Imágenes de página
PDF
ePub

tourments ne cessent-ils jamais? comment vous trouvezvous dans ces tourments ? » Et nulle voix ne lui répondait. Et les anges qui les gardaient dirent aux suppliciés de répondre à la Vierge bénie, et les suppliciés leur dirent :« depuis des siècles nous n'avons pas vu la lumière et nous ne pouvons pas lui répondre. »

La sainte Vierge alla en un autre endroit où se trouvaient en quantité des hommes et des femmes, et au-dessus d'eux bouillonnait comme de la poix. Et voilà que la Vierge pleura sur eux et demanda à l'archange: «qui sont ceux-ci? quel est leur péché?» Et les suppliciés dirent : « comment t'inquiètes-tu de nous, ô reine, mère de Dieu, rempartdes chrétiens, consolatrice des pécheurs ? » Et la Sainte Vierge dit à l'archange: « pourquoi ceux-ci sont-ils punis? » Et l'archange lui répondit : « ce sont ceux qui n'ont point cru au Père et au Fils et au Saint-Esprit, qui n'ont pas confessé que de toi est né notre Seigneur Jésus-Christ et Dieu, qu'en toi il a pris chair; et voilà pourquoi ils sont punis. »

Et la sainte mère de Dieu pleura encore sur ces pécheurs et les ténèbres tombèrent d'en haut comme si on les versait sur eux. Et l'archange dit : « ô Vierge bénie, où veux-tu que nous allions, à l'occident ou au midi? » Et la Vierge répondit : « allons au midi là d'où sort un fleuve de feu. »

Et en même temps le char des chérubins s'approcha, les quatre cents anges conduisirent Marie où elle voulait aller. Elle entra dans un lieu où elle vit quantité d'hommes et de femmes. Les uns étaient plongés dans le fleuve de feu jusqu'à la ceinture, les autres jusqu'à la poitrine, et les autres jusqu'au sommet de la tète. Ce que voyant, la Sainte Vierge pleura, et dit : « qui sont ceux-ci, quel est leur péché; qui sont ceux qui sont plongés dans le feu jusqu'à la ceinture? »

Et l'archange lui répondit : « ce sont ceux qui ont hérité de la malédiction de leurs pères et de leurs mères; et c'est pourquoi ils sont punis. »

Et la sainte Vierge dit : « qui sont ceux qui plongent jusqu'à la poitrine? Ce sont ceux qui ont battu leurs pères ou leurs mères, qui les ont outragés, qui ont forniqué avec eux('). » Et la Sainte Vierge dit: « qui sont ceux qui plongent dans la flamme du feu jusqu'au cou ? » Et l'archange dit : « ce sont ceux qui ont mangé de la chair des hommes. » Et la Vierge dit : « comment un homme peut-il manger la chair d'un homme? » Et l'archange répondit : « ceux qui ont injustement partagé avec leurs frères, qui n'ont point eu pitié d'eux; et les femmes ont mangé de leur chair, et en ont donné à manger aux petits chiens. Et c'est pour cela qu'il sont punis. »

Et la sainte Vierge dit : «qui sont ceux qui sont plongés dans le feu jusqu'au sommet de la tête? » Et l'archange dit : « ce sont ceux, ô Vierge sainte, qui jurent par la précieuse croix et mentent ensuite à leur serment. »

Tu n'as pas encore vu, à Vierge pleine de grâce, les grands châtiments. Et l'archange dit: « où veux-tu que nous allions, à l'occident ou au midi ? » Aussitôt, le char des chérubins s'approche, et les quatre cents anges enlèvent la Vierge et la conduisent dans un endroit où se trouvaient des lits dressés sur la flamme du feu; et là étaient couchés en grand nombre des hommes et des femmes, et des dragons de feu.

(') Le texte porte auvTéxvouç, M.Brunet de Presle. pensait que Uuvtexvoç désigne celui avec lequel on a tenu un enfant sur les fonts de baptême, compère, commère. On sait, en effet, qu'il naissait de cette circonstance des liens étroits entre les personnes. Estienne, évêque de Tournay, dit même que celui qui baptise un enfant (s'il est laïque), contracte une affinité spirituelleavec la mère, qui l'empêche de pouvoir contracter mariage avec elle, ou de vivre avec elle comme avec sa femme, s'ils étaient mariés auparavant. » (Ellies Du Pin, Histoire des Controverses ecclésiastiques, XII« siècle, 2' partie, p. 593.)

Et quand elle les vit, la sainte Vierge pleura, et elle dit : «qui sont ceux-ci et quel est leur péché?» Et l'archange répondit : « ce sont ceux, ô sainte Vierge, qui ne s'éveillent point à l'aurore du saint jour du dimanche, mais restent dans leur lit comme des morts, et c'est pour cela qu'ils sont punis. »

Et la sainte Vierge vit dans un autre endroit un arbre dressé ; il était de fer, il avait des branches et à ces branches étaient suspendus des hommes et des femmes en grande quantité, les uns par le nez, les autres par les ongles, d'autres encore par les doigts.

Et la sainte Vierge y vit une femme suspendue par la langue; autour de son cou était enroulé un dragon, et il lui rongeait la bouche.

Et la sainte Vierge interrogea l'archange : « quelle est cette femme, et quel est son péché?» L'archange lui répondit : « cette femme est Hérodiade, celle qui coupa la tête de Jean le précurseur et le baptiste. »

« Quels sont ceux qui sont pendus aux branches de cet arbre, et quel est leur péché ? » Et l'archange répondit: « ce sont les parjures, les blasphémateurs, les médisants, ceux qui séparent les frères de leurs frères. »

Et la sainte Vierge vit un homme pendu... (lacune.)

