Imágenes de página
PDF
ePub

les rigueurs du gouvernement militaire de Léon étaient de nature à pousser en Italie la foule mécontente des chrétiens orthodoxes. De l'Italie centrale vinrent aussi d'autres habitants grecs, quand l'exarchat de Ravenne fut détruit, et que les Lombards cédèrent leur conquête aux Francs. Un siècle plus tard, l'invasion des Sarrasins en Sicile dut augmenter encore cette population d'Hellènes. On peut donc avec quelque probabilité assurer que l'arrivée des colonies grecques se place entre les deux puissantes restaurations de la souveraineté byzantine opérées par les règnes de Basile Ier et de Basile II. Voici la conclusion de M. Morosi « Epperciô io credo non andar lontano dal vero affermando che queste colonie ci vennero durante il regno di Basilio 1° o di Leone VI0, nel tempo in cui la signoria bizantina raggiunse il colmo della potenza e dello splendore in Italia ('). »

M. Morosi appuie son opinion sur les noms de lieux en Calabre qui sont tout-à-fait grecs, sur les noms de famille qui se retrouvent encore aujourd'hui dans l'Italie et dans la Grèce, sur les mots byzantins restés dans les dialectes italiens de ce pays, enfin sur les parchemins italo-grecs, où se retrouvent dans des inventaires et des actes privés, les formes grammaticales, la syntaxe et le lexique qui vivent encore dans le langage du peuple illettré de la Grèce: ce qui prouve, ajoute-1>il, qu'ils ne se rapportent pas seulement à des monastères ou à des églises grecques, mais à des colonies d'Hellènes entièrement laïques (*).

(') P. 206. col. 1.

(*) Noms de lieux Riàce(Puobti) Rizàci (PuÇôxi) Monastaràci (Movairrr,pâxi) Velanidi (BeXavi'Si) Neocàstro et Policàstro (NeôxaaTpov et ïloXuxaoTpov). Noms de famille. Barda, Carnôpulo, Coriôti, Platocèfalo, Cacùri, Macri, Marafiôti. BâpSaç, XapvoiwuXot, Kopwfrnjç, IL\aTwtefaXoç, Kootoûpr,ç, Mooipîjç, MapaflKùTr,ç. — Mots byzantins. Limba (Xûjxêaç) Catino. Cdccalo (xôxxaXov)

Les discussions religieuses de l'Orient n'allaient jamais sans proscriptions. Le parti vainqueur appuyé des forces de l'empereur proscrivait ses ennemis sans pitié. C'est à une persécution de ce genre suscitée par l'hérésie du monothélisme que l'Italie dut une première colonie de moines grecs. Ainsi, sous le pontificat du pape Martin I" (649-654), furent bâtis à Rome les premiers monastères grecs. C'est l'opinion du P. Hardouin dans sa Collection des Conciles (*). Les abbés de l'Orient, fugitifs, s'adressent ainsi au souverain pontife : « General itas habitantium in hac antiqua aima urbe Roma Graecorum abbatum et monachorum servorum vestrse sanctitatis, docemus ut subter.... » (2)

Les émigrations furent plus fréquentes et plus nombreuses, quand les empereurs Léon l'Isaurien (3) et son

cranio, pitta pizza (xrçTa Tota) torta, prôvola (IIp^aXa) Cacio ancora giovane; Càocavo... Càccamo (xduotaêoç) Celôna (XeXiôvr,) Cuccuvàja, Cuccuvascia (xoxxoêaù, Aristoph.) Vastaso (BoraTâÇw). Morosi, p. 206. (») T. ni, p. 719.

(3) Zambelios. BuÇavTi'vai jxeXÉTai. Athènes 1858, note 108,1«' (?) Lamii,Deliciœ eruditorum.Florentise, 1737. t. VII. — Rochus Pyrrhus, in Sus Sicilise sacra libro IV, triginta Basilianorum Cœnobia in Sicilia existentia recenset, atque describit, quorum plurima sub Constantino Copronymo excitata fuisse videntur, quum scilicet ille impius imperator edicto promulgato (718-741) vetuerat esse monachos in Oriente. Tune enim ingens monachorum Orientalium multitudo sese in urbem et Italiam infudit, quorum quum Grseca lingua esset peculiaris, eosdem in monasteriis collocatos voluit Paulus papa se ea prastare quod consuevissent in monasteriis Orientis, et psalmorum cantus, aliaque officia ecclesiastica sua ipsorum lingua absolvere ut scribit Baronius, annalium Parens eminentissimus. Quod quidem, suceedentibus temporibus, usque ad suam setatem, hoc est usque ad annum 1640, et quod exeurrit, servatum esse testatur Rochus Pyrrhus, Netini Cœnobii Basiliani abbas... Cum quo nescio quomodo conciliare prsestantissimum Montemfalconium, qui cap. XV Diarii Italici scribit, in Calabria, et aliis Neapolitani regni regionibus, atque in Sicilia, linguœ Grsecœ in ecciesiasticis officiis usum fuisse, donec Sixtus IV vetuit ne quis nisi latine divina officia persolveret. Nisi dicamus Sixti IV edictum ad monachos etiam Basilianos extensum non fuisse; sed tantos clericos saeculares, aliosque aliorum ordinum monachos respexisse. Et quidem Mabillonius itinere Italico tradit monachos Cœnobii Cryptse-l'errats e duodecimo ab urbe lapide distantis missam Grœce celebrare, sed Romano ritui prorsus accommodatam. — Ibid. Quis ignorat laudatum Baronium tradere sub Leone quoque Armenio, imperatore, sacrarum imaginum hoste, orthodoxos monachos Constantinopoli, et ex aliis Orientis partibus exactos et extorres in Italiam et Romam confugisse?

