Curiosités des traditions, des moeurs et des légendes

Portada
Paulin, 1847 - 472 páginas

Dentro del libro

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 148 - ... en premier lieu, il faut se garder de détruire les temples des idoles ; il ne faut détruire que les idoles, puis faire de l'eau bénite, en arroser les temples, y construire des autels, et y placer des reliques. Si ces temples sont bien bâtis, c'est une chose bonne et utile qu'ils passent du culte des démons au service du vrai Dieu ; car tant que la nation verra subsister ses anciens lieux de dévotion, elle sera plus disposée à s'y rendre, par un penchant d'habitude, pour adorer le vrai...
Página 303 - Mon enfant, il ne faut point épargner ta tête après la mienne, pour venger ces chefs pleins d'honneur dont tu viens de voir les têtes; si tu t'y épargnes, tu auras ma malédiction.
Página 311 - Car pourquoy la douleur me fera elle plustost confesser ce qui en est, qu'elle ne me forcera de dire ce qui n'est pas? Et, au rebours, si celuy qui n'a pas fait ce...
Página 261 - ... tirée du cèdre ; on en injecte le ventre du mort, sans y faire aucune incision, et sans en tirer les intestins. Quand on a introduit cette liqueur par le fondement, on le bouche, pour empêcher la liqueur injectée de sortir; ensuite, on sale le corps pendant le temps prescrit. Le dernier jour, on fait sortir du ventre la liqueur injectée : elle a tant de force, qu'elle dissout le ventricule et les entrailles, et les entraine avec elle.
Página 261 - Égyptiens se servent ordinairement comme de colle. Les parents retirent ensuite le corps ; ils font faire en bois un étui de forme humaine, ils y renferment le mort et le mettent dans une salle destinée à cet usage; ils le placent droit contre la muraille. Telle est la manière la plus magnifique d'embaumer les morts.
Página 334 - Et, de plus le peuple dans son obstination , les clercs, dans leur indo cilité, ne se soumettent que difficilement à la discipline monastique. » Si je désigne un clerc, ceux qui n'ont été promus qu'après lui, le jalouseront; ceux qui l'ont été avant, le dénigreront; car parmi eux il y en a quelques-uns ( ce qui soit dit sans offenser les autres) qui s'imaginent que la durée du temps de la cléricature est la seule mesure du...
Página 331 - ... reconnaître l'état des choses. Avant de rien manifester en public, ils tinrent d'abord conseil en secret avec les évêques leurs .collègues ; puis, bravant les cris d'une tourbe de furieux, ils imposèrent tout à coup les mains, sans qu'il se doutât de rien et formât aucun vœu pour être élu, à un saint homme nommé Jean, recommandablc par son honnêteté, sa charité et sa douceur.
Página 220 - Dieu; ainsi se nommait cette guerre e, et c'était ce pardon extraordinaire qui y attirait tant de gens. Il fut bien doux à cette noblesse , qui ne savait que chasser et se battre, de voir changer en un voyage de guerre les pénitences laborieuses qui consistaient en jeûnes et en prières, et, surtout en ces temps-là, à s'abstenir de l'usage des armes et des chevaux. La pénitence devint un plaisir, car la fatigue du voyage était peu considérable pour des gens accoutumés à celle de la guerre,...
Página 333 - Qui ne serait profondément irrité, en voyant les plus sincères vertus représentées comme des vices? Si nous choisissons un homme humble, on l'appellera...
Página 243 - Il me paraît que la loi du combat était une suite naturelle et le remède de la loi qui établissait les preuves négatives. Quand on faisait une demande, et qu'on voyait qu'elle allait être injustement éludée par un serment, que restait-il à un guerrier qui se voyait sur le point d'être confondu, qu'à demander raison du tort qu'on lui faisait et de l'offre même du parjure?

Información bibliográfica