Imágenes de página
PDF
ePub

Quoique les deux tiers de ses terres labourables soient en prairies artificielles , Irigny achète du fourrage au département de l'Isère ; il lui achète aussi du blé, parce qu'on a beau bien préparer, bien fumer ses meilleures terres, elles ne donnent que 4 à 5 pour 1.

Le trèfle dure deux ans, la luzerne cinq; et cette dernière même bien plâtrée arrive rarement à un pied, et ne donne presque jamais trois coupes.

[ocr errors]

M. Carelle a introduit dans son domaine le sainfoin ainsi que la pimprenelle, et malgré ses succès il n'a pas eu d'imitateurs. C'est également envain qu'il a donné aux vignerons de sages conseils; au lieu de miner le terrain à planter, ils y font, avec un pieu de fer des trous dans lesquels ils enfoncent les boutures; ils y jettent ensuite de la terre, qui souvent ne tombe pas jusqu'au fond; de là l'extravasation de la sève, la production de racines poussant entre deux mottes, et celle d'un cep sans vigueur qui s'épuise bientôt.

Notre Confrère a eu beau montrer à ses fermiers, à ses voisins la grande supériorité des ceps plantés après le minage sur ceux qu'on a enfoncés dans un trou; la routine a prévalu. On conduit la vigne comme on l'a plantée, on y laisse trop de porteurs, trop d'yeux; on

tes,

néglige d'ôter le bois mort, ou on le casse en mutilant le cep. On taille de la même manière tous les plants quelle que soit leur espèce. Si on fait des provins, on néglige de les détacher de la mère, au bout de trois ans, et même d'arracher l'ancien cep, qui souvent n'est pas mort. S'il survient des racines traçanon les laisse s'étendre. C'est inutilement qu'on dit à ces vignerons routiniers, que dans les vignobles où l'on coupe ces racines, les ceps s'implantent plus profondément, résistent mieux à la gelée, aux sécheresses et vivent plus long-temps, et que les vieilles vignes donnent le meilleur vin. Ce n'est pas tout. Ils ne remontent pas les terres entraînées par les pluies, non qu'ils en ignorent la vertu fertilisante, mais ils n'ont laissé dans la vigne aucun chemin pour les charier: M. Carelle a greffé des ceps sous leurs yeux, ils ont reconnu l'avantage de cette pratique, et ne l'ont pas adoptée.

[ocr errors]

Chaque vigne étant composée de cinq ou six espèces de plants, dont la maturité n'est pas simultanée et tout étant vendangé en même temps, on jette dans la cuve des raisins mûrs avec des raisins verts, et d'autres qui sont trop avancés. La fermentation y est lente, et son produit est très-inférieur à ce qu'il

devrait être dans un canton dont le sol est favorable à la vigne.

Les vignerons d'Irigny gouvernent leurs cuves comme on les gouvernait avant Chaptal, avant Rozier; aucune amélioration œnologique n'a pénétré dans leurs celliers; leur vin tourne ou moisit souvent parce qu'ils négligent le soutirage, ou le pratiquent incomplètement et en temps inopportun; parce qu'ils ouillent trop tard, trop rarement; parce qu'ils ne nettoyent pas les futailles qui ont contenu du vin tourné, moisi, etc.

Bien convaincu de l'importance de maintenir les vaisseaux vinaires dans une grande propreté, M. Carelle ne s'est pas toujours contenté de les laver, il en a quelquefois fait charbonner les parois intérieurs.

Espérons que les conseils, surtout les exemples de M. Carelle finiront par triompher d'une aveugle routine. Les bons procédés œnologiques pourraient-ils ne pas se généraliser dans un pays où tant d'agronomes distingués ont dirigé leurs recherches sur la culture de la vigne et la fabrication du vin?

Parmi ces agronomes est M. Rey Monlean qui vous a communiqué tant de belles observations d'œnologie et à qui vous devez encore

Statistique de Brignais, StGenis - Laval, Ste-Foy-les

Lyon, Oullins et Vourles; par M. Rey-Monlean.

la notice statistique de St-Genis-Laval, Brignais, Ste-Foy-les-Lyon, Oulins et Vourles.

La population de St-Genis est de 1900 ames, son étendue de 1100 hectares, son territoire se divise en trois parties, à peu près égales: la première, à l'est, est une plaine qui donne du vin médiocre, de bon froment, et un peu de fourrage. La seconde, aussi à l'est, est un coteau graveleux d'où l'on tire, en petite quantité, un vin estimé dit des Barolles. La dernière, à l'ouest, est plus élevée; on y voit un peu de blé, des vignobles sans réputation, quelques prés, 50 hectares de taillis; les terres y sont assez bien cultivées à cause du voisinage de Lyon où l'on se procure des engrais ; et cependant les récoltes en céréales suffisent à peine à la moitié de la consommation; on tire le surplus de l'Isère et de la montagne du Lyonnais. On exporte des fruits, du laitage, surtout du vin. Malheureusement que par suite des circonstances actuelles et de la surabondance des récoltes antérieures (1), la vente de ce dernier produit est devenue difficile.

Deux fabriques considérables sont établies à St-Genis-Laval, l'une d'huile et de moutarde l'autre de papier peint; elles occupent des bras

(1) En 1803 et 1804.

que l'agriculture ne réclame point, et attirent du numéraire dans la commune.

Celle de Brignais, que traverse la grande route de St-Etienne et le ruisseau du Garon, contient 1120 individus. Son terroitoire, en général peu fertile, offre en terres labourables 2,400 bicherées, ou 302 hectares ; en prairies 502 bicherées ou 65 hect. 2 ares ; en taillis fort maigres 809 bicherées, ou 105 hect. 3 ares; en vignes 6,350 hommées, ou 316 hect.; on y cultive avec succès le trèfle, la pomme de terre, le colza. On a essayé l'arachyde et on n'a pas réussi.

[ocr errors]
[ocr errors]

Son cheptel consiste en 150 vaches, 20 boeufs, 25 chevaux, 250 moutons -18 à 20 chèvres, point de mérinos ni de métis.

Les vignes sont l'objet principal de l'agriculture de Brignais; on les plante par crossettes; on les regénère par provins; on les maintient basses, sans échalas, sinon pour les plus jeunes plants; elles reçoivent deux ou trois façons. Elles sont entremêlées de cerisiers, de pêchers, d'amandiers à grand vent, qui prospèrent sans nuire aux ceps, ayant été plantés en même temps qu'eux.

Le vin qu'on y fait se vend à 3 ou 4 mois; il ne vieillirait pas, attendu que les plants sont mal choisis, trop fumés et les procédés de vini

« AnteriorContinuar »