Imágenes de página
PDF

que reste-t-il, chrétiens, sinon qu'il aille jouir de l'objet qu'il aime ? Enfin, prêt à rendre l'ame: «Je « rends graces à Dieu, dit-il, de voir défaillir mon « corps devant mon esprit ». Touché d'un si grand bienfait, et ravi de pouvoir pousser ses reconnoissances jusqu'au dernier soupir, il commença l'hymne des divines miséricordes: Misericordias Domini in æternum cantabo (1); « je chanterai, dit-il, « éternellement les miséricordes du Seigneur ». Il expire en disant ces mots, et il continue avec les anges le sacré cantique. Reconnoissez maintenant qne sa perpétuelle modération venoit d'un cour détaché de l'amour du monde, et réjouissez-vous en notre Seigneur de ce que riche il a inérité les graces et la récompense de la pauvreté. Quand je considere attentivement dans l'évangile la parabole, ou plutôt l'histoire du mauvais riche, et que je vois de quelle sorte Jésus-Christ y parle des fortunés de la terre, il me semble d'abord qu'il ne leur laisse aucune espérance au siecle futur, Lazare , pauvre et couvert d'ulceres, « est porté par les anges au sein d'A« brabam »; pendant que le riche, toujours heureux dans cette vie,«ect enseveli dans les enfors » (2). Voilà un traitement bien différent que Dieu fait à l'un et à l'autre. Mais comment est-ce que le Fils de Dieu

(1) PSAL. 88.

(2) Factum est autem ut moreretur mendicus, et portaretur ab angelis in sinum Abrahæ. Mortuus est autein et dives; et sepultus est in inferno. Luc. c. 16, Y. 22.

nous en explique la cause? « Le riche, dit-il, a « reçu ses biens, et le pauvre ses maux dans cette « vie » (1); et de là quelle conséquence! Ecoutez, riches, et tremblez: « Et maintenant, poursuit-il, a l'un reçoit sa consolation, et l'autre son juste sup« plice » (2). Terrible distinction! funeste partage pour les grands du monde! Et toutefois ouvrez les yeux, c'est le riche Abraham qui reçoit le pauvre Lazare dans son sein; et il vous montre, ô riches du siecle, à quelle gloire vous pouvez aspirer si, «pauvres en esprit » (3) et détachés de vos biens, vous vous tenez aussi prêts à les quitter qu'un voyageur empressé à déloger de la tente où il passe une courte nuit. Cette grace, je le confesse, est rare dans le nouveau Testament, où les afflictions et la pauvreté des enfants de Dieu doivent sans cesse représenter à toute l'église un Jésus-Christ sur la croix; et cependant, chrétiens, Dieu nous donne quelquefois de pareils exemples, afin que nous entendions qu'on peut mépriser les charmes de la grandeur même présente, et que les pauvres apprennent à ne desirer pas avec tant d'ardeur ce qu'on peut quitter avec joie. Ce ministre si fortuné et si détaché tout ensemble leur doit inspirer ce sentiment. La mort a découvert le secret de ses affaires; et le pu

(1) Et dixit illi Abraham: Fili, recordare quia recepisti bona in vita tua; et Lazarus similiter mala. Nunc autem hic consolatur, tu verò cruciaris. Luc.c. 16, v.25.

(2) IBID.
(3) Beati pauperes spiritu. MATT. c. 5,.3.

blic, rigide censeur des hommes de cette fortune et de ce rang, n'y a rien vu que de modéré : on a vu ses biens accrus naturellement par un si long ministere et par une prévoyante économie; et on ne fait qu'ajouter à la louange de grand magistrat et de sage ministre celle de sage et vigilant pere de famille, qui n'a pas été jugée indigne des saints patriarches. Il a donc, à leur exemple, quitté sans peine ce qu'il avoit acquis sans empressement: ses vrais biens ne lui sont pas ôtés, et sa justice demeure aux siecles des siecles. C'est d'elle que sont découlées tant de graces et tant de vertas que sa derniere maladie a fait éclater. Ses aumônes, si bien cachées dans le sein du pauvre, ont prié pour lui(1): sa main droite les cachoit à sa main gauche; et, à la réserve de quelque ami qui en a été le ministre ou le témoin nécessaire, ses plus intimes confidents les ont ignorées; mais le « Pere qui les a vues dans le « secret lui en a rendu la récompense » (2). Peuples, ne le pleurez plus; et vous qui, éblouis de l'éclat du monde, admirez le tranquille cours d'une si longue et si belle vie, portez plus haut vos pensées. Quoi donc! quatre-vingt-trois ans passés au milieu des prospérités, quand il n'en faudroit retrancher ni

