Imágenes de página
PDF
ePub
[ocr errors]

Promesse donnée par Rodrigue de Villandrando au vicomte de Turenne d'être

son ami et de le servir envers et contre tous, cing personnes réservées. - Original en parchemin des Archives nationales, K 63, n° 22, scellé d'un sceau en cire rouge.

(17 janvier 143 .)

Je Rodiguo de Villadrando, conte de Ribedieux et cappitaine de gens d'armes et de traict pour le roy, nostre sire, ay juré aux saincts Dieu evangeles, et si ay promis ct promect, sur la foy et serment de mon corps et sur mon honneur et la diffamacion de mes armes, que je seray dorenavant bon, vray, loyal amy, allié et bien vueillant de Mgr. le conte de Beaufort, viconte de Turenne et de Valerne et seigneur de Lymueille; et ly secourray et ayderay envers touz et contre louz, excepté le Roy, Messeigneurs les contes de Clermont, d’Armeignac et Mgr. de la Tremoille et Mgr. de Saincte-Sevère mareschal de France; et avecques ce, son bien et honneur ly garderay, son mal et dommage et deshonneur ly enverray et ly feray assavoir à mon pouoir. Et toutes les choses dessusdictes promect et jure, comme dessus, tenir et acomplir sans fraud, baras et mal engin, de poinct en poinct, non obstans quelxconques promesses et alyences faictes le temps passé. En lesmoing de ce, j'ay signé ces presentes de mon seing manuel et fait sceeler du scel de mes armes, ce xvije jour de janvier, l'an mil cccc trente et deux.

Signé RODRIGO DE VILLAANDRANDO.

[ocr errors]

Allocation pour un message secret du comte de Foix au cointe de Pardiac

lors d'une menace d'agression des compagnies de Rodrigue de Villandrando contre le Languedoc. — Original en parchenin du Cabinet des titres de la Bibl. nat., dossier Foix, no 73. Communication de M. Flourac.

(22 février 143.)

Guillaume, évesque et duc de Laon, per de France, president de la Chambre des comptes du roy, nostre sire, et general con

seillier ordonné par le dit seigneur sur le fait et gouvernement de toutes ses finances ou pays de Languedoc, à Jehan d'Estampes, tresorier de la seneschaucée de Beaucaire et de Nymes ou à son lieutenant, salut. Comme pour resister à la venue, force, male voulenté et entencion de Rodigo et de plusieurs routiers, pillars et autres gens de compaignie, ses aliez et complices, lesquelz se efforcent et vantent d'entrer oudit pays de Languedoc, pour ledit pays rober, piller et destruire à leur pouoir, Jehan de Masdisili. escuier, soit alé partant de Masières par l'ordonnance et gouvernement de mons. le conte de Foix, lieutenant general du roy nostredit seigneur ès pays de Languedoc et duchié de Guyenne, ou pays de Carladès, devers mons. le conte de Perdryac, lui porter certainnes lettres closes de mondit seigneur le conte et lieutenant, faisans mencion de ce que dit est, et contenant plusieurs autres choses secrètes touchans grandement le bien, honneur et conservacion dudit pays de Languedoc et des subgetz du loy nostredit seigneur estans en icellui ; pour lequel voyage, frais, missions et despens sur ce faiz, cuz et soustenuz par ledit Jehan, lui avons tauxé et ordonné, tauxons et ordonnons par ces presentes, eu regart à la chierté des vivres, la somme de soixante moutons : si vous mandons que ladite somme de lx moutons d'or vous, des deniers de vostre recepte ordinaire ou extraodinaire, paiez, baillez et delivrez audit Jeban de Masdisili, pour la cause dessus dicte. Et par rapportant ces presentes avec quittance sousfisant dudit Jehan, ladite somme de ex moutons sera allouée en voz comptes et rabatue de vostre recepte partout où il appartendra, sans contredit. Donné soubz noz seing et signet manuel cy mis, en lesmoing de ce, le xxne jour de fevrier l’an mil cccc trente-deux.

