Imágenes de página
PDF
ePub

Une école célèbre florissait alors à Toulouse. Ozanam a parlé des études bizarres qui s'y faisaient, des douze latinités qui y avaient cours, des jeux de mots, des énigmes, des périphrases, des chiffres qui composaient le mérite de Virgile le grammairien. Nous renvoyons les lecteurs (!) à ce qu'il en a dit. Ce qu'il y avait de sérieux dans cette école, c'est qu'on y faisait profession d'étudier le latin, le grec et l'hébreu. C'est dans cette ville que vinrent s'instruire plusieurs moines Irlandais, et nous les avons vus cultiver dans leur patrie les secrets de l'école toulousaine.

Entre les raffinements dont se piquaient les docteurs de Toulouse, le principal était de créer des mots : il les empruntaient à la langue grecque. Ainsi, l'on disait charaxare, pour écrire, de thronos, trône, on faisait (hors, le roi qui s'y assied. «Quod Graece dicitur thronus, undeet qui in eo sedet thors, id est rex, nominatur.» On lit à la page 94 anthropea, à la page 97 catizo (*). A Toulouse, on avait deux bibliothèques; l'une était consacrée aux ouvrages des philosophes païens, l'autre renfermait exclusivement ceux des chrétiens. Cette distinction n'entraînait pas le discrédit des études antiques. On reconnaissait qu'il était nécessaire de laisser aux hommes instruits dans les sciences du siècle, l'habitude de continuer les travaux auxquels ils s'étaient d'abord livrés : « hune namque morem, ex apostolico

(") P. 421.

(») Virg. epist. p. 9. Ozanam. p. 430. — Mai auctores classici, t. V, Virgile de Toulouse. Dans l'épitome, V. de Catalago grammaticorum, on lit: Erat apud vEgyptum Gregorius Grsecis studiia valde deditus, qui tria millia librorum de Grsecorum historiis conscripserat. Aput Nicomediam Balapsitus nuper vita functus, qui nostrse legis libros, quos ego in Grseco babui sermone, me jubente vertit in latinum, quorum principium est : principio cœlura terramque omniaque astra spiritus intus alit. — P. 94. Anthropea mens uno sub totum momento pervolans polum. — P. 9". Hoc ergo nobis omnimodatim catizandum est. — P. 13. Adverbium perduo i charaxabU, ut hiie. — P. 14. Adverbium hisdem litteris charaxari solita. — P. 87 Epita (Sittifa) igitur. — P. 88. De même Epita, igitur.

rum auctoritate virorum, romana tenuit ac servavit ecclesia, ut christianorum libri philosophorum sepositi a gentilium libris haberentur. Quum enim necesse haberent homines in secularis litteratura3 studiis nati educatique, ut sapientiae ipsius consuetudinem fidèles adhuc retinerent... hocce subtilissime statuerunt ut. duobus librariis compositis, una fidelium philosophorum libros, et altéra gentilium scripta contineret ('). »

Cette bibliothèque ou librairie des gentils était sans doute composée en grande partie de livres grecs, s'il faut croire que l'expression gentilium avait conservé le sens qu'elle avait eu d'abord dans les écrits de Saint Paul, où elle désigne surtout les grecs. Peut-on douter en effet, qu'il n'y eût alors, même en Gaule, beaucoup de manuscrits grecs, quand on voitBoèce, sans sortir de l'Italie, trouver à sa disposition et sous sa main presque tous les écrits d'Aristote?

Il n'est pas permis de croire que dans les vingt écoles épiscopales (') qui existaient au commencement du VIe siècle, dans les Gaules on cultivât le grec. Nous voyons pourtant qu'on y poussait loin l'étude de la grammaire, de la rhétorique et de la dialectique. « Saint Didier de Vienne explique à ses disciples les écrits des poètes, et ne craint pas de profaner, par les louanges de Jupiter, des livres consacrés aux louanges du Christ. » Augendus, abbé de Condat (3), mort en 521, enseigne à ses dis

(') Virgilius Maro prœfat. p. 5. Epitome, I, p. 99. Epist. p. 41. Ozanam, 432.

(») Paris, Chartres. Troyes, Le Mans, Lisieux, Beauvais, Poitiers, Bourges, Clcrmont, Arles, Gap, Vienne, Châlons-sur-Sac-ue; Utrecht, Maestrich, Trêves, Yvois, Cambrai, Metz et Mouson. Hist. litt. de la France, t. III, p. 417. — Joly, Traité historique des écoles épiscopales, p. 184. — Grég. Tur. Hist. VI, 36.

(3) De même à Condat, on élevait déjeunes moines dans la connaissance de cette langue (la grecque), comme dans celle du latin. Cost ainsi que Saint Eugende, qui en fut abbé dans la suite, y fut instruit sous la discipline de S. Romain et de S. Lupicin : ut prceter latinis voluminibus etiatn Grcecn fancniiin redderetur instructux. étude qu'il continua jusqu'au-delà

ciples les deux langues grecque et latine; sans doute, Viventiol qu'Avitus de Vienne appelait pour soutenir cette école, était capable de continuer l'enseignement de ses prédécesseurs (*). La bibliothèque de Ligugé, possédait presque tous les pères grecs et latins. N'oublions pas davantage (') que Gontran, étant à Orléans en 585, y fut harangué en hébreu, en arabe, en grec et en latin (3). Les auteurs de VHistoire littéraire de la France, font avec assez de vraisemblance et de raison, honneur des harangues en langues grecque, arabe et hébraïque aux juifs qui étaient dès lors fort répandus dans les Gaules (*).

Nous avons recueilli tous les témoignages qui peuvent faire croire que du V" au VIIe siècle, la connaissance du grec ne s'éteignit pas tout-à-fait dans l'Occident. Nous n'oserions affirmer pourtant, qu'à l'exception de Cassiodore et de Boèce, il y ait eu dans cette période des hommes solidement instruits en cette langue. Quels qu'aient été les efforts des fondateurs d'ordres religieux, ce serait une illusion de croire que leurs préférences les aient portés avec ardeur à l'étude du grec. Sans doute, ils conservaient les ouvrages des pères de l'église grecque, ils y ajoutaient, quand ils le pouvaient, les écrits des philosophes antiques, mais nul désormais n'était capable de saisir ces études d'une prise assez forte, pour qu'elles devinssent utiles. Nous n'avons pas refusé de croire Ozanamet M. Hauréau, quand ils se sont portés garants de l'hellénisme des Irlandais. Sans doute, les grandes écoles de Bangor, celle des Anglo-Saxons, quelques autres dans les Gaules, ou dans la Germanie, semblent être des foyers de lumière et de science; elles le sont relativement à leur temps et à la barbarie qui s'accroît. Mais l'un et l'autre de ces écrivains pourraient égarer les lecteurs par leurs affirmations trop bienveillantes ou trop enthousiastes. Ce n'est pas sans quelque déception qu'on recourt après ces guides aux ouvrages où ils ont vu, disent-ils, des traces incontestables d'un hellénisme estimable et surprenant. Quelques mots détachés de la langue grecque, quelques citations, sont peu de chose en somme. On y voit une teinture de grec plutôt que les preuves d'une instruction solide. Quelques-uns même de ces mots, comme le pantorum procerum qui commence la XIIIe lettre rapportée par Usher et qui est de Saint Aldhem, donneraient une singulière idée de sa science, s'il ne fallait y voir le désir de créer un mot hybride mêlé de grec et de latin, ou l'intention de ménager son correspondant qui lui-même n'est pas fort avancé dans l'étude de la grammaire grecque. Il faut donc se garder de l'illusion pieuse qui fascinait Ozanam; mais il faut maintenir aussi que dès ces temps-là, il y eut des asiles pour la langue grecque, il y eut des esprits cultivés qui se firent un honneur de l'étudier, qui la surent non pas à fond, mais assez du moins, pour que le fameux dicton attribué plus tard à Accurse, Grœcum est, non legitur, n'ait jamais pu en Occident être d'une vérité absolue et générale du Ve au XVe siècle.

de soixante ans, qui fut le terme de sa vie. Il est même des auteurs qui soutiennent qu'outre ces deux langues, on cultivait encore dans les anciens monastères, l'arabe et l'hébreu. Habillon. Acta B. 1.1, p. 571. n. 4. — Joly, écol. 1. I, c. 21.— Cités par les rédacteurs de l'Hist. litt. de la France, t. III, p. 31. Ibid. p. 60 : « Et Eugende ne l'ut pas moins heureux dans l'étude. Il y puisa une érudition peu commune, et se rendit familier les auteurs grecs comme les latins. — Meurt en 521.

(') Ozanam. p. 456.

(«) Hist. litt. de la France, t III, p. 429. (s) Mabillon. Acta B. t. I, p. 662. n. II. («) Hist. litt. t. III, p. 23.

[ocr errors]

Encore aujourd'hui au midi de l'Italie, dans la terre d'Otrante, il y a huit pays où l'on parle grec. Ce sont Martano. Calimera, Castrignano, Zollino, Sternatia, Soleto, Corigliano : on les désigne sous le nom commun de Grèce. Dans les environs se trouvent d'autres cités: Curse, Caprarica, Cannole, Cutrofiano, où l'on se souvient encore d'avoir parlé un langage grec qui ne s'y entend plus. A Saint-Pierre, en Galatina (San Pietro in Galatina) au commencement du XVe siècle ou à la fin du XIVe, on parlait grec. Galateo, un savant de Salente, disait à cette époque de cette ville : « cité neuve, habitée par d'honorables citoyens encore grecs. » Une bulle d'Urbain VI, de l'année 1384, s'exprime ainsi: « Quoi qu'à Galatina, il y ait tout à la fois des grecs et des chrétiens latins, les offices divins ne sont célébrés qu'en grec, les latins ne l'entendent pas. » Plusieurs autres cités ont perdu l'idiome grec qu'elles ont parlé longtemps ; dans quelques-unes, on le voit lutter encore contre l'italien qui prévaut. On y trouve quelques vieillards qui parlent grec, et surtout les femmes qui, par un privilège de leur nature, et par l'effet de leurs habitudes casanières, échappent plus que les hommes à l'influence des nouveautés, et des relations politiques ou commerciales (').

Ces pays que nous venons de nommer parlent des dialectes différents, mais ils s'entendent entre eux,

(') Voir pour tous ces faits l'ouvrage intitulé : Studi sui dialetti greci délia terra d'Otranto del prof. dott. Giuseppe Morosi. preceduto da una raecolta di canti. leggende. proverbi, e indomnelli nei dialetti medesimi. Lecce. 1870.

« AnteriorContinuar »