Et la sainte Vierge vit dans un autre endroit des escabeaux de feu, et sur ces escabeaux quantité d'hommes et de femmes. Et la sainte Vierge demanda: « qui sont ceux-ci, et quel est leur péché? Et l'archange lui dit: « écoute, Vierge sainte, ce sont ceux qui voyant les prêtres entrer dans la sainte Eglise et en sortir, ne les saluent point quoiqu'ils soient comme les messagers de Dieu et c'est pour cela qu'ils sont punis. Ici la sainte Vierge dit : « peut-on se purifier,et que faut-il faire ?» Et l'archange lui dit:

Là s'achève ce que le manuscrit grec 390 nous a conservé de cette révélation. La fin qui nous manque, M. Constantin Tischendorf nous la fait connaître au moyen du manuscrit de la Bibliothèque de Venise 43. Voici ce qu'on y lit : « enfin Marie prie les anges de la conduire en la présence du Père invisible qu'elle veut fléchir par ses larmes. L'archange lui répond que lui et les anges, sept fois par jour et sept fois par nuit, prient Dieu pour les pécheurs sans avoir pu encore désarmer sa colère. Elle s'écrie alors : «jetez-moi en présence du Père invisible. »Une voix répond bientôt à Marie: «je ne puis les prendre en pitié. » La sainte Vierge appelle à son aide Jean le baptiste, les prophètes, les patriarches, les martyrs, les hermites, les justes. Une voix se fait entendre: « pourquoi m'implorez-vous ?» Marie répond: « pour les pécheurs. » Alors cette réponse lui est faite: « à cause des larmes de ma mère,àcause de l'invocation de mes saints anges, à cause de l'amour des prophètes, des docteurs et des martyrs, à cause de tous mes saints j'accorde un relâche aux pécheurs ('). » Marie remercie son Fils, les anges unissent leurs actions de grâce aux siennes, et une voix se fait entendre de nouveau : « portez ma mère dans le paradis.» Aussitôt lechar des chérubins la met dans le paradis. Là elle voit les justes et saint Michel lui fait connaître les vertus de chacun d'eux.

(') Pi'feré U.e êu.itpixrOev Toù àopaTOu iiaTpoç. — oùx ïxwnSç Ekerpiii àuTOûç. — Ti'voç ëvexev jxe TiapaxaXeïTe; — Aik irffi jxr,Tpôç jxou Tà Sâxpua xal Sià T/)v itapoixâXr,uiv Tûv àyiwv jxou iyyEkmv xai Su Tr)v a.yimy Tûv irpoipiiTàiv xal oiîaaxâXwv xal jxapTûpwv xal Sià 7iavTaç Touç àyi'ouç Jxou xap'Ç<0 âvwiv Tdiv àu.apTwXwv, e'c. Prol. p. XXIX. — Dans la Vision de saint Paul, poëme inédit du XIIIe siècle, donné par Ozanam dans son ouvrage iutitulé Dante et la philosophie au XIII' siècle, voici en quoi consiste cette trêve accordée uux suppliciés par Jésus-Christ:

Amis, frères, por vostre amor,
Et meismement por ma douçor,
Vostre prière vos otri
Que li chetif aient merci.
Aient merci et suatume (salut)
Toz tens muis par costume,
De la nunne al samedi
Desi ke vienge le lunsdi.

Cette dernière partie, fait observer M. Tischendorf, est très courte; c'est comme un appendice de ce qui précède.

L'éditeur n'a fait qu'extraire quelques lignes des trois manuscrits anglais, vénitien, autrichien, et la langue de ces extraits lui suggère cette réflexion : Dictio jam ad Grœcitatem recentiorem defleclit; nec id librariis sed ipsi auctori deberi videtur : certe enim totum opus monachum mediœ œtatis prodit. En effet, dans le manuscrit de la bibliothèque de Saint-Marc à Venise Ttqç prend partout la place d'aù-cîfc, elvai se trouve pour EÎai, uoXXaîçet àvapî0fxoiTati;(sic) pour TtoXkrv. et àvapi'ôpY)Toi.

Rien de semblable dans notre manu scrit 390. La langue sans y être exempte de ces déviations grammaticales que le temps fit subir au grec (è7tàva> <xùtouç - Ouèp aù-:w; -) n'offre qu'une seule trace de la grécité moderne dans ces deux mots uupivo TO>Taf« pour nupivo; TOTau.o;; encore est-ce plutôt la faute du copiste que de l'auteur. Le manuscrit est attribué par les auteurs du catalogue de notre grande bibliothèque au XVe siècle; le texte qui nous occupe est assurément fort antérieur à cette époque. Je n'hésiterais pas à faire remonter la composition de cette Apocalypse au moins au VIIIe ou au IXe siècle ; en tout cas la rédaction que j'ai sous les yeux, sans croire qu'elle soit originale, diffère assez de celles que M. Tischendorf assigne au moyen âge pour qu'elle me paraisse venir de beaucoup plus haut. Il était difficile que des ouvrages de cette nature demeurassent dans une forme rigoureusement la même. L'idée une fois trouvée, chacun s'en servait à son gré selon l'intention présente qui le dirigeait. C'était un cadre commode où l'auteur insinuait les conseils, les reproches, les paroles d'édification que lui inspirait la nécessité du moment. C'est ainsi qu'au moyen âge toutes les nombreuses descentes aux enfers inventées par les moines avaient toujours,

« AnteriorContinuar »