Signé Faveror.

[ocr errors]

Quittances de divers payements ordonnés par le consulat de Nimes pour frais de garde et de voyages à l'occasion de Rodrigue de Villandrando et de ses compaguies. — Pièces imprimées par Ménard, Histoire de Nimes, t. III, p. 239-241, dont les originaux en papier existent encore aux Archives communales de Nîmes.

(Mars-mai 1433.)

1. Sapion totz que yeu Peire Raynaut, laborador de Nemse, confesse aver agut, etc., der as mans de Amielh, etc., per mon trebalh de quatre jorns, loscalz ay vacquatz per anar à Besers, per saver novelas de las gens d'armas de Rodiguo et de mossenhor de Foix; à ij jorns ung mouton, mounta dos moutons. Descals ij moutons soy content. Lo xe jorn de mars, l'an m cccc XXXII.

Subscripta et signata de voluntate dicti Petri Raynaudi per me, J. PASQUETI.

2. Sapion totz que yeu, Troffeme Olmieyras, confesse, etc., per las mans del dit Farjas por mon trebalh de vj jorns, loscals yeu ay vaquatz anant à Mirueix, stant et retornant, per saber novelas de los gens d'armas de Rodiguo, al for de ij jorns ung mouton, monta tres moutons. Descals tres nioutons me tenc per content. Lo xve jorn de mars, lan mil cccc XXXI.

Ita est, TROFEME HOLMYEYRAS.

3. Sapion totz que yeu, Johan Guarret, bachelier en leys, confesse aver, etc., per mon trebalh de estre anat de par los dichs senhos cossols à Belcaire, pueys à Forques, per parlar am mossenhor de Laon et saber s’el era contant que lo present pais dones argent à Rodiguo per non descendre en lo present pais; anclusas las despensas et loquies del vailet et dels rossins, en tot per pres fach am me per dos jorns, tres moutons huech gros et un cart bons. Dels cals iij moutons viij gros j cart bons me tenc per content. Lo premier jorn de abril, l'an m cccc XXXII.

Constat de recognitione predicta. B. VERNI.

4. Sapion totz que yeu, Jaunies Saurel, lavorador de Nemse, confesse, etc., per mon trebalh de xxxij jorns, loscals ay vaquatz à estar à Torremanha per descobrir los traspassans per lo terrador de Nemse, per dobte de los gens d'armas de Rodiguo ; à dos gros bons per cascun jorn, monta cinq florins et quatres grosses bons, enclusas totas paguas et politias. Descals cinq florins et quatre grosses me tenc per content. Lo xxiiij jorn de abril, l'an u cccc XXXIII.

Ita est, TexERIT.

5. Sapion totz que yeu, Guillem de Vagarns, habitant de Nemse, confesse aver agut, etc., per portar lettras als cossols de Montpellier par saber coras se tengra lo cosselh de Besers, et aussi per lo tractat de donar argent à Rodiguo par non descendre en

aquest pais, en xix doblas un mouton. Del cal mouton me tenc per content. Lo xj jorn de may, l'an u cccc xxxm.

Ita est, TEIERII.

XXII

Délibération du chapitre de Lyon, provoquée par la duchesse de Bourbon, afin

de faire fermer de nuit les portes du cloitre de la cathédrale par crainte des gens-d'armes de Rodrigue. — Registre capitulaire XIV, fol. 75, aux Archives du département du Rhône. Communication de M. Guigue.

(13 avril 1433.)

