Imágenes de página
PDF
ePub

plus hasardées et qui peuvent donner lieu à controverse, mais qui ont cependant une valeur historique.

Je voudrais que ce travail complétât l'ensemble des recherches méthodiques, ingénieuses et savantes de M. Egger, dans son Histoire de l'Hellénisme en France.

J'ai recueilli des souvenirs de la domination des Lusignans dans l'île de Chypre (XVe siècle), qui sont restés dans deux chansons populaires écrites en grec, qu'expliquent et éclaircissent les pages d'une chronique grecque de Léontios Machœras, publiée pour la première fois par M. Constantin Sathas en 1873.

J'offre ensuite aux lecteurs l'analyse et l'étude d'un poème grec fort répandu encore aujourd'hui dans les diverses contrées de la Grèce. Cette œuvre, connue sous le nom d'Érotocritos, date du XVIe siècle. C'est unpoëme de chevalerie calqué sur nos romans et accommodé au goût des Crétois pour qui il a été écrit.

Les Grecs ont beaucoup estimé et estiment encore Vincent Corruxro, l'auteur de cette œuvre. Coray ne craignait pas de l'appeler l'Homère de cette littérature vulgaire. Si Rizos-Néroulos en parlait avec quelque mépris, c'est qu'en 1828, époque oii il portait un jugement trop sévère sur ce poème, la critique passionnée pour le renouvellement de la langue aussi bien que pour l'indépendance de la Grèce, voyait les choses d'un point de vue particulier, peu favorable aux compositions populaires du temps passé.

Du XVP siècle jusqu'à nos jours, la condition de la Grèce a bien changé. Redevenue libre, la nation des Hellènes a travaillé à réparer ses ruines. Celles de sa langue demandaient une restauration entière. L'on s'y est mis avec ardeur. Bien des théories ont été essayées, parfois téméraires 11 périlleuses; il n'en est pas moins sorti de ces efforts louables, un grand bien pour la correction du langage. Cet idiome nwderne, dans lequel aujourd'hui s'écrivent tant de journaux et tant de livres, s'est assoupli et purifié. On en a chassé les mots étrangers, on arepris à la langue des anciens tous ceux qui s'accommodent le mieux au besoin de clarté et de précision qui domine les langues actuelles. On a reconquis des formes, des cas et des temps dont Cignorance avait dépouillé la déclinaison des substantifs et la conjugaison des verbes, et les Grecs instruits parlent aujourd'hui un langage qui reste grec dans ses éléments essentiels, tout en adoptant la construction analytique des idiomes modernes. C'est à ce point de vue que je signale à l'attention des lecteurs, des compositions destinées à des érudits, comme celle de M. Rénièris, ou des œuvres de théâtre comme celles de MM. Bernardakis et Basiliadis.

Je n'ai pas fait dans ce volume une histoire suivie de la littérature grecque moderne, le temps n'est pas encore venu de l'écrire; je me contente d'en présenter ici quelques tableaux détachés qui pourront avoir place .un jour dans un plus grand ensemble.

[merged small][ocr errors]

LES ÉTUDES GRECQUES EN EUROPE

DEPUIS LE QUATRIÈME SIÈCLE APRÈS J.-C. JUSQU'A LA CHUTE DE CONSTANTINOPLE (1453).

I.

Un savant illustre, M. Egger ('), a écrit l'histoire de l'hellénisme en France depuis la prise de Constantinople par les Turcs ; M. Didot (*) en a fait autant pour Venise, en Italie; de pareilles études honorent ceux qui les ont entreprises. On ne veut point en diminuer le mérite, quand on remarque qu'elles étaient faciles et attrayantes par le nombre des matériaux et l'importance des résultats. Déjà même avant la fatale époque de 1453, on suit sans peine le progrès des études grecques en Europe. On y voit venir des maîtres de science et d'érudition diverses, des écoles se fonder, des livres circuler, des élèves se former. On est en pleine lumière. Il n'en est pas de même, si l'on essaie de suivre, dans les années les plus troublées et les plus obscures du moyen âge, la trace des relations de l'Orient avec l'Occident. Que de difficultés, en effet, ne rencontre-t-on pas à marquer les rapports intellectuels de ces deux parties du monde? Y a-t-il eu jusqu'à la Renaissance ignorance absolue du grec en Italie, en

(') L'HelUnisme en France. 2 vol. in-8. Paris. (*) Aide Manuce. 1 vol. in-8». Paris, 1875.