fils Constantin Copronyme, eurent déclaré la guerre aux images. Le premier se croyait capable de repousser les efforts des Arabes et de consolider à jamais l'empire de Constantinople s'il avait seulement les trésors des couvents, et s'il faisait des soldats de tous ceux qui les habitaient. La spoliation de leurs biens, la persécution contre leurs personnes, le service militaire imposé aux moines, les poussèrent en foule hors de leur pays. Rome, où régnèrent successivement deux papes ennemis des Iconoclastes, Grégoire II et Grégoire III (715741), s'offrait à eux comme le meilleur asile.

Déjà la Sicile, la Calabre et l'Apulie étaient remplies de sujets byzantins, à tel point que ces contrées avaient perdu les usages latins, et que la langue grecque avait remplacé leur idiome national ('). Ces pays gagnés à la cause des Iconoclastes, ne pouvaient les retenir, ils affluèrent donc dans la ville papale. Ils apportaient avec eux leurs images, les reliques de leurs saints et leurs livres. Grégoire III eut pour eux la plus grande bienveillance, et il fit bâtir pour les recevoir un magnifique couvent qu'il consacra à Saint Chrysogone. C'était un refuge qui leur était ouvert, ils avaient la liberté d'y faire leurs offices dans leur langue et selon leur rite national (*). Paul Ier (757-767) en fit autant. Il poussa même plus loin la magnificence; de sa propre maison, il fit un monastère, celui de Saint-Serge. Une bulle signée de tous les cardinaux, écrite en caractères grecs, perpétue le souvenir de cet acte de bienfaisance qui date de 761 (3).

Le nombre des Grecs qui affluaient à Rome devint

(') Zambelios. BuÇavTi'vai jxeXénu, p. 270. — 'ExxXr,ni'aç Tàç itXei'oTaç Tûv eitiïxiwtwv EixeXiaç, KaXaêpfaç, xal 'atouxi'ixç, oWTe àitoêaXÉaOai itSv ÊOijxov XaTivixôv xal àinraaflîjvai T7jv £XXtjvoo)v fXwssoiv.

(>) Rodota, Rito greco, t. II, p. 62, cité par Zambelios. p. 311.

(3) Barcmius, an. 761,15.

successivement si nombreux, que les papes furent obligés de leur construire de nouveaux monastères. Tels furent les couvents de Saint-Sabas, de SaintAlexis, de Saint-Grégoire, de la Mère-de-Dieu et beaucoup d'autres, où les Grecs pendant des siècles ont conservé leurs usages et leur langue. A l'année 818, Baronius écrit ceci : « Erat enim extorrium haud exiguus numerus monachorum, ut non sufficerent alia quse in urbe erant Grsecorum monasteria (*). «

Dans ces nouvelles demeures, les Grecs restaient fidèles à tous les usages de leur patrie; ils se plaisaient même à en rappeler les souvenirs les plus intimes. C'est ainsi qu'ils appelèrent un couvent du nom de Sainte-Marie en Cosmédin, pour conserver le souvenir et le nom du quartier de Constantinople qu'on désignait par le terme de Koapjoi'ov. C'est ainsi qu'ils apportèrent avec eux l'image de la Sainte-Vierge et le portrait miraculeux du Christ envoyé jadis au roi Abgar. « On voit encore dit Zambelios (*), cette statue, et à ses pieds on lit en grec cette inscription: ©eoToxin àentapôévi}j. »

Une autre troupe de moines, dit le même écrivain, vint en Italie, à la suite de la seconde persécution des images en 817. A cette époque, le pape Pascal Ier affecta aux fugitifs le monastère de Saint-Praxède, afin que, suivant l'expression d'Anastase, le bibliothécaire, ils y chantassent en grec, le jour et la nuit, les louanges de Dieu et des saints : « Diu noctuque Grsecae modulationis psalmodia laudes omnipotenti Deo sanctisque illis ibidem quiescentibus sedulo persolverent. » Ces couvents grecs, avec le temps, se multiplièrent à tel point que vingt abbés grecs reçurent le privilége

(') An. 818 n» 13. (*) P. 312.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »