Imágenes de página
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Au Bureaude la Petite BibliothequedesThéatres, rue des Moulins, butte S. Roch, n°. 11,

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small]

CE n'est pas sans sujet que je mets votre illustre nom à la tête de cet Ouvrage ; et de quel autre nom pourrois-je éblouir les yeux de mes Lecteurs que de celui dont mes Spectateurs ont été si heureusement éblouis ? On savoit que VoTRE AzrEssE RoYAzE avoit daigné prendre soin de la conduite de ma Tragédie ; on savoit que vous m'aviez prêté quelques-unes de vos lumieres, poury ajouter

de nouveaux ornemens, on savoit enfin que vous l'aviez honorée de quelques larmes, dès la premiere lecture que je vous en fis. Pardonnez-moi , MADAME , si j'ose me vanter de cet heureux commencement de sa destinée. Il me console bien glorieusement de la dureté de ceux qui ne voudroient pas s'en laisser toucher. Je leur permets de condamner l'Andromaque tant qu'ils voudront , pourvu qu'il me soit permis d'appeller de toutes les subtilités de leur esprit au cœur de VoTRE ALTEs sE RoYALE.

Mais , MADAME , ce n'est pas seulement du cœur que vous jugez de la bonté d'un Ouvrage, c'est avec une intelligence qu'aucune fausse lueur ne sauroit tromper. Pouvons-nous mettre sur la scene une histoire que vous ne possédiez aussi-bien que nous ? pouvons-nous faire jouer une intrigue dont vous ne pénétriez tous les ressorts ? et pouvons-nous concevoir des sentimens si nobles et si délicats qui ne soient infiniment audessous de la noblesse et de la délicatesse de Vos pensées ?

« AnteriorContinuar »