie les vers français étoient susceptibles; mais , ce qut me semble plus précieux encore, il nous a donné des modèles dans l'art de varier et de soutenir les mouvemens de l'ode, d'y répandre la chaleur d'une éloquence véhémente , et ce desordre apparent des sentimens et des idées qui fait le style passionné. Lisez les premières stances de l'ode qui commence par ces vers:

Que diriez-vous, races futures,
Si quelquefois un vrai discours
Vous récitoit lesaventures
De nos plus admirables jours?

Le style en a vieilli sans doute ; mais , pour les mouvemens de l'ame, il y a peu de chose en notre langue de plus naturel et.de plus éloquent.

On a raison de citer avec éloge son ode à Louis XIII; pleine de verve , riche en images , variée dans ses mouvemens , elle a cette marche libre et fière qui convient à Tome VIII. H

Vode. héroïque. Seulement je n'aime pas à voir un poète animer son roi à la vengeance contre ses sujets. Les muses «ont des divinités bienfaisantes et conciliatrices; il leur appartient d'apprivoiser les tigres, et non pas de rendre les hommes cruels. . .,

Ce n'est pas que l'ode ne soit quelquefois guerrière , mais c'est la valeur qu'elle inspire, c'est le mépris de la mort, c'est l'amour de la patrie, de la liberté, de la gloire ; et, dans ce genre, les chants prussiens sont à la fois des modèles d'enthousiasme et de discipline. Le poète éloquent qui les a faits, et le héros qui prend soin qu'on les chante , ont également bien connu l'art d'émouvoir les esprits.

Si l'on savoit diriger ainsi tous les genres de poésie vers leur objet politique, ce don de séduire et de plaire , d'instruire et de persuader, d'exalter l'imagination , d'attendrir et d'élever l'ame , de dominer enfin les hommes par l'illusion et le plaisir, ne seroit rien moins qu'un frivole jeu.

Je viens de considérer Vode dans toute son étendue; mais quelquefois réduite à un seul mouvement de l'ame , elle n'exprime qu'un tableau. Telles sont les odes voluptueuses et bachiques dont Anacréon et Sapho nous ont laissé des modèles parfaits.

La naïveté fait l'essence de ce genre; et celui qui a dit d'Anacréon que la persuasion l'accompagne , a peint le caractère du poète et du poème en même temps.

Après Lafontaine, celui de tous les poètes qui est le mieux dans sa situation, et qui communique le plus l'illusion qu'il se fait à lui-même, c'est, à mon gré , Anacréon. Tout ce qu'il peint, il le voit, et le voit, dis-je , des yeux de l'ame ; et l'image qu'il fait éclôre est plus vive que son objet.

Horace, le digne émule de Pindare et d'Anacréon, a fait le partage des genres de l'ode. Il attribue à la lyre de Pindare les louanges des dieux et des héros ) et, à celle d'Anacréon, le charme des plaisirs, les artifices de l'amour , ses jaloux transports et ses tendres alarmes.

L'ode anacréontique rejette ce que la passion a de sinistre. On peut l'y peindre dans toute sa violence , mais avec les couleurs de la volupté. LWe de Sapho que Longin a citée, et que Boileau a si bien traduite, e9t le modèle presque inimitable d'un amour à la fois voluptueux et

brûlant.

Du reste , les tableaux les plus rians de la nature, les mouvemens les plus ingénus du cœur humain , l'enjouement, le plaisir , la mollesse, la négligence de l'avenir, le doux emploi du présent, les délices d'une vie dégagée d'inquiétudes, l'homme enfin ramené par la philosophie aux jeux de son enfance, voilà les sujets que choisit la muse d'Anacréon. Le caractère et le génie du Français lui sont favorables , aussi a-t-elle daigné nous sourire.

Nous avons peu d'udes anacréontiques dans le genre voluptueux , encore moins dans le genre passionné , mais beaucoup dans le genre galant , délicat, ingénieux et tendre. Tout le monde sait par cœur celle de M. Bernard.

Tendre fruit des pleurs de l'aurore.

[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]

Venge-toi, punis , si tu l'oses. ...,
Interdite à ce prompt retour,
Elle prit un bouquet de roses
Pour donner le fouet à t'Amour.

On dit même que la bergère
. - Dans ses bras n'osant le presser,

En frappadt d'une main légère, 1

Craignoit encor de le blesser.

Le sentiment, la naïveté, l'air de la négligence, et une certaine mollesse voluptueuse dans le style, font le charme de l'ode anacréontique ; et Chaulieu, dans ce genre, auroit peut-être effacé Anacréon lui-même si, avec ces graces qui lui étoient naturelles, il eût voulu se donner le soin d'être moins diffus et plus châtié. Quoi de plus doux, de plus élégant que ces vers à M. de la Fare 1

O toi qui de mon ame es la chère moitié;
Toi qui joins la délicatesse
Des sentimens d'une maîtresse
A la solidité d'une sûre amitié;
Lafare, il faut bientôt que la parque cruelle
Vienne rompre de si doux nœuds;
Et, malgré uos cris et nos vœux,
Bientôt nous essuierons une absente éternelle.

Chaque jour je sens qu'à grands pas
l'entre dans ce sentier obscur et difficile,

Qui va me conduire là-bas

Rejoindre Catulle et Virgile.

Là, sous des berceaux toujours verds ,

Assis à côté de Lesbie,

Je leur parlerai-de tes vers

Et de ton aimable génie;

Je leur raconterai comment

Tu recueillis si galamment

La muse qu'ils avoieut laissée ,

Et comme elle sut sagement,

Par la paresse autorisée,

Préférer avec agrément

Au tour brillant rie la pensée

La vérité du sentiment.

M. de Voltaire a joint à ce beau naturel de Chaulieu plu* de correction et de coloris ; et ses poésies familières sont, pour la plupart, d'excellens modèles de la gaieté noble et 4e la liberté qui doivent régner dans l'ode anacréontique.

Xie temps de l'ode bachique est passé. C'étoit autrefois la mode de chanter à table. Les poètes composoient, le verre à la main, et leur ivresse n'étoit pas simulée. Cet heureux délire a produit>des chansons pleines de verve et d'enthousiasme. J'en ai cité quelques exemples dans l'article Chanson. En voici deux qu'Anacréon n'eût pas désavouées:

Je ne changerois pas pour la coupe des rois

Le petit verre que tu vois:
Ami, c'est qu'il est fait de la même fougère,

Sur laquelle cent fois

Reposa ma bergère.

L'autre roule sur la même idée, mais le même sentiment n'y est pas.

Vous n'avez pas, humble fougère,
L'éclat des fleurs qui parent le printemps:
Mais leurs beautés ne durent guère,
Les vôtres plaisent en tout temps.
Vous offrez des secours charmans
Aux plaisirs les plus doux qu'on goûte sur la terre:
Vous servez de lit aux amans,
Aux buveurs vous servez de verre.

Dans tous les genres que je viens de parcourir, non seulement l'ode est dramatique dans la bouche du poète; il est encore permis au poète d'y céder la parole à un personnage qu'il introduit, et l'on en voit des exemples dans Pindare, dans Anacréon , dans Sapho , dans Horace , etc.; mais celui-ci est, je crois , le premier qui ait mis l'ode en dialogue ; et l'exemple qu'il en a laissé, doneo gratus eram tibi, est un modèle de délicatesse. ( Voyez Lyrique et Chanson. )

(M. Marmontel.)

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »