Imágenes de página
PDF
ePub

« Qui pourrait dire l'étendue des biens du seigneur Ptocholéon ? c'était son nom.Millechameaux paissaient pour lui dans les plaines, sept cents brebis broutaient l'berbe de ses prairies, ses chèvres étaient aussi nombreuses que les étoiles; nulle langue, nulle bouche ne saurait dire, nul esprit ne saurait énumérer toutes les richesses de cet homme.

« Tant d'opulence et de bonheur devait exciter l'envie de l'ennemi du genre humain. Le Diable se plut à renverser cette puissante maison, et la pauvreté remplaça bientôt ces étonnantes richesses.

« En effet, les Arabes poussent leurs courses jusqu'au pays qu'habitait le vieillard. Les chameaux, les ânes, les brebis, les chèvres, les pâtres, les bergers sont ravis par eux. Ce qu'ils n'emportent pas, ce qu'ils ne mangent pas, ils l'égorgent.

« Voilà donc le vieillard et ses fils réduits à l'indigence, ils ne savent plus que faire. Un jour, ses fils et ses filles, ses gendres et leurs enfants, se sont rassemblés devant lui et ils lui ont dit: « Eclairez-nous de votre sagesse, faites-nous savoir ce qu'il faut faire: donnez-nous à manger. »

u A cette vue le vieillard se trouble, il pleure; il dit enfin: Ecoutez, mes enfants, j'ai été juge dans le palais des rois, ma prudence me distinguait entre les autres, et je n'ai reçu aucune faveur du prince. Il en est des rois comme d'un foyer pendant l'hiver, grands et petits se pressent autour; les plus rapprochés en sentent le mieux la chaleur. Ainsi, l'amitié des rois tombe en rosée bienfaisante sur ceux qui les approchent de plus près. Il est vrai de dire aussi que leur colère les atteint les premiers, et se fait cruellement sentir à eux. Les princes, mes enfants, honorent les esclaves qu'ils possèdent; liez-moi donc les mains, entourez-moi de solides attaches et menez-moi vers le roi ; vendez-moi; peut-être aurez-vous cinq mille écus de ma personne. Ne craignez rien; faites ce que je vous dis.

« A cette étrange proposition, les enfants du vieillard jettent les hauts cris et répandent des larmes. Cependant ils font ce que leur père leur a prescrit : ils l'attachent solidement et le conduisent au palais du roi.

« Le prince envoie vers eux le trésorier de son palais; celui-ci marchande l'esclave et demande ce qu'il sait faire. Il possède, disent ses fils, trois connaissances précieuses: d'abord il connaît à merveille le naturel des hommes ; en second lieu, il se connaît à l'or et aux pierres précieuses, en troisième lieu aux chevaux. — Quel prix en faites-vous? j'ai besoin de le savoir pour le redire au roi.— Cinq mille écus d'or. — Le trésorier s'approche du vieillard : est-ce vrai, ce qu'ils disent de toi? Et le vieillard lui répond : Je ne demande, moi, que cent pièces d'or; donne-les moi, et prends-moi; mes enfants ne savent ce qu'ils disent, ils ne savent pas ce que je vaux. Le trésorier s'en va, il raconte au roi ce qui vient de se passer. Il revient, il achète le vieillard. On le met dans sa geôle, et l'on recommande au geôlier de lui donner un biscuit par jour, et une seule fois à boire. Le trésorier se figura que cetesclave n'était qu'un misérable paysan, fils de quelque misérable femme.

« En ce temps-là vint un marchand, Syrien d'origine; il avait une belle pierre. Les joailliers, les bijoutiers vinrent avec les princes et les changeurs, et ils dirent au roi qu'il devait acheter ce précieux joyau pour en faire l'ornement de sa couronne. Il donne donc soixante mille pièces d'or et d'argent pour prix de cette pierre. « Il y avait déjà longtemps qu'il la tenait en sa possession quand, une nuit, il lui vint à l'idée de la montrer au vieillard ; il l'envoie chercher, on le conduit devant lui. On apporte le joyau, on le montre au vieil esclave. Les Bulgares, lesTartares commencent à rire. Vois, disent-ils par dérision, vois, et dis ce que vaut cet objet. Et le vieillard leur répond : Il a bien la valeur de trois noix.

« Le roi s'emporte. — Ne vous irritez pas, dit le vieillard, votre pierre ne vaut que ça, j'ai dit la vérité. Ecoutez-moi, prince, cette pierre fameuse renferme un ver; laissez venir l'été, laissez venir les chaudes journées, le ver aura bientôt percé la pierre. Du reste, ne vous en tenez pas à ce que je dis, faites venir votre joaillier, donnez-lui la pierre, et qu'il voie si j'ai menti.

« Le roi fait alors venir le grand joaillier. Celui-ci prend la pierre, il la scie, et il y trouve le ver dont le vieillard avait indiqué la présence; on vit qu'il rongeait la pierre. Le roi, surpris, admire la sagesse du vieillard. On le reconduit pourtant dans sa prison obscure; seulement le geôlier reçoit l'ordre de lui donner deux biscuits par jour et deux fois à boire.