Allemagne, en France, en Angleterre? A-t-on, au contraire, continué par de faibles études, par une tradition ininterrompue, à pratiquer le grec en Occident, de sorte qu'il n'y ait jamais eu un complet oubli de la' langue d'Homère chez les occidentaux? C'est là ce qu'il est mal aisé d'établir.

En s'engageant dans ces recherches, on a peu de résultats certains, encore moins de résultats brillants à attendre. Du Ve au XVe siècle, malgré la longueur du temps, on ne peut pas se flatter de parcourir des âges où les lumières abondent. On peut tout au plus espérer de recueillir quelques indications éparses, quelques faits d'histoire, quelques curiosités littéraires, plutôt que de rencontrer des témoignages irrécusables et des monuments de grande valeur. Quel que soit le peu d'attrait qu'offrent par elles-mêmes des recherches qui, si elles ne sont pas stériles, ne conduisent pas à des horizons lumineux, nous allons les entreprendre. L'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres avait, à unecertaineépoque (1847), mis au concours l'étude des rapports littéraires de l'Orient avec l'Occident depuis le cinquième siècle. M. Renan présenta sur ce sujet un travail qui fut récompensé. Il ne l'a pas encore publié; c'est un regret pour tous ceux qui s'occupent du moyen âge grec.

On n'entreprend pas ici de rendre inutile la publication du Mémoire de M. Renan; on voudrait, au contraire, engager l'auteur à le produire.

En entrant dans ce travail, nous ne pouvons être soutenu que par un genre d'intérêt: celui que Montesquieu appelle une curiosité triste Nous ne saurions avoir d'autre attrait à chercher quel fut le sort d'une littérature jadis si brillante, au milieu de la confusion que les barbares jetèrent dans le monde.

(') Considérations sur fa grandeur et la décadence des Romains, ch. XIX. II.

L'invasion des Francs, des Lombards, des Visigoths et des Huns, a changé tout-à-coup les conditions de l'Hellénisme en Europe. Si ces formidables mouvements de peuples étrangers n'avaient pas inondé l'Italie et détruit l'empire de Rome, on ne saurait dire quelles eussent été les destinées de la langue grecque; on peut croire pourtant que le grec eût continué à se répandre de plus en plus. Peut-être n'y a-t-il aucune témérité à croire qu'il fût devenu, jusqu'à un certain point, cette langue universelle que Cicéron salue déjà dans son plaidoyer pour Archias. NediWl pas, en effet, que tout ce qu'on écrit en latin ne se lit que dans les limites du monde romain, tandis que tout ce qu'on écrit en grec se lit à peu près dans le monde entier : «« propterea quod Grœca leguntur in omnibus fere gentibus; Latina suis finibus, exiguis sane, continentur Q)? Depuis Cicéron et son temps, l'Hellénisme avait continué à se développer chaque jour davantage.

Quantité d'historiens grecs écrivirent dans leur langue l'histoire des Romains. On vit rarement un grec tenté d'écrire en latin (*). Même quand la langue latine fut à son plus haut point de beauté littéraire, les Grecs paraissent demeurer étrangers à son influence. « Ils vivaient à Rome, ils y étaient protégés avec une partialité prodigue, et ils écrivirent souvent sur les objets qui intéressaient immédiatement l'empire romain ; mais la langue grecque fut celle qu'ils employèrent. Dans le même temps, les Latins, tant qu'il resta

(') Pro Archia, VIII.

(*) E. Egger, Mémoires d'histoire ancienne et de philologie, de l'étude de la langue latine chez les Qrecs dans l'antiquité, p. 259.

« AnteriorContinuar »