Anno domini millesimo cccco xxx° tercio, et die martis xm. mensis aprilis post pascha. Cum illustris domina ducissa Borbonnensis, pro nunc residenciam faciens personalem infra claustrum Lugdunense domumque dictam de Bellijoco, organo venerabilis magistri Oddoardi Clepperii, presidentis Borbonnensis, supplicationem fecerit eisdem Dominis quatenus, attento tempore guerrarum propter hoc, o dolor! urgente, et maxime cum fuerit informata illustrem principem dominum Karolum de Borbonio, ipsius domine filium, comitem Claromontensem, mandasse Rodigum de Villandras, capitaneum, cum tota sua comitiva, et multos alios capitaneos pro faciendo guerram in patria Sabaudie vicina civitati Lugdunensi, ita quod plures gentes armorum circumcirca eandem civitatem, nisi Deus advertat, poterunt evenire, de nocte claudi et firmari faciant portas claustri predicti, et idem Domini, contemplacione ejusdem domine, hoc fieri annuerunt : hinc est quod egregius dominus P. de Lornay, camerarius ecclesie Lugdunensis, ad quem presentatio porterii dictarum portarum ex statutis dicte ecclesie pertinet, in capitulo presentavit dominum Johannem de Balma, presbiterum, ipsius camerarii commensalem, ad exercendum officium dicte porterie. Qui quidem Domini dictum dominum Johannem tanquam sufficientem ad hoc admictendo, eumdem dominum Johannem constituerunt porterium dicti claustri, quandiu bene fecerit et placuerit eorum voluntati, ad stipendia consueta, pro et mediante eo quod promisit dictum officium fideliter per se diligenter exercere easque portas horis consuetis claudere et firmare, videlicet grossas portas ad horam seralis Sancti-Johannis, et hoc sine guichelis, et guichetos ad grossum serale Sancti-Nicecii; et de mane apperire guichetos ad

primum cimbalum, videlicet eschillam, et ad gueytiam grossas portas; et alias prestitit juramentum, etc. Presentibus domino Bartholomeo Bercherii, Cousineto Hure, Bodello et Petro, filio Francisci Luppi, etc.

XXIII

Allocation sur l'aide votée par les États de Languedoc, à Beziers, au mois de

mars 1433, indiquant le prélèvement fait pour défendre le pays contre Rodrigue de Villandrando. - Original en parchemin, aux Archives nationales, K 63, n. 26.

(10 mai 1433.)

Guillaume, évesque et duc de Laon, per de France, président de la Chambre des comptes du roy nostre sire, et général conseillier par lui ordonné sur le frit et gouvernement de toutes ses finances en ses pays de Languedoc et duchie de Guyenne, à Pons de Quercy, receveur particulier à Lautrech et d'aucunes autres villes et lieux ou diocèse de Castres de l'ayde de vi** mil moutons d'or otlroyés au roy nostredit seigneur, à l'assemblée dernièrement faicle à Besiers, par les gens des trois eslatz dudit pays de Languedoc pour l'entretenement de la guerre et autres ses affaires, salut. Comme par nostre ordonnance et mandement vous soyez venu par devers nous en la ville de Saint-Esperit, apporter l'estat au vray de vostre recepte, et aussi la somme de trois cent moutons d'or, pour icelle employer et convertir ou payment des gens d'armes et de traict mandez et mis sus par mons. le conte de Foix, lieutenant du roy nostredit seigneur èsdictz pays et duchié, pour la garde et deffense dudit pays de Languedoc à l'encontre de Rodigo et autres capitaines routiers, qui en icelluy pays estoient entrez; ouquel voyage faisant, tant en venant, demourant el sejournant en actendant vostre expedicion, comme en retournant, avez vacqué et pourrez vacquer par l'espace de quinze jours entiers : Nous, eu regard à la cherté de vivres qui de present est oudict pays, pour iceulx quinze jours ensemble, vous avons ordonné et tauxé, ordonnons et tauxons par ces présentes la somme de vingt moutons d'or; laquelle voulons que ayez, prenicz et retenez par vostre main des deniers de vostre dicte recepte. Et par rapportant ces dictes presentes seulement, consentons icelle somme de xx moutons d'or estre allouée en voz comptes et

« AnteriorContinuar »