Imágenes de página
PDF
ePub

LES
AVENTURES

DE
TÉLÉM AQUE,

FILS D’ULYSSE;
Par feu Mesire FRANÇOIS DE SALIGNAC
DE LA MOTTE FÉNÉLON , Précepteur
de Mesleigneurs les Enfans de France , &
depuis Archevêque-Duc de Cambrai , Prince
du Saint-Empire, &c.

[ocr errors][graphic]

A PARIS,
Chez DEL ALAIN le jeune , Libraire,

rue Sc.-Jacques, à la Science.

M. DCC. LXXXVII.
AVEC PRIVILEGE DU ROI.

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

SIRE,

J'ai cru que, voulant faire paroître cet ouvrage dans toute sa perfection, je devois commencer par avoir l'honneur de le présenter à VOTRE MAJESTÉ. Il eut le bonheur de plaire à votre Auguste Pere, pour qui il fut composé. Et dans le tems que les rares vertus de ce grand Prince l'avoient rendu l'attente & l'admiration des Peuples, il ne dédaignoit pas de faire une lecture sérieuse de ce qui avoit amusé son enfance. Animé, SIRE, du même zele qui fit enireprendre cet ouvrage, je viens vous l'offrir aujourd'hui. Il vous sera un gage des veux que formoit lAuteur pour un regne que nous voyons renaître sous vos Loix. Puise, SIRE, tout ce qui reluit déja dans VOTRE MAJESTÉ , & qui fait l'espérance de la Nation, faire long-tems son bonheur ! Ce sont les souhaits ardens de celui qui est avec un très-profond respect,

· SIRE,

DE VOȚRE MAJESTÉ,

Le très - humble, très - obéissane & très-fidele serviteur & sujet,

FÉNÉL ON

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

DIS COURS

De
LA POÉSI É ÉPIQUE,

Е т
DE L'EXCELLENCE DU POËME

DE
TÉLÉMAOUE.

Origine & fin de la Poésie.

Di l'on pouvoit goûter la vérité toute nue , elle n'auroit pas besoin, pour se faire aimer, des ornemens que lui prête l'imagination, mais sa lumiere, pure & délicate, ne Aatte pas assez ce qu'il y a de sensible en l'homme; elle demande une attention qui gêne trop son inconstance naturelle. Pour l'instruire, il faut lui donner , non - seulement des idées pures qui l'éclairent, mais encore des images sensibles qui l'arrêtent dans une vue fixe de la vérité. Voilà la source de l'Éloquence, de la Poésie & de toutes les Sciences qui sont du refTort de l'imagination. C'est la foiblesse de l'homme qui rend ces Sciences nécessaires. La beauté simple & immuable de la vertu ne le couche pas toujours. Il ne suffit point de lui montrer la vérité ; il faut la peindre aimable. *

Nous examinerons le Poëine de Télémaque selon ces deux vues , d'instruire & de plaire , & nous tâcherons * Omne eulit punctum , qui miscuit utile dulci ; Lectorem dele&tando, pariterque monendo.

HOR. ART. POET.

« AnteriorContinuar »