(1) Conclude eleemosynam in corde pauperis : et hæc pro te exorabit. Eccl. č. 29, v. 15.

(2) Te faciente eleemosynam nesciat sinistra tua quid faciat dextera tua.... Et pater tuus , qui videt in abscondito , reddet tibi. MATTH. C. 6, v. 3, 4.

l'enfance, où l'homme ne se connoît pas, ni les maladies, où l'on ne vit point, ni tout le temps dont on a toujours tant de sujet de se repentir, paroîtront-ils quelque chose à la vue de l'éternité où nous nous avançons à si grands pas ? Après cent trente ans de vie, Jacob, amené au roi d'Egypte, lui raconte la courte durée de son laborieux péleripage, qui n'égale pas les jours de son pere Isaac ni de son aïeul Abraham (1). Mais ces ans d’Abraham et d'Isaac, qui ont fait paroîtresi courts ceux de Jacob, s'évanouissent auprès de la vie de Sem, que celle d'Adam et de Noé efface, Que si le temps compare an temps, la mesure à la mesure, et le terme au terme , se réduit à rien; que sera-ce si l'on compare le temps à l'éternité, où il n'y a ni mesure ni terme? Comptons done comme très court, chrétiens, on plutôt comptons comme un pur néant tout ce qui finit, puisqu'enfin, quand on auroit multiplié les années au-delà de tous les nombres connus, visiblement ce ne sera rien quand nous serons arrivés au terme fatal. Mais peut-être que, prêt à mourir, on comptera pour quelque chose cette vie de réputation, ou cette imagination de revivre dans sa famille qu'on croira laisser solidement établie? Qui ne voit, mes freres, combien vaines, mais combien courtes

(1) Respondit (Jacob): Dies peregrinationis meæ centum triginta annorum sunt, parvi et mali; et non pervenerunt usque ad dies patrum meorum, quibus pere. griuati sunt. GENES, C. 47, v.9.

et combien fragiles sont encore ces secondes vies que notre foiblesse nous fait inventer pour couvrir en quelque sorte l'horreur de la mort! Dormez votre sommeil, riches de la terre, et demeurez dans votre poussiere. Ah! si quelques générations, que dis-je ? si quelques années après votre mort vous redeveniez hommes, oubliés au milieu du monde, vous vous hâteriez de rentrer dans vos tombeaux, pour ne voir pas votre nom terni, votre mémoire abolie, et votre prévoyance trompée dans vos amis, dans vos créatures, et plus encore dans vos héritiers et dans vos enfants ! Est-ce là le fruit du travail dont vous vous êtes consumés sous le soleil, vous amassant un trésor de haine et de colere éternelle au juste jugement de Dieu? Sur-tout, mortels, désabusez-vous de la peusée dont vous vous flattez, qu'après une longue vie la mort vous sera plus douce et plus facile. Ce ne sont pas les années, c'est une longue préparation qui vous donnera de l'assurance; autrementun philosophe vous dira en vain que vous devez être rassasies d'années et de jours, et que vous avez assez va les saisons se renouveler, et le monde rouler autour de vous ; ou plutôt que vous vous êtes assez yus rouler vous-mêmes et passer avec le monde. La derniere heure n'en sera pas moins insupportable, et l'habitude de vivre ne fera qu'en accroître le desir. C'est de saintes méditations, c'est de bonnes auvres, ce sont ces véritables richesses que vous enverrez devant vous au siecle futur, qui vous inspireront de la force ; et c'est par ce moyen que vous affermirez votre courage. Le vertueux Michel le Tellier vous en a donné l'exemple; la sagesse , la fidélité, la justice, la mo

« AnteriorContinuar »