« D'autres années s'écoulent. Une femme se présente à la cour. Le roi, cette fois sur ses gardes, ne se laisse pas séduire à ses appas. Le prince pense au vieil esclave, il l'envoie chercher. Examine, lui dit-il, ce qu'est cette femme et ce que j'en puis attendre. — Laissez-la, dit le vieillard, seule avec moi. — Soit, prends-la seule avec toi, comme un père le ferait pour sa fille, examine-la.

« Le vieillard prend avec lui l'étrangère. Ils sont tous les deux seul à seule dans une chambre du palais. Quittez vos vêtements, prescrit le vieillard; et la femme obéit, sans éprouver la moindre honte ni la moindre crainte. Le vieillard la tourne et la retourne, il l'examine, et s'en revient au roi.— Allons, vieillard, dis-moi ce qu'il faut que je pense. — Je vais vous satisfaire; elle ne vaut rien, elle est fille d'un musulman et de quelque méchante femme; si vous l'épousez, votre cœur ne tardera pas à s'en repentir. Ces mots affligent le roi, il ne peut se consoler de perdre ainsi la femme dont la beauté avait fait d'abord sur lui la plus vive impression. Il presse de questions le vieillard, il veut savoir tout ce qui regarde les parents de l'étrangère. Bientôt il remercie Dieu qui le tire du danger, et l'arrache aux mains du démon.

« Comme la première fois, pas une des paroles du vieillard ne se trouva fausse.

« Rempli de joie, le roi prend le vieillard en secret: — Dis-moi aussi quelle est ma nature, je voudrais bien savoir quelle est ma naissance. —Ayez pitié de moi, s'écrie le vieillard; vous exposez ma tête, ma vie, la lumière de mes yeux, si vous m'obligez à dire quelle est votre nature. Le roi jure de ne point le maltraiter; il lui fait présent de fortes sommes d'argent. Ptocholéon cherche encore une fois à se soustraire à cette terrible révélation.—Pourquoi ces ordres, pourquoi cet argent? Eh bien! sachez-le donc, vous êtes fils d'un esclave, d'un boulanger, un misérable paysan; vous n'êtes roi que par la royauté que vous possédez, et pas autrement.

« Le roi se trouble, il s'étonne; il envoie chercher sa mère.

« — Qu'est ceci? lui dit-il; est-ce vrai, ce que dit Ptocholéon? Il m'a révélé le secret de ma naissance, et prétend que je suis fils d'un esclave, que je suis un misérable vilain.

« Ecoute donc, lui dit sa mère. Ton père, le roi Pierre, avait une maladie de la vessie; il n'avait pas d'enfant, son chagrin en était profond et vif; il pensait à sa couronne. Je songeai donc, moi, à avoir un enfant de quelqu'un des grands delà cour, mais j'eus peur que celui que j'aurais choisi par amour n'eût recours à la ruse, ne tramât quelque perfide intrigue et ne s'emparât du trône. Il y avait dans le palais un esclave qu'on appelait Moustapha; je m'approchai de lui et j'eus de lui un fils, c'est toi-même.

« Le prince revient auprès du vieillard, il se prosterne devant lui, il tombe à ses pieds, il les embrasse. Il le conjure au nom de Dieu de garder le secret sur la révélation de la reine. — Je te donne la liberté, je te donne tout l'argent que tu peux désirer; veille sur ma vie, je veillerai sur la tienne, reçois en présent cette perle qui vaut soixante mille écus d'or.

« Le vieillard accepte ces bienfaits, il retourne vers sa famille à laquelle il fait part de ses biens. En peu de temps il remonte au rang d'où le malheur l'avait précipité : ses richesses sont aussi grandes qu'avant. Ainsi Dieu honore les hommes sages, ainsi la science de Ptocholéon lui rendit la fortune qu'il avait autrefois. »

Il serait difficile de dire au juste le temps et le pays où se passa cette aventure merveilleuse. On peut croire pourtant que le théâtre où se développent le dévouement d'abord et ensuite la science de Ptocholéon n'est autre que la cour impériale de Constantinople. Sous quel souverain? Il n'est pas plus aisé de le dire, il serait même téméraire de le rechercher; il est vrai pourtant que le père de ce prince trop curieux est désigné sous le nom de Pierre. Pour trouver ce nom dans la liste des empereurs, il faut descendre jusqu'en 1216, époque où Pierre deCourtenay fut désigné pour occuper le trône de Constantinople. S'il était possible de prendre au sérieux cette indication, le récit aurait pour principal héros Robert de Courtenay, second fils de Pierre, qui fut chassé par ses sujets en 1228.

Supposez un instant que cela soit vrai, le conte de l'écrivain deviendrait pour nous une œuvre intéressante. Nous y verrions un Grec asservi à une domination qu'il déteste, et nous ne serions pas surpris qu'il ait imaginé cette fable ridicule pour rendre méprisable

« AnteriorContinuar »