Œuvres poétiques de J. Racine avec des notes de tous les commentateurs recueillies: Memoires sur la vie et les ouvrages de Jean Racine, par Louis Racine, La Thébaide, ou Les frères ennemis. Alexandre le Grand. Andromaque

Portada
Firmin Didot frères, 1854

Dentro del libro

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Páginas seleccionadas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 52 - Depuis cinq ans entiers chaque jour je la vois, Et crois toujours la voir pour la première fois.
Página 124 - Rien n'est beau que le vrai : le vrai seul est aimable ; II doit régner partout, et même dans la fable : De toute fiction l'adroite fausseté Ne tend qu'à faire aux yeux briller la vérité.
Página 363 - Maîtresse de l'Asie ; et je regarde enfin Quel fut le sort de Troie , et quel est son destin. • ( Je ne vois que des tours que la cendre a couvertes, Un fleuve teint de sang , des campagnes désertes, Un enfant dans les fers ; et je ne puis songer Que Troie en cet état aspire à se venger. Ah! si du fils d'Hector la perte était jurée, Pourquoi d'un an entier l'avons-nous differée ? Dans le sein de Priam n'at-on pu l'immoler?
Página 415 - Chère épouse, dit-il en essuyant mes larmes, J'ignore quel succès le sort garde à mes armes ; Je te laisse mon fils pour gage de ma foi : S'il me perd, je prétends qu'il me retrouve en toi. Si d'un heureux hymen la mémoire t'est chère , Montre au fils à quel point tu chérissois le père".
Página 435 - Je ne t'ai point aimé, cruel ? Qu'ai-je donc fait ? J'ai dédaigné pour toi les vœux de tous nos princes ; je t'ai cherché moi-même au fond de tes provinces ; j'y suis encor, malgré tes infidélités, et malgré tous mes Grecs honteux de mes bontés.
Página 74 - En cela, comme en tout, le ciel qui nous conduit, Racine, fait briller sa profonde sagesse. Le mérite en repos s'endort dans la paresse; Mais par les envieux un génie excité Au comble de son art est mille fois monté : Plus on veut l'affoiblir, plus il croît et s'élance.
Página 433 - Seigneur, dans cet aveu dépouillé d'artifice, J'aime à voir que du moins vous vous rendiez justice, Et que, voulant bien rompre un nœud si solennel, Vous vous abandonniez au crime en criminel. Est-il juste, après tout, qu'un conquérant s'abaisse...
Página 436 - Différez-le d'un jour ; demain vous serez maître. Vous ne répondez point ? Perfide, je le voi, Tu comptes les moments que tu perds avec moi ! Ton cœur, impatient de revoir ta Troyenne, Ne souffre qu'à regret qu'un autre t'entretienne.
Página 47 - Pour toute ambition, pour vertu singulière, II excelle à conduire un char dans la carrière, A disputer des prix indignes de ses mains, A se donner lui-même en spectacle aux Romains, A venir prodiguer sa voix sur un théâtre, A réciter des chants qu'il veut qu'on idolâtre ; Tandis que des soldats, de moments en moments, Vont arracher pour lui les applaudissements.
Página 374 - Pour ne plus s'arrêter que dans l'indifférence ; Songez-y bien : il faut désormais que mon cœur, S'il n'aime avec transport, haïsse avec fureur.

Información bibliográfica