Imágenes de página
PDF
ePub

LES

AVENTURES

DE

TÉLÉMAQUE,

FILS D’ULYSSE,

PARIM B'S STRE FRANÇOIS DE SALIGNAC

DE LA MOTHE FENELON, Précepteur de Meffeigneurs les Enfants de France,

& depuis Archevêque de Cambray, &c.

NOUVELLE ÉDITION, Augmentée & corrigée sur le Manuscric original de l'Auteur, Avec des Remarques pour l'intelligence de ce Poëme

Allégorique,
TOME SECOND

[graphic]

A LONDRES,
Suivant l'Édition fuite en 1725 à ROTTERDANI,
Chez JEAN HOFHOUT. 1765.

[ocr errors][ocr errors]
[blocks in formation]

Neftor, au nom des Alliés, demande du secours à Idoo

ménée contre les Dauniens leurs ennemis. Mentor, qui veut policer la Ville de Saiente, & exercer le Peuple à l'Agriculture, fait en forte qu'ils se contentent d'avoir Télémaque à la tête de cent Nobles Crétois. Après le départ de celui-ci, Mentor fait une revue exacte dans la Ville & dans le Port, s'informe de tout, fait faire à Idomenée de nouveaux réglements pour le commerce & pour la police, lui fait partager en sept classes, le Peuple, dont il distingue les rangs & la naisance par la diversité des babits, lui fait retrancher le luxe & les Arts inutiles , pour appliquer les Artisans au labourage , qu'il met en honneur.

Oute l'Armée des Alliés dressoit déjà

ses tentes, & la campagne étoit couverte Ho de riches pavillons de toutes sortes de couleurs, où les Hespériens fatigués attendoient le sommeil. Quand les Rois avec leur fuite fu. rent entrés dans la Ville, ils parurent étonnés qu'en si peu de temps on eût pu faire tant de bà.

timents magnifiques, & que (9) l'embarras d'une si grande guerre n'eût point empêché cette Ville naifante de croître & de s'embellir tout-à-coup.

On admira la sagesse & la vigilance d'Idoménée, qui avoit fondé un fi beau Royaume, & chacun conclut que la paix étant faite avec lui, les Alliés seroient bien puissants, s'il entroit dans leur ligue contre les Dauniens. On proposa à Idomenée d'y entrer; il ne put rejetter une si juste proposition, & il promit des troupes, Mais comme Mentor n'ignoroit rien de tout ce qui est nécessaire pour rendre un Erat florissant, il comprit que les forces d'Idoménée ne pourroient pas être aussi grandes qu'elles le paroissoient. Il le prit en particulier , & lui parla ainsi:

Vous voyez que nos soins ne vous ont pas été inutiles. Salente est garantie des malheurs qui la menaçoienr. Il ne tient plus qu'à vous d'en élever jusqu'au Ciel la gloire, & d'égaler la sagesse de Minos, votre aïeul, dans le gouvernement de vos Peuples. Je continue à vous parler librement, supposant que vous le voulez, & que vous détestez coute flatterie. Pendant que ces Rois ont loué votre magnificence, je penfois en moi. même à la témérité de votre conduice.

A ce mot de témérité, Idomépée changea de visage, les yeux se troublerent, il rougit, & peu s'en fallut qu'il n'interrompít Mentor pour lui témoigner son ressentiment. Mentor lui dit d'un

( Quoiqu'Idomépée ne soit pas l'einbiême de Louis XIV. à tous égards, ce qui est dic ici , ne laisse pas de regarder le Monarque François. L'embarras de la guerre ne l'empecha jamais de sarisfaire fa passion pour les bâtiments & pour les jardins ; & ces dépenses énormes, jointes à celles qu'il lui falluc faire pour soutenir la guerre, ont enfin épuisé le Royaume, & l'ont réduit au pitoyable état ou nous le voyons aujourd'hui.

ton modeste & respectueux, mais libre & hardi: Ce mot de témérité vous choque, je le vois bien. Tout autre que moi auroit eu tort de s'en fervir; car il faut respecter les Rois & ménager leur délicatesse, même en les reprenant. La vérité par elle-même les blefle affez, fans y ajouter des termes forts. Mais j'ai cru que vous pouviez souffrir que je vous parlafle fans adouciflement, pour vous découvrir votre faute. Mon defrein a été de vous accoutumer à entendre nommer les choses par leur nom, & à comprendre que quand les autres vous donneront des conseils sur votre conduite , ils n'oseront jamais vous dire tout ce qu'ils penseront. Il faudra , si vous voulez n'y être pas trompé, que vous compreniez toujours plus qu'ils ne vous diront sur les choses qui vous feront désavantageuses. Pour moi je veux bien adoucir mes paroles selon votre besoin. Mais il vous est utile qu'un homme sans intérêt & fans conséquence vous parle en secret un langage dur. Nul autre n'osera jamais vous le parler: vous ne verrez la vérité qu'à demi, & sous de belles enveloppes.

A ces mots Idoménée, déjà revenu de la premiere promptitude, parut honteux de sa délicateffe. Vous voyez, dit-il à Mentor, ce que fait l'habitude d'être flatté. Je vous dois le salut de mon nouveau Royaume. Il n'y a aucune vérité que je ne me croie heureux d'entendre de votre bouche. Mais ayez pitié d'un Roi que la flatterie avoit empoisonné, (10) & qui n'a pu, même

(10) Louis XIV avoit cela de commun avec Idoménée; einpoisonné, dès l'enfance , par la flatterie, il n'a pu , même dans les inalheurs , trouver des hommes allez généreux pour lui dire la vérité. Il étoit extrêmement delicac lue tout ce qui avoit seuleinent l'apparence de réprimande : on

« AnteriorContinuar »