Imágenes de página
PDF
ePub

la Grèce, Platon, Aristote, Proclus et Porphyre. Il est bien probable qu'il parlait grec. Le même historien fait remarquer qu'il n'avait pu attrapper la vraie prononciation, et qu'en écrivant le grec il lui échappait souvent des solécismes et des barbarismes. Il y a en outre dans les manuscrits de la Bibliothèque de Vienne un livre grec de Jean l'italien sous ce titre : MéQoSoç p^opui^ç w„x

Lami fait observer (*) que le grand nombre de manuscrits grecs conservés a Florence, et qui datent du Xe et du XIe siècle, attestent combien l'érudition grecque fut alors répandue dans cette cité que Marcello Adriani appelle la mère et la nourrice des belles connaissances et en particulier des lettres grecques, « madré e nutrice délie belle cognizioni, e in particolare délie lettere greo che. » Angelo Maria Bandini (3), confirme ce témoignage (*).

Un autre érudit nommé Manni, tire les mêmes inductions des peintures et des inscriptions qui remontent aux mômes sièoles(5).

(') V. Lambecius liv. 7, p. 149, des Commentaires sur la Bibliothèque impériale. — Vienne 1665. p. 48.

(■) Part. 1. Odopericon p. 229, Florentise.

(') P. XXVI de la Préface. Spécimen littératures Florentine* seculi XT. Florenti» 1748.

(») P. 49. < Seculo X et XI normullos latinis non modo sed et grsecis litteris incubuisse crediderim, et quod insignia vcterum codicura per ea tempora conscriptorum exeraplaria grseea et latina in tribliotheea monaehorum Caainensium Florentin, ea tempestate constructa adserventur. »

(b) « Dalle pitture, mercechè io conservo cinque pitture, alcune délie quali sono assolutamente del seeolo Xr, se piuttosto non vogliamo dire de! X.-., ch« hanno inscrizioni grecche. e non solo notai, ma inscrizioni di niu righe o linee con varie abbreviature condotte, che mostrano la perizia in esse de gli Arteflci... «

XXVII.

La liste des Italiens hellénisants au XIIe siècle s'ouvre par le nom de Grossolano, archevêque de Milan, mort en l'an 1117. Le pape Pascal II l'envoya à Constantinople pour combattre les restes de la secte de Michel Cérulaire. Trithème (') le désigne ainsi: « Grisolanus, ecclesiae mediolanensis archiepiscopus, vir in divinis scripturis eruditissimus et in sœcularibus litteris mirabiliter doctus graaca et latina eloquentia insignis. » Baronius ajoute à ces détails ceux que voici : « Illud satis perspectum Grisolanum ipsum Constantinopolim cum pervenisset adversus Graecos de spiritu sancto disputationem instituisse coram ipso Alexio imperatore, quam quidem ipsi graece scriptam reliquit (*). » A l'archevêque de Milan succède sur la liste des hellénistes italiens, un moine bénédictin du mont Cassin, nommé Pierre Diacre. Cave lui attribue la traduction en latin de quelques livres grecs, entre autres celui d'Eva ou Evax, roi d'Arabie sur les pierres précieuses (3).

S'il fallait en croire Lebeuf, Gaddi, Launoi, Antoine Favre, Jean Nicolai, et le Père Touron,on ne devrait pas inscrire Saint Thomas d'Aquin parmi les hommes de son temps qui ont connu la langue grecque. En considérant les grands ouvrages de l'ange de l'Ecole, les citations fréquentes qu'il fait d'Aristote et des Pères grecs, le profit qu'il tire des livres grecs, en considé

(') De scriptoribus Ecclesiasticis n. 397.

(2) P. 54.

(3) P. 55. « Librum Hevse régis Arabise de pretiosis lapidibus ad N'eroneru iinperatorera... de grseco in romanain linguam transtulit. » Ce livre d"Evax (tait écrit en Arabe.

rant de plus que beaucoup de Dominicains s'adonnèrent dès lors à l'étude de cette langue, Gradenigo croit qu'il est impossible de refuser à l'auteur de la Somme la connaissance du grec; cependant il demeure dans l'impuissance de réfuter avec autorité cette assertion d'Oudin qui le blesse : « Nesciebatlinguas quas appellant exoticas; graecanec tantisper intelligebat ('). »

En rendant compte au papeEugènelII de la mission dont il avait été chargé près de l'empereur Manuel Comnène, par l'empereur Lothairell, Anselme, archevêque de Ravenne, mort en l'année 1159, cite un Italien, Moïse de Bergame, comme un homme fort instruit dans la connaissance du grec: « Tertius inter alios prœcipuus graecarumetlatinarumlitterarum apud utramque gentem clarissimus Moyses nomine, italus natione, ex civitate Bergamo : iste ab universis electus est, ut utrinque fidus esset interpres. » Quoique ce témoignage soit le seul que Gradenigo ait pu recueillir sur ce Moïse, rien ne nous empêche de l'admettre parmi les Italiens grécisants du XIIe siècle (*).

Le même Anselme fait aussi mention d'un Italien nommé Jacques, issu de Venise, célèbre par sa science du grec : «aderant quoque non pauci latini, inter quos fuere très viri sapientes in utraque linguaperiti,litteratura doctissimi, Jacobus nomine, Veneticus natione(3).»

On ne peut refuser l'honneur de figurer sur cette liste àAlbéricde Bologne (1150) qui a traduit du grec les Aphorismes d'Hippocrate(4); à Hugues et Léon, deux frères nés en Toscane. Tous les deux ils se signalèrent par leurs discussions avec les Grecs de Constantinople. Voici ce queThrithême dit de Hugues(5) : « Hugo Hete

(') P. 62.

(!) P. 62.
(») P. 68.
(») P. 70.
(5) De Script. Eccles. u* 3&8.

rianus, graecoetlatino sermoneadperfectuni instructus, quem tota Graecia mirabatur... scripsit multa prseclara volumina tam graece quam latine. » Au numéro 400, il parle ainsi de Léon : « Léo, natione tuscus, imperialium epistolarumsubEmmanueleGraecorum principe magno interpres grseco et latino sermone peritus, cujus officiumeratepistolasmissas imperatori velaliismittendas de lingua transferre in linguam. » On lui doit aussi la traduction de la messe attribuée à Saint Jean-Chrysostome, et celle des Oneirocritiques grecs, ouvrage qui contient les diverses opinions des Egyptiens, des Indiens et des Persans sur l'interprétation des Songes (').

Godefroi de Viterbe a eu de tout temps la réputation dun helléniste instruit. On lui attribuait la gloire d'avoir su un grand nombre de langues, c'était l'opinion de Jean-Baptiste Thiers (*), celle aussi de Basile Hérold qui en 1584, dans son Panthéon (3), imprimé à Francfort, écrivait qu'il savait le latin, le grec, l'hébreu, le chaldaïque, et beaucoup d'autres langues étrangères. Muratori, qui a imprimé la plus grande partie del'histoirede Godefroi de Viterbe, depuis Adam jusqu'à l'année 1186, ne croyait pas qu'il fût aussi savant qu'on le disait. Les Journalistes de Florence n'ont pu malgré leur autorité empêcher Gradenigo de le maintenir parmi les italiens distingués par la connaissance du grec (4).

Huguccio et Burgundio, tous les deux de Pise (1190) ferment la liste du XIIe siècle. Le premier avait composé un dictionnaire étymologique où plusieurs expressions grecques servaient à donner le sens précis et l'étymologie des termes latins ; Gradenigo n'a pu se procurer cet

[ocr errors]

ouvrage. 11 a cité le témoignage qu'en a rendu Du Cange dans la préface de son glossaire mediœ et infimœ latinitatis : « Hic parvulus delectabitur suavius... hic didas

cali quadriviales Si quaerit quod operis hujus fuerit

instrumentum, respondendum est, quod patriapisanus, nomine Hugutio, quasi Vigitio, id est virens terra non solum sibi sed etiam aliis ('). »

Le second, Burgundio, fut chargé d'une ambassade par Frédéric Barberousse 'auprès de l'empereur Manuel. Nous n'avons pas besoin d'apporter d'autre attestation de son hellénisme que ce qu'il dit lui-même dans le prologue de l'un de ses ouvrages: « Omnibus in Christo fidelibus Burgundio judex et civis pisanus in Domino salutem. Cum Constantinopolim pro negotiis publicis patriae mese a civibus meis ad imperatorem Emmanuelem missus essem... cum beati Joannis Chrysostomi super evangelium S. Mathaei duse expositiones imperfectse ab eo conditae proferantur... praedictum opus integrum de grœco in latinum transtuli. » Burgundio traduisit en outre l'Evangile de Saint Jean ; il reconnaissait aussi avoir traduit une partie du livre de la Genèse, et l'ouvrage de Saint Jean-Damascène sur la foi orthodoxe. Pignoria, dans sa lettre trente-deuxième nous apprend qu'il avait traduit un traité de Grégoire de Nysse sur l'âme, et le livre de la Vendange tiré de l'ouvrage grec intitulé TecoTOvixa (').

(') P. 84.

(-) P. 91,94. Ce passage important mérite dVtre rapporté ici tout entier: « Huic sunt qui adscribant versiones eorum,quse in Pandectis grsece leguntur, licet Accursius bulgarum interpretem esse velit. Porro hic noster tune tempe ris graca lingua inclurait, et memini me vidisse olim apud nobilissimum virum et ab eruditionis laude clarissimum, Vincontium Pinellum, Codicem. MS. hoc titulo.'Incipit liber Vindemisa a Domino Burgundio Pisano de graeco in latinum translatas, quse erant Scbedia Oeoponicou. Incidit etiam in manus meas versio libelli nescio cujus Gregorii Nisseni ita inscripta ; liber Beati Oregorii Nisseni incipit : Dominatori Kridcrico invictissimo Romanorum imperatori, et Cœsari semper Auguste, a Burgundionc judice, natione Pisano, translatas anuo Incarnationis 1106 indict. XIII.»

« AnteriorContinuar »